Diversité de motivations et d’impacts sociaux de différentes formes d’agriculture urbaine : mieux comprendre pour maximiser les bienfaits

La préservation et l’aménagement d’espaces verts sont des enjeux d’importance en milieu urbain. Les jardins et les potagers urbains font partie des initiatives de verdissement et comportent de nombreux bénéfices sociaux en plus de ceux environnementaux. Toutefois, les motivations des citoyens et citoyennes varient énormément selon le type d’agriculture urbaine. La recherche à ce sujet se limite à des petits échantillons et à des mesures qualitatives et, généralement, étudie peu le lien entre les motivations, les bénéfices sociaux et le type d’agriculture urbaine. La compréhension de ces interactions est pourtant un élément clé pour mesurer les impacts de l’agriculture urbaine.

Dans l’article Differences in motivations and social impacts across urban agriculture types: case studies in Europe and the US, Kirby et al. (2021) font une analyse quantitative des motivations de fermiers et de jardiniers et des impacts sociaux de 74 sites d’agriculture urbaine à travers l’Europe et les États-Unis. L’étude permet de voir comment les impacts sociaux et les motivations varient d’un type d’agriculture urbaine à un autre et quelles caractéristiques des participants et des sites maximisent le bien-être.

L’étude permet ainsi aux urbanistes et aux décideurs de prévoir l’aménagement urbain de façon à maximiser les bienfaits sociaux. Il ressort de l’étude que les participants ayant de fortes motivations économiques ou sociales et ceux qui sont propriétaires ou principaux opérateurs des jardins ou des fermes sont ceux qui risquent le plus de voir leur bien-être général amélioré par l’agriculture urbaine.

Classification des sites d’agriculture urbaine et des participants

Cette recherche s’effectue dans le cadre du projet FEW-meter, un projet de grande envergure qui étudie l’influence de l’humain sur le modèle FEW (Food-Energy-Water nexus) pour l’agriculture urbaine. Le développement du modèle est décrit dans l’article de Caputo et al (2021). L’étude sur les impacts sociaux de l’agriculture urbaine regroupe des fermiers et des jardiniers urbains de 5 pays (France, Allemagne, Pologne, Royaume-Uni et États-Unis) du projet FEW-meter pour un total de 74 sites d’agriculture urbaine (155 participants). 3 paramètres sont considérés pour caractériser les participants et les types d’agriculture urbaine : le rôle des participants, la méthode de distribution alimentaire et la connectivité du site.

Quelles sont les motivations des participants à l’agriculture urbaine?

Parmi les 13 motivations suggérées dans le sondage auprès des participants de l’étude, celles qui ressortent le plus sont la motivation à améliorer la qualité de l’environnement, à avoir accès à des herbes, des fruits et des légumes frais et à pouvoir se détendre. Les motivations à économiser de l’argent, à acquérir des compétences pour se préparer à l’emploi et à partager les connaissances sont les moins importantes pour les participants à l’étude.

Par contre, ces motivations varient selon le type d’agriculture urbaine. Les gens qui participent à des jardins et des fermes communautaires sont plus motivés par les interactions sociales que les gens qui ont des projets à la maison. Les motivations économiques sont plus fortes dans les projets de travail que dans les projets communautaires.

Quels sont les impacts sociaux de l’agriculture urbaine?

Les participants de l’étude étaient aussi appelés à classer les catégories d’impacts sociaux selon leur effet positif, négatif ou neutre. Les deux impacts positifs principaux qui en ressortent sont les effets sur l’humeur générale et le bien-être physique. Dans l’ensemble, toutes les catégories d’impacts sociaux sont classées comme positive sauf la catégorie « perspectives d’emploi » où la majorité des participants rapportent un effet neutre. Dans la majorité des types d’agriculture urbaine étudiés, les bienfaits nutritionnels avaient peu d’importance. Les impacts sociaux rapportés varient d’un type d’agriculture urbaine à un autre. Sans surprise, les sites où les produits sont vendus et qui emploient des gens plutôt que de faire appel à des volontaires accordent plus d’importance aux bienfaits économiques. L’étude omet les impacts éducationnels puisqu’il n’a pas été possible de leur attribuer une valeur quantitative.

Maximiser les bienfaits pour diriger la planification urbaine

 Le bien-être général est utilisé comme variable pour déterminer les caractéristiques des fermes/jardins et des participants qui maximisent les bienfaits de l’agriculture urbaine. Selon la recherche, les caractéristiques des participants, notamment leur rôle et leurs motivations, ont la plus grande incidence sur les bienfaits. En effet, les employés perçoivent moins d’effets positifs que les propriétaires et les opérateurs principaux. Une personne motivée par la possibilité de socialiser ou ayant un grand intérêt économique percevra davantage les bénéfices associés à l’agriculture urbaine.

L’étude de Kirby et al apporte un éclairage afin d’illustrer l’importance, pour les décideurs et les urbanistes, de comprendre la diversité des motivations des agriculteurs et agricultrices urbains l’agriculture lorsqu’il est question de stratégies de développement et d’aménagement urbain. Comme les impacts sociaux varient selon le type d’agriculture et selon la région géographique, les besoins et les motivations de la population locale doivent être identifiés pour choisir la méthode qui maximise les bienfaits. Schoen, Caputo et Blythe (2020) démontrent que la valeur économique attribuée au bien-être général et aux interactions sociales qui découlent des projets d’agriculture dépasse la valeur économique de la production alimentaire de ces mêmes projets.

Références

Caputo, S., Schoen, V., Specht, K., Fox-Kamper, R., Grard, B., Blythe, C., Cohen, N., Hawes, J., Newell, J., & Ponizy, L. (2021). Applying the food-energy-water nexus approach to urban agriculture: from FEW to FEWP (food-energy-water-people). Urban Forestry and Urban Greening58. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1618866720307512

Kirby, C. K., Specht, K., Fox-Kämper Runrid, Hawes, J. K., Cohen, N., Caputo, S., Ilieva, R. T., Lelièvre Agnès, Poniży Lidia, Schoen, V., & Blythe, C. (2021). Differences in motivations and social impacts across urban agriculture types: case studies in Europe and the US. Landscape and Urban Planning212. https://doi.org/10.1016/j.landurbplan.2021.104110

Schoen, V., Caputo, S., & Blythe, C. (2020). Valuing Physical and Social Output: A Rapid Assessment of a London Community Garden. Sustainability12(13), 5452. MDPI AG. http://dx.doi.org/10.3390/su12135452

 

 

 

 



Citer ce billet
myriamlarouche (2022, 30 juin). Diversité de motivations et d’impacts sociaux de différentes formes d’agriculture urbaine : mieux comprendre pour maximiser les bienfaits. AgriUrbain. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aujn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search