Potentiel de production alimentaire des potagers dans une ville régionale australienne

Avec la pandémie du COVID-19, les jardins domestiques ont contribué efficacement à approvisionner leurs propriétaires en fruits et légumes frais (Mullins et al., 2021). Cependant, comparativement à d’autres types d’agriculture urbaine, les jardins domestiques sont peu reconnus. Malgré de cela change rapidement[1],[2], jusqu’à aujourd’hui, les chercheurs se sont peu intéressés à leur volume de production, et ce, bien que les sites de production alimentaire potentielle en ville se trouvent bien souvent dans les zones résidentielles. Gosh s’est donc intéressée au potentiel de production alimentaire des jardins familiaux et leur contribution aux besoins alimentaires de leurs propriétaires dans des zones résidentielles de Dubbo, une importante ville régionale australienne.

Architecte de profession, Sumita Gosh est également professeure à l’École de l’environnement bâti de l’Université Technologique de Sydney, en Australie. Ses recherches portent sur la planification et les politiques en matière d’infrastructures vertes, les morphologies urbaines et les formes d’habitat plus durable. Son étude, Urban agriculture potential of home gardens in residential land uses : A case study of regional City of Dubbo, Australia, publiée dans la revue Land Use Policy en 2021, vise à mesurer le potentiel de production alimentaire des jardins familiaux dans une zone résidentielle à faible densité et une zone résidentielle à densité moyenne.

Méthodologie de l’étude

En premier lieu, Gosh effectue une estimation du total des terres productives disponibles dans ces zones en utilisant les systèmes d’informations géographiques (SIG) et les méthodes de télédétection. Au total, six catégories de tailles de lotissement ont été analysées, comprenant des parcelles de terrains entre 300 m2 et 1200 m2 et couvrant un total de 15 502 876 m2 de terre. Les parcelles entre 601 à 900 m2 couvraient près de 40 % de toutes les zones analysées. Par la suite, Gosh évalue le potentiel de production annuelle de légumes sur ces parcelles et leur apport énergétique alimentaire total afin de comprendre dans quelles mesures celles-ci peuvent combler les besoins alimentaires des habitants. À ce stade, l’auteure utilise l’unité énergétique pour établir un lien entre le potentiel d’agriculture urbaine et l’apport énergétique alimentaire. En se basant sur les données de plusieurs études, Gosh détermine que la demande énergétique annuelle en fruits et légumes par habitant est de 120 450 kilocalories (kcal) soit 0,504 gigajoules. La productivité alimentaire annuelle par m2 de parcelle de jardin est calculée par Gosh comme étant égale à 0,007 gigajoules. Finalement, l’auteure effectue quatre scénarios d’utilisation des jardins (90%, 75%, 50% et 25%) pour examiner différentes variables de leur apport énergétique aux ménages résidents.

Une production alimentaire prometteuse pour combler les besoins énergétiques des résidents

Selon les résultats obtenus, une utilisation de 90% des parcelles potentielles pour l’agriculture urbaine permettrait de répondre à 84,3 % des besoins alimentaires annuels en fruits et légumes des résidents. Dans le scénario d’utilisation le plus faible où seulement 25% des terres sont utilisées, les parcelles contribuent tout de même à 23,4 % des besoins annuels en légumes alimentaires des résidents. Dans le scénario le plus faible, les parcelles mesurant entre 751 m2 et 900 m2 pourraient fournir jusqu’à 1443 tonnes de légumes par an. L’auteure fait remarquer que le potentiel de production alimentaire des jardins familiaux peut dépendre de nombreux facteurs : la taille et la configuration des parcelles, la surface de terre productive disponible pour la culture, les caractéristiques morphologiques des formes urbaines/suburbaines, les besoins énergétiques alimentaires annuels des habitants, et d’autres facteurs sociaux, culturels et économiques connexes. Dans un scénario maximal où 100% des parcelles sont utilisées, la production en légume dépasserait la demande annuelle de la population résidente. Dans une telle situation, les surplus pourraient être mis en marché et rendus accessibles à d’autres habitants. Il est à noter que les terres au-delà de 1200m2 n’ayant pas été comptabilisé pour l’étude, le potentiel global d’agriculture urbaine des terres résidentielles de la ville de Dubbo pourrait être bien supérieurs à celui annoncé dans cette étude. Les recherches futures pourraient donc améliorer les données de cette étude en s’intéressant à d’autres échelles spatiales.

Nécessité d’un soutien politique pour encourager l’adoption du jardinage dans les zones résidentielles

Cette étude, comme d’autres, démontre que les terres productives disponibles dans les zones résidentielles pourraient répondre à la demande quotidienne des habitants en légumes. Étant donné que la plupart des parcelles cultivables en ville se trouvent dans les zones résidentielles, Gosh soutient que, si celles-ci étaient davantage utilisées pour l’agriculture urbaine, elles pourraient répondre à une part considérable de la demande annuelle en légumes alimentaires des ménages et des communautés.

En plus de la sécurité alimentaire, la production alimentaire urbaine génèrerait une pluie d’avantages sociaux, économiques et environnementaux et permettrait de protéger les terres agricoles en périphérie. Les jardins domestiques sont donc à considérer par les institutions locales comme une forme d’utilisation prometteuse des zones résidentielles, notamment pour rendre la ville plus sûre sur le plan alimentaire. En temps de pandémie et avec les défis urbains futurs, le jardinage domestique pourrait très bien convenir aux modes de vie des ménages des petites villes régionales, ainsi qu’aux nouveaux ménages venant des grandes villes, et en quête d’une meilleure qualité de vie.

Toutefois, un soutien politique est requis pour encourager le jardinage domestique. Gosh suggère aux institutions de se munir de politiques de planification qui facilitent l’intégration de l’agriculture urbaine, par exemple, en créant des programmes de formations pour développer les compétences en jardinage, en organisant des évènements pour sensibiliser à l’importance de l’alimentation locale, ou encore, en formant des professionnels d’agriculture urbaine pour résoudre les problèmes de main d’œuvre et de temps. L’auteure suggère de multiplier les recherches visant à explorer les manières de développer l’agriculture urbaine dans les villes régionales et métropolitaines. La présente méthodologie peut par ailleurs être utilisée dans les quartiers résidentiels d’autres villes ayant des formes urbaines similaires.

Source

Ghosh, S. (2021). Urban agriculture potential of home gardens in residential land uses: a case study of regional city of dubbo, australia. Land Use Policy109. https://doi.org/10.1016/j.landusepol.2021.105686  

Duchemin, E, L. Penvern, N. McClintock et T.T.H. Pham (2021) Évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques et sociaux, Rapport de recherche, Université du Québec à Montréal & Laboratoire sur l’agriculture urbaine, 273p.

Duchemin, E et N. McClintock, 2020, L’apport alimentaire de l’agriculture urbaine sociale aux villes, en temps de crise : le cas de Montréal, Carnet de Recherche AULAB, AgriUrbain : [En ligne] URL : https://agriurbain.hypotheses.org/4739

Mullins, L., Charlebois, S., Finch, E. et Music, J. (2021). Home food gardening in Canada in response to the COVID-19 pandemic. Sustainability, 13, 3056. https://doi.org/ 10.3390/su13063056

Notes

[1] Voir Duchemin, E, L. Penvern, N. McClintock et T.T.H. Pham (2021) Évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques et sociaux, Rapport de recherche, Université du Québec à Montréal & Laboratoire sur l’agriculture urbaine, 273p.

[2] Duchemin, E et N. McClintock, 2020, L’apport alimentaire de l’agriculture urbaine sociale aux villes, en temps de crise : le cas de Montréal, Carnet de Recherche AULAB, AgriUrbain : [En ligne] URL : https://agriurbain.hypotheses.org/4739


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
katiascehrer (30 juin 2022). Potentiel de production alimentaire des potagers dans une ville régionale australienne. AgriUrbain. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/aujo


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search