Des motivations pour le jardinage en période de crise économique aux expériences vécues : étude de cas d’un jardin communautaire à Thermi, en Grèce

Avec les mesures d’austérité imposées par la crise économique en Grèce (2009-2010) et les nombreuses problématiques sociales, politiques et économiques, les jardins communautaires et familiaux sont devenus des moyens de lutter contre la détérioration des conditions de vie et l’apparition d’une néo-pauvreté en ville. De nombreuses municipalités se sont mises à encourager l’autoproduction alimentaire étant donné les difficultés économiques de nombreux groupes sociaux et l’effondrement du système public de protection sociale. Leur appui aux jardins communautaires et familiaux est entré dans un projet politique national visant à écologiser les villes et atténuer les problèmes socio-économiques et psychologiques des groupes vulnérables.

Dans leur article Urban Allotment Gardens During Precarious Times: From Motives to Lived Expériences, publiées en 2017 dans la revue Sociologia Ruralis, Partalidou et Anthopoulou présentent les résultats d’une étude de cas réalisée dans un jardin communautaire à Thermi, une ville grecque du nord du pays. Maria Partalidou est docteur en philosophie et professeure au Département d’agriculture de l’Université d’Aristote de Thessaloniki (AUTH) ; et Theodosia Anthopoulou est professeure de géographie sociale, spécialiste des questions rurales, et directrice du Laboratoire de Politique Sociale à l’Université de Panteion à Athènes. L’objectif de leur enquête a été d’explorer les motivations des citadins de s’engager dans le projet de jardin communautaire de la ville puis, de documenter les bénéfices réels engendrés par la pratique du jardinage. Cette étude permet de comparer les motivations avant et après l’engagement effectif des citadins dans le jardinage.

Méthodologie de l’étude

Dans un premier temps, les auteures ont exploré les motivations initiales pour jardiner. Pour cet objectif, elles ont développé une typologie des jardiniers en utilisant une analyse statistique et en se basant sur la hiérarchie des besoins humains de Maslow, une théorie fréquemment utilisée en sciences sociales pour étudier les motivations. Les diverses motivations des jardiniers ont donc été classées en correspondance avec les niveaux hiérarchiques de Maslow[1]. L’étude ayant commencé avant que les parcelles aient été attribuées aux jardiniers, les auteures ont pu comparer les motivations des jardiniers avant (attentes et motivations) et après l’expérience de jardinage (expériences vécues). La collecte de donnée a combiné des méthodes qualitatives (entretiens approfondis et observations) et quantitatives (analyses statistiques et questionnaires menés auprès de 141 jardiniers) qui ont, par ailleurs, fait apparaitre une deux différents profils de jardiniers.

Motivations des jardiniers avant l’expérience de jardinage

Les principales motivations pour s’engager dans les jardins communautaires ont été classées par ordre d’importance (voir Figure).

  • Pour 43% des jardiniers, la première priorité était le « besoin de cultiver sa propre nourriture ». Ce chiffre passe à 67,4 % si l’on ajoute ceux qui ont mentionné ce motif comme deuxième priorité. Ce besoin correspond au premier niveau de la hiérarchie de Maslow, le besoin physique d’aliments sains et frais.
  • Pour 22% des répondants, la première priorité était de « le besoin d’exercice ». Si l’on ajoute ceux qui ont déclaré qu’il s’agissait de leur deuxième priorité, on obtient un total de 36,9%. Le « besoin d’exercice » tel que décrit dans cette étude inclut le jardinage comme loisir et moyen psychothérapeutiques, ce qui correspond également au premier besoin de la hiérarchie de Maslow.
  • Pour 19% des répondants, la première motivation était le « besoin économique/néo-pauvreté ». Ce chiffre passe à 34,7% si on inclut les secondes priorités. Cette nécessité correspond au besoin de sécurité dans la hiérarchie de Maslow. En effet, pour la moitié des répondants (50,3%), les problèmes liés à la réduction continue des salaires et des pensions ont constitué une motivation majeure pour demander une parcelle à la municipalité de Thermi.
  • Les motivations moins importantes étaient « verdir la ville » (première ou deuxième priorité pour 14,9% des répondants) et « renouer avec la nature » (première ou deuxième priorité pour 12,8 %). Ces besoins correspondent respectivement, aux besoins esthétiques et aux besoins cognitifs et de réalisation de soi dans les niveaux de Maslow. Les motivations les moins importantes ont été le « besoin de socialisation » (seulement 5 personnes sur 141) et les besoins de « réalisation de soi » et « de transcendance » (aucun répondant).

Typologie des jardiniers en fonction de leurs motivations avant l’expérience de jardinage

Les auteures ont identifié deux types de jardiniers en fonction de leurs motivations. Cette typologie démontre que les répondants ne partagent pas les mêmes besoins ni les mêmes motivations pour le jardinage.

  1. « Jardiniers urbains motivés par des besoins de base » : Ce premier type de jardinier (70,2%) a des liens marqués avec le monde rural, ils sont généralement plus âgés que les autres (moyenne de 50 ans) et moins instruits. Beaucoup sont des chômeurs ou des familles à faibles revenues. Pour eux, l’agriculture urbaine est un moyen de lutter contre la néo-pauvreté et d’assurer les besoins matériels fondamentaux pour la famille, particulièrement en temps de crise économique. C’est également un moyen d’apaisement qui permet de s’éloigner de l’anxiété de la vie quotidienne causée par les mesures d’austérité. La plupart d’entre eux envisageaient de retourner vivre à la campagne, la considérant plus sûre et plus saine que la ville qui rend difficile l’accès aux besoins fondamentaux.
  2. « Jardiniers urbains motivés par des besoins secondaires » : Ce deuxième type de jardiniers (29,8%) sont des citadins depuis plusieurs générations sans liens récents avec le monde rural. Ils sont plus jeunes (moyenne de 40 ans), ont, en majeure partie, fait des études supérieures et n’envisagent pas vraiment de quitter la ville. Pour eux, l’agriculture urbaine est un moyen d’améliorer leur qualité de vie en ville à travers le verdissement, l’accès à des aliments biologiques, les bénéfices psychologiques du jardinage et l’exercice. Certaines personnes de ce groupe ont été poussées dans l’agriculture urbaine pour des raisons liées à la crise économique, mais pas aussi fortement que le groupe précédent.

Les besoins comblés après l’expérience du jardinage

La deuxième partie de l’étude a révélé que les motivations des jardiniers ont changé en fonction de leur expérience quotidienne dans les jardins et que des significations nouvelles et multiples sont apparues indépendamment de leurs motivations antérieures. De cette manière, les jardins sont apparus, pour les deux types de jardiniers, comme étant des lieux importants pour le développement communautaire. À la place de la principale motivation qui était d’utiliser les jardins comme lieu de production alimentaire, les jardins ont surtout servi comme ciment de la communauté, lieux de socialisation, d’appartenance et de valorisation des identités culturelles. Les jardins ont également permis de raviver les traditions de jardinage en servant de lieux de mémoire et de recréation du passé rural. Ils ont servi de lieux de partage de connaissance (éducation des enfants, partages de conseils et de savoirs de toutes sortes, etc.) et d’accomplissement (développement de nouvelles compétences). Les jardins ont donc été considérés comme des lieux de réalisation personnelle puisqu’ils permettent de contribuer à une cause supérieure à soi et de transmettre des valeurs environnementales et communautaires importantes, notamment pour les enfants.

Les jardins communautaires, des lieux fondamentaux pour maintenir une qualité de vie urbaine en temps de crise

Les résultats sur les motivations ont révélé deux typologies de personnes ayant des besoins et des priorités différentes pour s’engager dans la pratique d’agriculture urbaine. Les personnes de niveaux sociaux plus élevés, plus jeunes et citadines depuis plusieurs générations se sont révélés être motivées par des motivations « secondaires » dans la hiérarchie de Maslow tandis que les personnes de niveaux sociaux plus bas, d’âge plus avancées et ayant un héritage rural récent ont été motivées par des « besoins de bases ». Selon les auteurs, avec la précarisation de la vie en ville, l’agriculture urbaine permet aux populations d’améliorer leur condition de vie citadine et de créer une sorte de « filet de sécurité » autant physique que psychologique.

En outre, l’étude a révélé que le jardin communautaire a répondu à davantage de besoins que les besoins physiques escomptés initialement par les jardiniers et que ces nouveaux besoins ont émergé avec l’expérience concrète du jardinage. En d’autres mots, en plus d’être un outil de réduction de la pauvreté en temps de crise, le jardin communautaire s’est avéré être un important outil de ciment de la communauté qui génère des émotions et sentiments multiples (joie ; appartenance ; valorisation de soi, des autres et des traditions rurales, etc.). La figure 1 met à l’évidence le passage des idées préconçues aux expériences vécues. Après l’expérience du jardinage, les deux types d’utilisateurs sont passés de motivations prioritaires à des besoins plus abstraits, allant jusqu’à atteindre les besoins de réalisation et de transcendance, les plus hauts niveaux de besoin dans la hiérarchie de Maslow.

En somme, cette étude démontre que les jardins communautaires apportent bien plus que de la nourriture et qu’ils permettent d’affermir une qualité de vie en ville, fortement précarisée en temps de crise. Étant donné que cette étude se base un phénomène récent et continu, les auteures recommandent d’effectuer une étude longitudinale de ce jardin pour étudier l’évolution des motivations et également de comparer les résultats avec des études dans d’autres jardins communautaires.

Source

Partalidou, M., and Anthopoulou, T. (2017). Urban allotment gardens during precarious times: from motives to lived experiences. Sociologia Ruralis57(2), 211–228. https://doi.org/10.1111/soru.12117

Autres publications sur le sujet

Ruggeri, G.; Mazzocchi, C.; Corsi, S. (2016) Urban Gardeners’ Motivations in a Metropolitan City: The Case of Milan. Sustainability8, 1099. https://doi.org/10.3390/su8111099

Kirby, C. K., Specht, K., Fox-Kämper Runrid, Hawes, J. K., Cohen, N., Caputo, S., Ilieva, R. T., Lelièvre Agnès, Poniży Lidia, Schoen, V., & Blythe, C. (2021). Differences in motivations and social impacts across urban agriculture types: case studies in Europe and the US. Landscape and Urban Planning, 212. https://doi.org/10.1016/j.landurbplan.2021.104110

Kirkpatrick Jamie B et Aidan Davison, (2018), Home-grown: Gardens, practices and motivations in urban domestic vegetable production, Landscape and Urban Planning, Volume 170, February 2018, Pages 24-33 https://doi.org/10.1016/j.landurbplan.2017.09.023

Duchemin, Eric, 2013, Multifonctionnalité de l’agriculture urbaine : perspective de chercheurs et de jardiniers, Dans Agriculture urbaine : aménager et nourrir la ville, E. Duchemin (Eds), Editions [VertigO], Montréal, 394p. Chapitre 2 – Multifonctionnalité de l’agriculture urbaine : perspective de chercheurs et de jardiniers 

Darby, K., Hinton, T., & Torre, J. (2020). The Motivations and Needs of Rural, Low-Income Household Food Gardeners. Journal of Agriculture, Food Systems, and Community Development, 9(2), 55–69. https://doi.org/10.5304/jafscd.2020.092.002  

Pourias, J., Aubry, C. & Duchemin, E. (2016) Is food a motivation for urban gardeners? Multifunctionality and the relative importance of the food function in urban collective gardens of Paris and Montreal. Agric Hum Values 33, 257–273. https://doi.org/10.1007/s10460-015-9606-y

Notes

[1] La hiérarchie des besoins humains de Maslow comporte 8 niveaux : les besoins matériels ou physiques (nourriture, eau, air, exercice, vitamine, santé, etc.), les besoins de sécurité (emplois, sécurité financière, stabilité, etc.), le besoin d’amour et d’appartenance (acceptation de l’amitié, besoin de partager, d’appartenir à un groupe, etc.), les besoins cognitifs (accumuler des connaissances), les besoins esthétiques (désir d’ordre et de beauté), et le besoin de réalisation de soi (grandir en tant que personne, croissance personnelle, création de sens et de valeurs, etc.) et le besoin de transcendance (aider les autres à se réaliser, compassion, empathie).



Citer ce billet
katiascehrer (2022, 3 août). Des motivations pour le jardinage en période de crise économique aux expériences vécues : étude de cas d’un jardin communautaire à Thermi, en Grèce. AgriUrbain. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aujv

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search