Cartographier une ville pour le développement de l’agriculture urbaine : cas de Boston

En prévision des pressions environnementales et démographiques à venir, de nombreuses villes multiplient leurs efforts pour intégrer l’agriculture urbaine dans l’aménagement de leurs territoires. C’est entre autres le cas de Boston qui a adopté en 2013 un zonage pour soutenir la production alimentaire urbaine (Saha et Ecklman, 2017).

Si à Boston, de nombreuses parcelles sont potentiellement exploitables pour la production alimentaire, une étape préliminaire importante afin de planifier un système alimentaire local urbain consiste à estimer la surface totale disponible pour les activités d’agriculture urbaine ainsi que les rendements potentiels des parcelles cultivées.

Saha et Ecklman ont donc réalisé un cadre de modélisation basé sur la télédétection et les Systèmes d’Informations Géographiques (SIG) afin de localiser et quantifier les zones disponibles pour l’agriculture urbaine à Boston.

Mithun Saha est chercheur à AIR Worldwide, tandis que Matthew J. Eckelman est professeur adjoint à Northeastern University de Boston. Dans leur étude Growing fresh fruits and vegetables in an urban landscape: A geospatial assessment of ground level and rooftop urban agriculture potential in Boston, USA, publiée en 2017 dans la revue Landscape and Urban Planning, Saha et Ecklman présentent un cadre de modélisation pour déterminer le potentiel d’agriculture urbaine de Boston.

Méthodologie de l’étude

Saha et Ecklman ont développé un modèle géospatial pour cartographier les zones de toits plats et de sols pouvant être utilisées pour l’agriculture urbaine à Boston[1]. Ce modèle utilise des outils de géotraitement, d’analyse spatiale et matricielle ainsi que des données de télédétection, notamment pour calculer les pentes de toits des bâtiments. Des facteurs tels que la taille minimale des parcelles, la pente, la qualité du sol, l’ensoleillement et la hauteur maximale des bâtiments ont été évalués pour identifier les sols et les toits adaptés à l’agriculture urbaine. Les différentes étapes mises en œuvre par les auteurs pour réaliser la cartographie sont présentées dans la figure ci-dessous.

Une fois la cartographie des zones potentiellement appropriées pour l’agriculture urbaine réalisée, les chercheurs ont calculé le rendement théorique total des parcelles en fruits et légumes. Une analyse a été menée pour valider les modèles spatiaux obtenus et garantir les données de l’étude. Cette validation a été faite en comparant les modèles obtenus à des images à haute résolution ainsi qu’aux données existantes de l’Assesseur fiscal de la ville de Boston. Les chercheurs indiquent que cette validation pourrait être renforcée à l’aide d’une vérification sur place.

Les différentes étapes de mise en œuvre par les auteurs pour réaliser la cartographie des espaces potentiellement intéressant pour l’agriculture urbaine à Boston.

Les différentes étapes de mise en œuvre par les auteurs pour réaliser la cartographie des espaces potentiellement intéressant pour l’agriculture urbaine à Boston.

 

Un potentiel agricole prometteur pour la ville de Boston

Les toits verts potentiellement intéressants pour l’agriculture urbaine à Boston.

Les toits verts potentiellement intéressants pour l’agriculture urbaine à Boston.

Les résultats obtenus par les études démontrent que Boston dispose d’un nombre important de parcelles adaptées à l’agriculture urbaine. Au total, un peu plus de 920 ha de surface de toit à été identifié comme étant adéquate pour la production alimentaire, ce qui représente 42 % de la surface totale des toits de Boston.

 

 

 

 

Les espaces cultivables au sol potentiellement intéressants pour l’agriculture urbaine à Boston.

Les espaces cultivables au sol potentiellement intéressants pour l’agriculture urbaine à Boston.

Concernant les parcelles urbaines (au sol) potentiellement cultivables, 1 250 ha de surface ont été cartographiés par les auteurs, ce qui représente 10 % de la superficie totale de Boston. De ce nombre, 22% sont des terrains vacants publics (184 ha) ou privés (100 ha) qui pourraient être utilisés immédiatement pour l’agriculture urbaine au sol, et les 78 % restants sont des parcelles privées, soit des zones résidentielles (458 ha), soit des zones gouvernementales ou commerciales (508 ha).

 

 

 

Pour les auteurs, les zones les plus prometteuses pour l’agriculture urbaine à Boston sont les quartiers Est, Sud et Sud-ouest en raison d’une faible densité de population. Par contre, si le centre-ville présente peu de parcelles cultivables au sol, on y retrouve de nombreux sites potentiels sur les toits des immeubles.

Si toutes les parcelles de toits et de sols identifiées pour l’agriculture urbaine sont utilisées, le rendement potentiel total en production de légumes est estimé par les auteurs à 17 000 tonnes (toits) et 180 000 tonnes (sols) de fruits et légumes frais par an. En se basant sur la consommation annuelle moyenne des Américains en fruits et légumes frais, les chercheurs indiquent que cette quantité de nourriture est suffisante pour fournir 1 million de personnes en fruits et légumes, soit, 50% de la population actuelle de Boston. Il est à noter que les multiples critères pour sélectionner les toits et les sols (pente, qualité du sol, ombre, etc.) réduisent la surface potentielle totale pour l’agriculture urbaine à Boston, mais font de la surface estimée, des parcelles de très haute qualité (classe A et B) pour la production alimentaire.

Plusieurs limites à la conversion des parcelles

Le scénario de l’étude suppose que 100% de la superficie disponible soit utilisée pour l’agriculture urbaine. Or, de nombreux facteurs rendent difficiles la conversion des terrains urbains vacants ou privés pour la production agricole comme la concurrence économique pour une utilisation commerciale, la contamination des sols, le manque d’entreprise ou de communautés motivées et les enjeux de sécurité structurelle (Saha et Ecklman, 2017).

Un autre obstacle concerne le fait que la majorité des parcelles sont des cours résidentielles privées destinées à des usages récréatifs ou esthétiques. Pour engager les propriétaires dans une production agricole commerciale ou coopérative, les auteurs soulignent la nécessité d’un processus de planification important ainsi que des efforts communautaires coordonnés. Une autre limite à la conversion des superficies pour l’agriculture urbaine concerne des enjeux économiques, car l’agriculture urbaine peut potentiellement engendrer des coûts élevés (détérioration des bâtiments, coût de l’entretien, etc.) et supérieurs aux rendements générés par les cultures. Finalement, dans un scénario où 100% des surfaces potentielles sont cultivés, des mesures doivent être mises en place pour éviter les contreparties environnementales négatives de l’agriculture urbaine, notamment en ce qui concerne la surutilisation d’eau ou la pollution due à l’usage des intrants.

Importance de cartograpĥier les espaces pour la planification de l’agriculture urbaine

Le cadre de modélisation utilisé dans cette étude fournit des estimations détaillées du potentiel agricole urbain de Boston et peut être utilisé dans d’autres villes similaires. En effet, une telle modélisation peut être particulièrement utile pour les villes à faible densité ; dont le climat va se réchauffer dans les prochaines années ; où le dépeuplement laisse place à de nombreuses parcelles vacantes ; et où les loyers sont bas et donc, où la concurrence est moindre pour l’utilisation du sol (Saha et Ecklman, 2017). A Boston, la réalisation d’un inventaire des terres potentielles pour l’agriculture urbaine fournie aux urbanistes, aux politiciens et aux parties prenantes du système alimentaire, une cartographie de haute précision des surfaces favorables pour l’agriculture urbaine. Cette cartographie permet donc de diriger les efforts de planification vers des zones stratégiques prioritaires pour la production alimentaire, et donc, de privilégier une planification coordonnée entre les parties prenantes.

Pour améliorer les efforts de modélisation, Saha et Eckelman suggèrent d’effectuer des entretiens à l’échelle des communautés locales pour avoir accès à des recommandations plus ciblées et appropriées pour le développement de certaines parcelles en agriculture urbaine.

Au Québec, il existe aussi quelques études de cartographie et certaines sont en cours au sein du Laboratoire sur l’agriculture urbaine :

Source

Saha, M. et Eckelman, M. J. (2017). Growing fresh fruits and vegetables in an urban landscape: a geospatial assessment of ground level and rooftop urban agriculture potential in Boston, USA. Landscape and Urban Planning, 165, 130–141. https://doi.org/10.1016/j.landurbplan.2017.04.015

Notes

[1] Les sites agricoles déjà utilisés pour l’agriculture urbaine ont été comptabilisés dans la cartographie.



Citer ce billet
katiascehrer (2022, 3 août). Cartographier une ville pour le développement de l’agriculture urbaine : cas de Boston. AgriUrbain. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aujr

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search