Une ferme urbaine amovible pour créer des ambiances de quartier et en tester l’implantation

En 2016, 66% des Québécois déclarent acheter des produits labélisés « Aliments du Québec » au moins toutes les deux semaines. Par ailleurs, 74% des Québécois qui vivent en zone rurale achètent régulièrement des produits « aliments du Québec » contre 64% des citadins. Même si les « locavores » sont de plus en plus nombreux en ville comme en campagne, les efforts sont à poursuivre pour comprendre la demande en produits agricoles de proximité et quel type de proximité est valorisée ! En effet, certaines études révèlent que les citadins voient de manière plus favorable le développement des projets d’agriculture urbaine communautaires ou collectifs dans leur quartier que des fermes urbaines professionnelles.

Dans la continuité de ces études sur l’acceptabilité sociale des projets d’agriculture urbaine, Olivier Balaÿ et Rémi Junquera, tous deux architectes à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon (ENSAL), ont conçu un projet visant l’expérimentation d’une ferme de proximité multi sites propice aux modes de vie économes en énergie incluant la mobilité, l’habitat et l’organisation de la chaîne alimentaire. Leur article Et la ferme de proximité devint l’unité la plus attrayante de la ville, publié en 2020 dans la revue Territoire en mouvement : Revue de géographie et d’aménagement, présente ce projet. L’objectif du projet de recherche-action est de définir les méthodes de culture et la taille optimale d’une future exploitation agricole pour dégager des critères économiques et un marché d’emploi, d’une part et d’autre part saisir le vécu social et ambiantal impacté dans le quartier avant d’envisager une réplicabilité sur d’autres sites nouveaux ou existants.

Ce projet n’est pas sans rappeler le projet R-Urban de l’Atelier d’architecture (AAA) autogéré mené depuis 2013, dans un premier temps à Colombe jusqu’en 2017 puis à Gennévillier. On doit aussi le jardin EcoBox à AAA.

Une ferme urbaine démontable pour tester différentes ambiances de quartiers

Ce projet de ferme urbaine de proximité devrait voir le jour à Annemasse, ville de Haute-Savoie (France) [1]. Principalement installée dans le quartier du Perrier, cette ferme urbaine sera diffuse; c’est-à-dire qu’elle sera installée sur plusieurs sites afin pour couvrir environ 1,6 hectares[2]. La particularité de cette ferme urbaine maraîchère en agriculture biologique est qu’elle sera démontable !

Pour l’heure, les unités de production alimentaire devraient s’intégrer à des stationnements ou participer au développement d’un nouvel espace d’agriculture urbaine en zone résidentielle, par le biais d’une serre verticale de production hors-sol ou des potagers en pieds d’immeubles. L’intérêt ici est de tester l’acceptabilité et l’intégration de cette ferme urbaine au paysage urbain d’Annemasse, mais surtout de pouvoir la déplacer une fois la phase d’expérimentation du projet pilote terminée. Ainsi, une première phase de la recherche consiste à décrire le vécu du quartier, dans son actualité et d’imaginer des ambiances futures grâce à la présence de la ferme, avant d’impliquer les acteurs économiques. Une attention particulière sera prêtée au sentiment d’attachement que les habitants portent au lieu actuel.

Un projet précurseur pour l’implication des acteurs de l’aménagement urbain

Ce projet de recherche est mené dans le cadre de la chaire de recherche « Habitat du futur » qui traite la question du logement économique, adaptable et éco-responsable[3]. Cette chaire regroupe les Écoles Nationales Supérieures d’Architecture de Lyon, de Saint-Etienne, de Grenoble, de Clermont-Ferrand, ainsi que les Grands Ateliers[4], un Groupement d’Intérêt Public (GIP)[5]. Le cabinet d’architecture Tangram Architectes est également impliqué dans le projet, par l’entremise de l’agence immobilière Alliade Habitat, du groupe Action Logement. Ces différents acteurs immobiliers remplissent également une mission de construction de logements sociaux, accessibles aux moins nantis. En effet, à la suite de l’expérimentation d’Annemasse, Alliade Habitat projette d’installer une ferme urbaine sur toit dans la Zone d’Activités Commerciales (ZAC) des Girondins, située dans le 7ème arrondissement de la métropole de Lyon. L’implantation de cette ferme urbaine verra le jour au cœur d’un complexe immobilier de logements sociaux et les critères de l’appel à projets se baseront sur les résultats du projet de recherche d’Annemasse. Finalement, les acteurs impliqués dans la chaire de recherche « Habitat du futur » se concertent à partir d’un projet de recherche-action conduit à Annemasse pour développer, à l’avenir, d’autres projets d’aménagements concrets. Ces outils et regroupements partenariaux permettent donc de réunir une multitude d’acteurs, des secteurs publics et privés, pour penser et construire l’agriculture urbaine de demain.

Pourtant, comme le souligne Olivier Balaÿ et Rémi Junquera, le tout n’est pas seulement d’installer une ferme urbaine, mais de créer une nouvelle ambiance dans les quartiers résidentiels, et d’assurer une adhésion des riverains au projet. Avec cette ferme urbaine amovible, le projet d’Annemasse innove à travers son caractère non permanent et transposable, ce qui va probablement alimenter les réflexions sur l’acceptabilité et la faisabilité des projets de fermes urbaines dans différents contextes. Les avancées du projet de Rémi Junquera sont donc à suivre, tout comme l’installation d’un maraîcher à Lyon et les futurs déplacements de la ferme amovible, pour imaginer des projets géographiquement éloignés, mais qui portent le même objectif : accroitre les surfaces d’agriculture urbaine.

Source

Balaÿ, O. et Junquera, R. (2020). Et la ferme de proximité devint l’unité la plus attrayante de la ville ! Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. Territory in movement Journal of geography and planning. Récupéré de http://journals.openedition.org/tem/6016

Notes

[1] Le projet s’étale sur la période 2017-2022. Des consultations publiques ont eu lieu en 2020. L’appel ça projet a été lancé en juin 2022 pour un dépôt de candidature pour le 5 juillet. La ferme doit démarrer en 2023. https://www.annemasse-agglo.fr/infos-et-loisirs/actualites/lancement-appel-a-projet-microferme-urbaine

[2]D’après le journal local Le Dauphiné : https://www.ledauphine.com/haute-savoie/2019/09/04/annemasse-des-serres-agricoles-pourraient-voir-le-jour-du-futur-au-quartier-du-perrier

[3] Voir le communiqué de presse de novembre 2016 du Ministère de la Culture et de la Communication qui annonce la création de plusieurs chaires partenariales, dont celle intitulée « Habitat du futur ».

[4] Pour plus d’informations sur les Grands Ateliers : http://www.lesgrandsateliers.org/

[5] Les Groupements d’Intérêt Publics (GIP) regroupent des acteurs des secteurs privés et publics pour la mise en commun de moyens pour des missions d’intérêt général : https://www.collectivites-locales.gouv.fr/autres-contrats-commande-publique-0



Citer ce billet
Logan Penvern (2022, 29 juin). Une ferme urbaine amovible pour créer des ambiances de quartier et en tester l’implantation. AgriUrbain. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auji

Logan Penvern

Etudiant au doctorat en sciences de l'environnement ISE-UQAM

More Posts

Logan Penvern

Etudiant au doctorat en sciences de l'environnement ISE-UQAM

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search