Un cadre pour faciliter l’intégration de l’agriculture urbaine dans l’aménagement des villes

Dans un contexte de croissance démographique et d’urbanisation rapide, la planification alimentaire urbaine devient un enjeu fondamental au sein des villes pour assurer la sécurité alimentaire de ses populations. En 2015, le Pacte de Milan confirmait l’importance de l’agriculture urbaine pour maintenir une vie urbaine durable, car elle contribue de manière significative à la sécurité alimentaire des populations tout en améliorant la qualité des milieux de vie des zones métropolitaines[1]. Cependant, dans les dernières décennies, la production alimentaire urbaine n’a presque pas été intégrée dans le processus de planification et de conception des villes. Bien que l’on trouve de manière récente des stratégies d’agriculture urbaine ou des plans de développement de communautés nourricières au sein de nombreuses villes du Québec, il existe une relative absence de politiques alimentaires à l’échelle des régions urbaines. Lorsqu’il y en a elles sont fragiles. Ce constat est aussi fait en France.[2]

Dans l’article intitulé A Framework for Integrating Agriculture in Urban Sustainability in Australia, publié en 2019 dans la revue Urban Science, Sarker et ses collègues analysent les politiques et les pratiques de planification qui peuvent soutenir l’intégration de l’agriculture urbaine dans l’aménagement des villes hautement urbanisées, comme c’est le cas de nombreuses villes australiennes. Parmi les auteurs, Arif H. Sarker et Janet F. Marinova sont professeurs à l’Institut des politiques de durabilité de l’Université Curtin (CUSP), et Dora Bornman est professeure à l’Institut de l’avenir de l’alimentation à l’Université de Murdoch, en Australie. L’objectif des auteurs est de présenter un cadre qui facilite l’intégration de l’agriculture urbaine dans les politiques et la planification du territoire urbain des villes australiennes et d’autres villes de pays développés.

La planification de l’agriculture urbaine : un processus en trois étapes

Selon Sarker et ses collègues, la planification de l’agriculture urbaine doit passer par un processus en trois étapes. Premièrement, il s’agit de garantir une disposition légale qui réglemente et guide l’utilisation des terres urbaines pour les activités agricoles, et ce, par le biais de politiques de planification, de règlements et de législations. Deuxièmement, il s’agit de créer des organismes officiels pour renforcer ces politiques, ces programmes et plans d’action. Troisièmement, il s’agit d’identifier et de désigner des terrains pour l’agriculture urbaine en fonction de leur disponibilité et de leur accessibilité, et de promouvoir des incitations fiscales et des tarifs pour l’implantation de l’agriculture urbaine.

Présenté dans la figure 1, le cadre d’intégration de Sarker et ses collègues propose des stratégies pour intégrer l’agriculture urbaine dans la planification du développement urbain et ainsi, améliorer la durabilité des villes. Les auteurs identifient les potentiels défis rencontrés dans le processus de planification, les outils de planification disponibles pour résoudre ou éviter les tensions potentielles et les domaines d’intervention facilitant l’intégration de l’agriculture urbaine. Ce cadre s’appuie sur les trois piliers du concept de durabilité : le social, l’économique et l’environnemental (voir schéma ci-dessous).

Figure 1. Cadre conceptuel pour l’intégration de l’agriculture urbaine dans le développement durable des villes.

Défis pour mettre en œuvre ce cadre conceptuel

Les auteurs distinguent trois principales contraintes dans la planification de l’agriculture urbaine : des enjeux liés à la perception, des questions réglementaires et des questions techniques. Pour ce qui est de la perception, nombreux sont les urbanistes qui ne perçoivent pas les systèmes alimentaires comme relevant de leur compétence et ne se sentent pas qualifiés dans ce domaine[3]. D’autres obstacles à l’adoption des activités d’agriculture urbaine concernent le manque de financement et de liens avec les groupes communautaires pour soutenir l’agriculture urbaine, l’insuffisance des infrastructures et des autres services de soutien, la concurrence pour l’utilisation des terres notamment avec les grandes entreprises commerciales, les risques sanitaires réels et perçus et finalement, les possibles impacts environnementaux de l’agriculture urbaine.

Pour une meilleure intégration, Sarker et ses collègues recommandent d’assurer une clarté conceptuelle au terme d’« agriculture urbaine » afin que les gouvernementaux nationaux et locaux puissent adopter un cadre règlementaire et politique capable de faciliter ses activités. De plus, les auteurs insistent sur le rôle majeur des urbanistes pour intégrer les activités d’agriculture urbaine dans la conception des plans d’aménagement. En effet, ceux-ci ont la possibilité d’intervenir dans les programmes de planification et les plans d’aménagements à différents niveaux pour promouvoir et faciliter le développement des activités d’agriculture urbaine. Les urbanistes ont donc un important rôle à jouer dans la réforme des politiques urbaines et les programmes d’aménagement.

Conclusion : nécessité d’un soutien des politiques publiques

Le cadre conceptuel proposé par Sarker et ses collègues offre des lignes directrices pour intégrer l’agriculture urbaine dans l’aménagement des villes. Toutefois, ce cadre d’intégration doit s’accompagner d’un soutien au niveau des politiques publiques et d’une reconnaissance institutionnelle pour que l’agriculture urbaine devienne partie intégrante des objectifs de développement et de planification des villes. Un appui institutionnel direct permettrait de mettre en œuvre une planification intégrée avec des politiques, des lois et des programmes qui soutiennent l’agriculture urbaine dans le développement territorial et ainsi, diminuer les contraintes liées aux cadres règlementaires et juridiques. À ce titre, les urbanistes pourraient faire de l’agriculture urbaine un aspect essentiel des plans d’aménagement, et ce, en privilégiant une approche collaborative et concertée avec les autres acteurs du développement territorial. Avec les enjeux futurs de sécurité alimentaire, le soutien des politiques publiques et des urbanistes pour l’agriculture urbaine est essentiel pour améliorer la résilience urbaine. Il est vrai cependant que les décisions à prendre devront s’accompagner de nouveaux compromis dans l’espace urbain.

Source

Sarker, A., Bornman, J., et Marinova, D. (2019). A framework for integrating agriculture in urban sustainability in Australia. Urban Science3(2), 50–50. https://doi.org/10.3390/urbansci3020050

Notes

[1] Milan Urban Food Policy Pact. (2018). [En ligne]. Récupéré le 5 novembre 2021 de : http://www.milanurbanfoodpolicypact.org/

[2] Coline Perrin et Christophe-Toussaint Soulard, « Vers une gouvernance alimentaire locale reliant ville et agriculture. Le cas de Perpignan », Géocarrefour [En ligne], 89/1-2 | 2014, mis en ligne le , consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/9456 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.9456

[3] Pothukuchi, K.et Kaufman, J. (2000). The Food System A Stranger to the Planning Field. J. Am. Plan. Assoc. 66, 113–124.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
katiascehrer (30 juin 2022). Un cadre pour faciliter l’intégration de l’agriculture urbaine dans l’aménagement des villes. AgriUrbain. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/aujj


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search