Assurer la résilience des villes en temps de crise : le rôle sous-estimé de l’agriculture urbaine et une planification territoriale à revoir

 

De la même façon que les guerres et les crises économiques l’ont fait plus tôt dans l’histoire, la pandémie actuelle fait ressortir la vulnérabilité du système alimentaire et manque de résilience des villes à travers le monde. Ruée vers les épiceries ou confinements empêchant certaines personnes d’acheter de la nourriture, les chaines d’approvisionnement alimentaire ont vu leur fonctionnement perturbé dans la dernière année. Avec la population croissance, la pandémie n’est pas la seule menace à la sécurité alimentaire sachant que d’ici 2050, la population mondiale devrait subir une croissance de 100 à 110%.

Les auteurs de l’article Urban agriculture — a necessary pathway towards urban resilience and global sustainability?, des chercheures de l’Université autonome de Barcelone, dénoncent la mise de côté de l’agriculture urbaine dans la planification du développement des villes. L’agriculture urbaine contribue à améliorer la sécurité alimentaire et la résilience des villes, tout en engendrant des bénéfices sociaux, des opportunités éducationnelles et des services écologiques.

Alors que l’agriculture était présente dans les villes jusqu’au milieu du 20e siècle, la grande accélération a favorisé l’usage des terres urbaines à des fins « plus rentables » : zones résidentielles, infrastructures de transport, etc. L’étude de Langemeyer et al explique pourquoi l’agriculture urbaine est, encore à ce jour, peu considérée dans la planification urbaine et les trois raisons qui font elle devrait l’être.

Vulnérabilité et sécurité alimentaire

La résilience fait appel au concept de diversité. Comme on le constate dans les épiceries, la diversité dans le choix des produits alimentaires est bien et bien présente. Toutefois, la diversité dans la source des aliments (régions de production, producteurs et variété) ne l’est pas autant ; la plupart des villes dépendent grandement de l’importation. Une étude de Barthel et Isendahlt (2013) estime d’ailleurs que la ville de Stockholm atteindrait une situation de famine en deux semaines si on coupait son approvisionnement externe en nourriture. En Amérique du Nord et en Europe, les périodes d’après-guerre du 20e siècle de même que la crise économique de 2008 ont également démontré la fragilité du système d’approvisionnement alimentaire. L’agriculture urbaine permettrait de fournir une alimentation saine et d’améliorer la sécurité alimentaire des habitants des villes.

Malgré toutes ces preuves, un manque de compréhension des scénarios qui peuvent compromettre les systèmes d’approvisionnement alimentaire fait en sorte que l’agriculture urbaine est sous représentée dans les stratégies de planification urbaine. L’article suggère que les espaces disponibles ne doivent pas nécessairement être convertis immédiatement en sites d’agriculture urbain, mais qu’ils doivent se prêter à une transformation rapide en situation de crise alimentaire.

Externalités négatives de la production alimentaire

Historiquement, les villes dépendaient de la production alimentaire locale. Les centres urbains sont donc souvent situés à proximité ou directement sur les territoires les plus fertiles. Avec l’étalement urbain, la production agricole s’éloigne de plus en plus du lieu de consommation et il faut produire les aliments sur des terres de moins en moins fertiles. En parallèle, la population croissance cause une hausse de la demande et une intensification des pratiques d’agriculture. Pour compenser la baisse de la fertilité des sols, les engrais ont la cote. L’utilisation accrue d’engrais est responsable de 5% des émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture, qui elle, est responsable du 1/3 des émissions globales. La production d’engrais est très énergivore et nécessite l’extraction de phosphore, une ressource non renouvelable. La production en dehors de la ville génère également des impacts environnementaux liés au transport des aliments et au gaspillage alimentaire qui survient tout au long de la chaine d’approvisionnement.

Les villes représentent une source importante de nutriments qui pourraient être utilisés dans l’agriculture urbaine. En effet, les technologies de conversion des eaux usées et des déchets domestiques en nutriments permettraient de réduire les externalités négatives associées à la production d’engrais chimique. Les pratiques d’agriculture urbaine permettent de réduire la chaine d’approvisionnement en produisant localement les aliments. Lorsqu’on importe les aliments, on doit augmenter la production de façon à compenser les pertes. En produisant localement, on peut donc produire moins, occuper moins d’espace et ainsi réduire les impacts environnementaux du système alimentaire. Dans une optique de développement durable, il devient essentiel d’intégrer l’agriculture urbaine dans les politiques de développement des villes.

Au-delà de la production d’aliments

L’importance de l’agriculture urbaine dans la planification des villes serait amplement justifiable par tous les bénéfices qu’elle génère en plus de la production alimentaire. En termes de services écosystémiques, l’agriculture urbaine prévient l’érosion des sols grâce aux racines des plantes et permet la rétention des eaux de pluie, la pollinisation et la régulation du climat. Les jardins urbains et autres pratiques d’agricultures urbaines sont reconnus pour favoriser l’inclusion sociale, le sentiment d’appartenance à une communauté et le bien-être général. Ces espaces permettent de combiner le loisir et l’utilitaire. Ils offrent également une bonne opportunité d’éduquer les citoyens sur l’environnement : en rapprochant l’humain de la nature, on accentue sa compréhension de l’importance de maintenir des écosystèmes en santé pour assurer son propre bien-être. L’agriculture urbaine encourage donc un changement de comportement vers des pratiques plus durables.

Conclusion

Langemeyer et al basent leur argumentaire sur le développement durable, la résilience des villes et la multifonctionnalité pour justifier l’importance de l’agriculture urbaine. Selon eux, les modèles de développement des villes devraient inclure davantage ces trois aspects. L’agriculture urbaine présente le potentiel sous-estimé de réduire la vulnérabilité des chaines d’approvisionnement alimentaire, de réduire les impacts environnementaux et de générer de multiples services écosystémiques et bénéfices sociaux.

Sources

Langemeyer, J., Madrid-Lopez, C., Mendoza Beltran, A., & Villalba Mendez, G. (2021). Urban agriculture — a necessary pathway towards urban resilience and global sustainability? Landscape and Urban Planning210. https://doi.org/10.1016/j.landurbplan.2021.104055

Barthel, S., & Isendahl, C. (2013). Urban gardens, agriculture, and water management: Sources of resilience for long-term food security in cities. Ecological Economics, 86, 224–234. https://doi.org/10.1016/j.ecolecon.2012.06.018.



Citer ce billet
myriamlarouche (2022, 2 avril). Assurer la résilience des villes en temps de crise : le rôle sous-estimé de l’agriculture urbaine et une planification territoriale à revoir. AgriUrbain. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aujb

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search