Les jardins municipaux et leurs fonctions au sein de petites municipalités du Tyrol du Sud en Italie

Depuis plusieurs années, les jardins communautaires et collectifs ont retenu l’attention de nombreux chercheurs pour leurs qualités multidimensionnelles[1]. Cependant, les jardins de ce type qui se développent dans d’autres contextes que les zones métropolitaines, et notamment ceux qui se développent en région plus rurale ou en zone de montagne, ont été peu documentés jusqu’à présent. Ce manque d’intérêt s’explique par l’urbanisation réduite dans ces zones et en conséquence, le faible nombre de jardins urbains, la présence abondante d’espaces verts à proximité ou encore par une préférence pour des jardins privés de types arrière-cours. Bien que l’on observe de plus en plus de projets de jardins communautaires et collectifs dans les villages. Au Québec, un organisme comme Eurêko porte une démarche pour des municipalités nourricières visant des villes de moins de 5 000 habitants.

Les petites municipalités et les zones de montagne sont toutefois confrontées à des pressions similaires à celles des zones plus urbanisées en termes d’usage du sol, de vulnérabilité climatique, de vieillissement de la population et de perte de lien social. Elles voient aussi les zones agricoles les entourant se concentrer sur de la production agricole de grandes cultures.

Afin de voir la présence de petites parcelles de terrain que les municipalités attribuent gratuitement (ou à faible coût) à des associations ou bien à des citoyens présentant des risques d’isolement social (âge avancé ou faible revenu) pour la production alimentaire et comprendre les fonctions des jardins municipaux dans les zones montagneuses et leurs contributions à la résilience urbaine, Valentina Cattivelli a réalisé une enquête dans le Tyrol du Sud, une région montagneuse du nord de l’Italie où les jardins municipaux se développent abondamment depuis quelques années. Les municipalités de cette région ont toutes, à l’exception de Bolzano, moins de 10 000 habitants, et la plupart du temps moins de 5 000 habitants. Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord ou en Europe, il existe peu ou pas d’études sur l’agriculture urbaine dans les petites villes et villages. Pourtant les données montrent une présence d’initiatives dans les villages, déjà au niveau des potagers individuels/domestiques, L’auteure défriche un champ de recherche important à étudier, car comme elle le mentionne, les petites municipalités sont aussi confrontées à des enjeux sociaux et environnementaux.

Chercheure, conférencière et analyste politique, Valentina Cattivelli est spécialiste des thèmes concernant l’économie régionale et les politiques de développement local et rural. Dans ses article, The urban gardens in South Tyrol (IT): spatial distribution and some considerations about their role on mitigating the effects of ageing and urbanization et The Motivation of Urban Gardens in Mountain Areas. The Case of South Tyrol, Valentina Cattevelli cartographie les initiatives et documente les perspectives de différents acteurs sur leurs développements, Cattivelli présente la distribution spatiale des jardins urbains dans le Tyrol du Sud et leurs fonctions au sein des municipalités. Son étude se base sur des entretiens semi-structurés avec des maires municipaux et autres acteurs, ce qui lui a permis de réaliser une cartographie des projets, mais aussi de comprendre la vision des différents acteurs sur les fonctions de ceux-ci.

Il existe une grande diversité de jardins urbains en termes de fonction et d’organisation. Pour cette étude, l’auteure s’est intéressée aux jardins urbains attribués par les municipalités pour des associations ou des citoyens pouvant être dans une situation de vulnérabilité sociale (faible revenu ou âge avancé). Cette étude ne s’intéresse donc pas aux jardins éducatifs (écoles), thérapeutiques (institutions de santé) et privés.

Des entretiens ont été réalisés avec trois catégories d’acteurs : des maires municipaux, des jardiniers urbains, et des non-jardiniers. Pour classer les différentes motivations autour des jardins urbains, la présente analyse applique le modèle de classification développé par Cattivelli dans une recherche antérieure[2]. Ce modèle identifie quatre catégories de motivations : l’intégration sociale (approfondissement des liens sociaux), la santé communautaire (améliorer la santé individuelle et collective), la régénération urbaine (améliorer la qualité de vie des quartiers, préserver les écosystèmes, etc.) et la sécurité alimentaire (améliorer l’accès à la nourriture de qualité).

Distribution spatiale des jardins urbains dans le Tyrol du Sud

La cartographie de l’étude montre que les jardins municipaux sont inégalement répartis sur le territoire de cette région. Malgré l’engouement que l’auteur note qu’ils restent encore peu nombreux puisque, sur les 166 municipalités, uniquement 8 municipalités ont confirmé leur présence. En outre, les jardins municipaux dans le Tyrol du Sud se concentrent dans les grandes municipalités et la capitale provinciale (Bolzano) et sont situés, en majeure partie, à une altitude relativement basse, majoritairement à 250 mètres au-dessus de la mer. Aucun jardin municipal n’a été observé au-dessus de 1000 mètres.

Des motivations marquées pour l’intégration sociale et la requalification urbaine

Les résultats de recherche montrent que, globalement, les motivations des trois catégories d’acteurs sur les jardins urbains sont similaires en ce qui concerne leurs retombés sociaux et environnementaux positifs ainsi que leurs faibles contributions en termes d’approvisionnement alimentaire. Les motivations liées à l’intégration sociale et à la requalification urbaine sont arrivées en tête pour chacune des catégories d’acteurs avec des motivations moins marquées pour la sécurité alimentaire et la santé communautaire. Parmi les préoccupations sociales, les deux motivations principales mentionnées étaient le renforcement du lien social et la socialisation, notamment en ce qui concerne l’intégration des personnes âgées dans la vie sociale, ainsi que le renforcement des liens familiaux. Ensuite, les participants ont mis de l’avant le rôle essentiel des jardins pour l’environnement urbain notamment en ce qui concerne la promotion et la préservation des paysages. Les jardins municipaux n’ont pas été considérés comme solution d’approvisionnement particulière ni comme stratégie d’amélioration de la santé psychologique et physique. Dans le cas des jardiniers et des non-jardiniers, les jardins urbains ont tout de même été considérés comme une solution pour réduire les coûts alimentaires. Néanmoins, avec les nombreux enjeux et restrictions mis en place durant la pandémie du COVID-19, Cattivelli suggère que ces résultats pourraient être reconsidérés dans une prochaine étude.

Un type de recherche qui mérite d’être reproduit

Cet article est un des premiers à offrir des informations sur le développement des jardins municipaux en zones montagneuses et l’un des rares pour ce type d’initiatives dans des villages. En effet, la plupart des recherches sont effectuées en zones métropolitaines. Dans les montagnes du Tyrol du Sud, les résultats de la recherche illustre que les jardins sont considérés comme une solution prometteuse pour remédier aux pressions démographiques et environnementales qui pèsent sur la région. L’étude montre également que la demande pour des jardins communautaires n’est pas entièrement satisfaite par les municipalités locales, et que celles-ci devraient envisager l’allocation de terrains municipaux supplémentaires pour le jardinage. Cattivelli suggère de réaliser davantage de recherche dans ce genre de zones, incluant les zones alpines et rurales isolées dans d’autres régions italiennes ou européennes.

La deuxième originalité de cette recherche c’est qu’elle s’intéresse aux perceptions d’acteurs autres que les jardiniers et qui sont également importants dans le processus de réalisation des projets de jardinage urbain à savoir, les municipalités et la population locale non directement impliquée dans ces projets (personnes âgées et familles). Selon Cattivelli (2020), les fonctions et l’importance attribuées aux jardins urbains peuvent considérablement varier selon les acteurs. De cette façon, la décision d’inclure une diversité de perspectives sur les jardins urbains permet d’aider les municipalités à restructurer et à améliorer leur gestion territoriale afin de mieux répondre aux besoins des jardiniers et de la population, pour, le cas échéant, maximiser la participation des populations dans les jardins urbains. Pour les jardiniers, connaître les perspectives des municipalités leur permet de mieux comprendre leurs positions et d’engager des dialogues en conséquence sur leurs attentes et leurs nécessités. En somme, cet article démontre que documenter les perspectives d’une variété d’acteurs permet d’améliorer le développement des jardins urbains, et il suggère d’élargir les recherches aux zones montagneuses ou rurales pour enrichir et élargir les données actuelles de recherche en agriculture urbaine.

Source

Cattivelli, V. (2020). The urban gardens in South Tyrol (IT): spatial distribution and some considerations about their role on mitigating the effects of ageing and urbanization, Regional Studies, Regional Science, 7:1, 206-209, DOI: 10.1080/21681376.2020.1770121

Cattivelli, V. (2020). The motivation of urban gardens in mountain areas. The case of south Tyrol. Sustainability12(10), 4304–4304. https://doi.org/10.3390/su12104304

Notes

[1] E. Duchemin, F. Wegmuller and A.-M. Legault, « Urban agriculture: multi-dimensional tools for social development in poor neighbourhoods », Field Actions Science Reports [Online], Vol. 1 | 2008, Online since 16 January 2009, connection on 10 December 2020. URL : http://journals.openedition.org/fatsreports/113

[2] Pour plus d’information, consulter l’article : Cattivelli, V. (2017). Milano, la Città Degli Orti; in AA.VV. (S)radicamenti, Società di studi geografici; Memorie geografiche NS 15: Torino, Italy, 461–469.



Citer ce billet
katiascehrer (2022, 3 août). Les jardins municipaux et leurs fonctions au sein de petites municipalités du Tyrol du Sud en Italie. AgriUrbain. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aujs

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search