Reconnaître les valeurs et les attentes en matière de gouvernance des acteurs de l’agriculture urbaine afin de parvenir à une gouvernance efficace et légitime

Les acteurs de l’agriculture urbaine ont différentes conceptions et attentes en termes de gouvernance. Ces différentes compréhensions de la gouvernance peuvent compliquer les visions et fonctionnalités de l’agriculture urbaine et sa participation dans la résilience urbaine. Afin d’obtenir davantage d’information sur ce phénomène, Piso et ses collègues ont réalisé une enquête intitulée Types of urban agricultural stakeholders and their understandings of governance, publiée en 2019 dans la revue Ecology and Society. Zachary Piso est professeur adjoint de philosophie et chercheur en développement durable à l’Institut de durabilité de Hanley, en Angleterre ; Lissy Goralnik et Maria Claudia Lopez sont professeures en études environnementales et engagement communautaire au sein du Département de durabilité communautaire de l’Université d’État du Michigan, aux États-Unis ; et Julie Libarkin est professeur de géocognition et dirige le Laboratoire de recherche sur la géocognition à l’Université d’État du Michigan. L’objectif des auteurs a été d’enquêter sur les valeurs agricoles et la compréhension de la gouvernance de différents groupes d’acteurs de l’agriculture urbaine à Lansing, dans le Michigan.

Les profils d’acteurs et leurs attentes en matière de gouvernance

Les résultats de cette étude démontrent que les acteurs de l’agriculture urbaine présentent une diversité dans leurs valeurs et la hiérarchisation de celles-ci ainsi que dans leurs compréhensions de la gouvernance de l’agriculture urbaine. Quatre types d’acteurs ont été identifiés : les intendants de l’agriculture urbaine (9 participants), les gestionnaires de risques (7 participants), les irrigants des déserts alimentaires (3 participants), et les contextualistes de l’agriculture urbaine (2 participants). Ces quatre profils d’acteurs se distinguent par leurs valeurs agricoles, leur participation à la gouvernance locale et par leur compréhension générale de la gouvernance[1].

Cette typologie d’acteur indique que les parties prenantes conçoivent et s’engagent dans la gouvernance en fonction des valeurs agricoles qu’ils privilégient. En d’autres mots, et parce que les valeurs agricoles interagissent avec les attentes en matière de gouvernance, la conception de la gouvernance des parties prenantes peut être évaluée en fonction des valeurs mises de l’avant.

Piso et ses collègues ont donc retrouvé sept critères d’une bonne gouvernance urbaine dans les valeurs principales des différents profils d’acteurs, à savoir : la durabilité, la décentralisation, l’équité, l’efficacité, la transparence et la responsabilité, la participation civique, et la sécurité.

  • Les intendants de l’agriculture urbaine ont démontré une importance particulière pour la durabilité, le renforcement de la communauté et l’engagement civique ;
  • Les gestionnaires de risques, pour la sécurité et la transparence de l’information ;
  • Les irrigants des déserts alimentaires, pour l’équité et la justice alimentaire ; et
  • Les contextualistes de l’agriculture urbaine, pour la décentralisation et pour une gouvernance participative adaptée aux réalités locales.

L’enquête a également révélé que les gestionnaires de risques et les irrigants des déserts alimentaires concordent avec une vision plus traditionnelle de la gouvernance où l’État pose des règlementations strictes pour faire respecter les droits fondamentaux, tandis que les intendants de l’agriculture urbaine et les contextualistes de l’agriculture urbaine conçoivent une gouvernance plus adaptative et collaborative dans laquelle les communautés peuvent contribuer à définir les règles et les normes en fonction de leur vision de l’agriculture urbaine.

Conclusion : clarifier les représentations de la gouvernance des acteurs de l’agriculture urbaine pour une gouvernance plus efficace

Pour Piso et ses collègues, identifier les différentes compréhensions de la gouvernance des acteurs de l’agriculture urbaine permet d’une part, (1) de mieux situer les réglementations pour qu’elles répondent aux différentes valeurs environnementales et agricoles des acteurs et d’autre part, (2) d’identifier les acteurs qui devraient élaborer ces réglementations et pour qui. De cette manière, les auteurs recommandent aux décideurs politiques de reconnaître la diversité des valeurs et des attentes en matière de gouvernance des acteurs de l’agriculture urbaine afin de parvenir à une gouvernance plus efficace et légitime.

D’après eux, clarifier les différentes façons de concevoir la gouvernance permet de fluidifier et améliorer la productivité des échanges et ainsi, trouver des terrains d’entente sur les valeurs à privilégier en matière de gouvernance alimentaire urbaine.

Source

Piso, Z., Goralnik, L., Libarkin, J. C., et Lopez, M. C. (2019). Types of urban agricultural stakeholders and their understandings of governance. Ecology and Society24(2). https://doi.org/10.5751/ES-10650-240218

 Notes

[1] Pour plus de détail sur chacun des profils, lire l’article de Piso et al., (2019).



Citer ce billet
katiascehrer (2022, 30 juin). Reconnaître les valeurs et les attentes en matière de gouvernance des acteurs de l’agriculture urbaine afin de parvenir à une gouvernance efficace et légitime. AgriUrbain. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aujk

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search