Cartographie des potagers domestiques à Boucherville et Candiac, Région métropolitaine de Montréal

Depuis quelques années le Laboratoire sur l’agriculture urbaine réalise des cartographies de potagers, de jardins communautaires et collectifs, etc. Il réalise cela pour des municipalités ou dans le cadre de projets de recherche. Ces cartographies permettent d’orienter les stratégies municipales en agriculture urbaine. Récemment deux nouvelles villes sont venues s’ajouter au 11 territoire déjà cartographiés, soit les villes de Boucherville et la de Candiac, deux municipalités de la région métropolitaine de Montréal, situées sur la rive-sud.

Boucherville

Boucherville est une municipalité d’un peu plus de 40 000 habitants, avec un territoire d’environ 70 km2. L’analyse cartographique a permis de dénombrer 1 272 potagers domestiques, dont six serres qui occupent une superficie de 24 729 m² (2,5 ha) sur son territoire. La superficie moyenne des jardins cartographiés est de 20 m², avec une médiane de 10 m². Le jardin le plus grand à avoir été identifié est de 940 m² et le plus petit est de 1 m². La superficie la plus fréquente est de 10 m².

En comparant les données récoltées à la superficie terrestre de la Ville de Boucherville qui est de 71,2 km², on constate que l’ensemble des potagers domestiques représente 0,035 % de la superficie terrestre. Toutefois, sachant que ces jardins sont situés en zone résidentielle, qui occupe 14 % de la superficie terrestre de la municipalité (10 km2), ils représentent 0,25 % de la zone résidentielle pour une densité de 127 potagers au km2, ou encore un ratio superficie potagers/superficie zone résidentielle de 25.

Les potagers domestiques sont fortement concentrés dans le centre-sud de la zone résidentielle ainsi qu’au nord-ouest de la ville, formant un polygone bien défini, entouré par les zones agricoles et industrielles.

Carte de la distribution spatiale des potagers domestiques à Boucherville

 

Candiac

Candiac est une municipalité d’un peu plus de 20 000 habitants, avec un territoire d’environ 17 km2. L’analyse cartographique a permis de dénombrer 396 potagers domestiques sur le territoire de la Ville de Candiac qui occupent une superficie de 4 632 m². La superficie moyenne des jardins cartographiés est de 11,70 m², avec une médiane de 10 m². Le jardin le plus grand à avoir été identifié est de 60 m², et le plus petit est de 1 m². La superficie la plus fréquente est de 10 m².

En comparant les données récoltées à la superficie terrestre de la municipalité de Candiac qui est de 17,2 km², on constate que l’ensemble des potagers domestiques représente 0,027 % de la superficie terrestre de la ville. Sachant que ces jardins sont situés en zone résidentielle, qui occupe 25 % de la superficie terrestre de la municipalité (4,3 km2), ils représentent 0,11 % de la zone résidentielle pour une densité de 92 potagers au km2, ou encore un ratio superficie potagers/superficie zone résidentielle de 11.

On constate que les potagers domestiques sont concentrés dans la pointe ouest du territoire ainsi que dans le centre-est où se trouvent majoritairement les zones résidentielles. Une légère concentration se retrouve également dans le district de la Gare situé au sud du périmètre urbain, juste au nord de l’autoroute 30 qui délimite la zone résidentielle de la zone agricole.

Carte de la distribution spatiale des potagers domestiques à Candiac

Carte de la distribution spatiale des potagers domestiques à Candiac

 

Comparaison de Boucherville et Candiac avec les autres municipalités québécoises déjà cartographiées

Si on compare les données des villes de Boucherville et de Candiac avec celle collectées dans le cadre de recherches[1] ou d’autres mandats, on constate que la ville de Boucherville se compare aux villes de la conurbation de Montréal. Par contre, la Ville de Candiac montre une présence nettement plus faible de potagers domestiques. Le ratio entre la superficie de potagers (m2) par superficie de la zone résidentielle est de 10 à Candiac contre 25 à Boucherville et de 20 à 24 pour les 4 autres municipalités de la banlieue de Montréal, dont plusieurs villes voisines à Candiac. Nous n‘avons pas encore d’explication complète expliquant cet écart car Boucherville et Candiac sont des  villes en croissance avec une population relativement aisée. Par contre, comparativement à la population de Boucherville, Longueuil et Brossard (des villes voisines), Candiac montre un profil nettement plus jeune avec des enfants et de jeunes adultes et moins de personnes de plus de 65 ans. Bien que la population qui jardine à tendance à se rajeunir en Amérique du Nord et au Québec [2], les personnes de plus de 55 ans restent encore plus enclin à avoir un potager. En outre, Candiac à de nombreux nouveaux développements résidentiels, qui souvent non pas de potager car partir un potager est rarement la première mis en place dans un nouveau développement. Candiac développe aussi des quartiers à forte densité, square Candiac et Centre-Ville Montcalm, où se sont surtout des jardins communautaires et collectifs ou encore des fermes urbaines qui pourraient répondre aux besoins de la population en espace de culture potagère.

Cet écart entre la densité de jardins domestiques à Candiac, comparativement avec les autres municipalités voisins où la densité est assez homogène, nous amène à nos questionner à savoir si ce sont la forme urbaine, le portrait socio-économique, l’âge des développements immobiliers ou encore les connaissances des citoyens et citoyennes pour démarrer un projet. La présence de voisins ayant des potagers ou encore la présence d’un espace lors de l’aménagement pouvant être des facteurs facilitant la création et l’usage d’un potager. Quoi qu’il en soit, ce cas illustre le besoin de poursuivre la cartographie des potagers individuels afin d’avoir une plus grande diversité de données.

Tableau 1. Superficie couverte par les potagers individuels dans différents territoires de Montréal et de municipalités de la communauté urbaine de Montréal.

 

Méthodologie : Analyse visuelle et spatiale des potagers domestiques

La méthodologie utilisée pour l’identification et la numérisation des potagers consiste à analyser des photos satellites. Les images utilisées sont celles de Google Maps©, Google Earth© et Bing Maps©. Toutes les surfaces qui semblent correspondre à un espace cultivé sont recensées. L’ensemble des espaces sont délimités par des polygones sur Google MyMaps©. Le polygone donne la superficie de l’espace avec une information attributaire sur la position de l’espace cultivé sur le lot (cour avant, arrière, latérale). Les données générées sur Google MyMaps© sont par la suite transférées sur un logiciel de traitement de système d’information géographique (SIG) (QGIS©) avec lequel on peut dénombrer les potagers domestiques et estimer les surfaces cultivées sur chaque territoire.

La validation des données cartographiques sur des territoires préalablement analysés révèle que la méthodologie sous-estime le nombre de potagers. Ces sous-estimations sont souvent associées à des petits potagers non visibles par images aériennes, à des potagers en bordure de maison cachés par des éléments architecturaux (ex.: corniches), à des potagers intégrés dans des aménagements paysagers ou à des potagers récents qui n’apparaissent pas sur les images satellites disponibles.[1]

 

Pour citer ce texte
Rocheleau, A, A.-M. Bernier et E. Duchemin (2022), Cartographie des potagers domestiques à Bourcherville et Candiac, Région métropolitaine de Montréal, [En ligne] URL : https://agriurbain.hypotheses.org/5818

Notes

[1] Pour en savoir plus : Duchemin, E, L. Penvern, N. McClintock et T.T.H. Pham (2021) Évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques et sociaux, Rapport de recherche, Université du Québec à Montréal & Laboratoire sur l’agriculture urbaine, 273p.

[2] Voir Potager comme action dans le cadre d’une crise ou d’une pandémie – COVID19 : premiers résultats de l’étude, [En ligne] URL : https://agriurbain.hypotheses.org/4900



Citer ce billet
Eric Duchemin (2022, 4 août). Cartographie des potagers domestiques à Boucherville et Candiac, Région métropolitaine de Montréal. AgriUrbain. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aujx

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search