Production alimentaire dans les potagers domestiques en zone 2b (Rouyn-Noranda, Québec)

Depuis le début des années 2010, un nombre croissant d’études se sont intéressées au rendement agricole dans les jardins communautaires ou encore dans les potagers à domicile. En un peu plus de dix ans, ce sont un peu plus de 14 recherches qui ont mesuré des taux de rendements de cultures diversifiées dans les initiatives en agriculture urbaine. Le Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB) collecte de telles données depuis 2007[1].

Si les études actuelles ont été réalisées dans de nombreuses zones de rusticité, des mesures en zones de rusticité «froide» (en dessous de la zone 5) sont inexistantes. Dans le cadre d’une recherche sur les risques sanitaires des potagers en région minière nordique, nous avons réalisé la collecte des premières données de ce type. La méthode de collecte est celle utilisée dans le cadre des études précédentes de AU/LAB, soit le carnet de récolte. Les jardiniers et jardinières pèsent l’ensemble de leur production, tout en fournissant l’utilisation des légumes et fruits (consommation crue ou cuisinée, don), la liste des plants (plantés ou semés), etc.[2]

Productivité des potagers

Dans le cadre de la recherche, 7 personnes se sont engagées dans la démarche de noter les données de production de leur potager. Au final, 4 carnets de récolte ont été complétés sur l’ensemble de la saison. Les taux de production vont de 0,4 kg/m2 à 4,4 kg/m2, pour des potagers allant de 22 m2 à près de 50 m2. Le grand écart entre le maximum et les 3 autres mesures collectées s’expliquent par le fait que la jardinière utilise une serre. Sa serre couvre 15% de a superficie de son jardin. Si on exclut cette mesure, le taux de production peut se comparer à d’autres, prélevées dans la région métropolitaine de Montréal, bien qu’étant dans la fourchette basse. Par contre, un tel écart dans des mesures de taux de production dans des potagers domestiques est régulier, car, en plus des pratiques agricoles, la production va dépendre de plusieurs facteurs, dont les connaissances de la personne jardinant, mais aussi de l’ensoleillement du site.

Tableau. Productivité de potagers domestiques à Rouyn-Noranda, Québec.

Localisation du potager

Superficies du potager (m2)

Superficie du terrain (m2)

Production (kg)

Productivité (kg/m2)

Zone rusticité 2b

Cours avant

22

1 496

9,67

0,43

Cours arrière

48

545

26,70

0,55

Cours arrière

37

1 435

165,17

4,44

Cours avant

30

1 775

32,59

1,09

Zone de Rusticité 5b-6a (région de Montréal)

Taux de production médian (14 mesures)

3,2 (0,3 à 7)

 

Les personnes ayant participé à la recherche ont des superficies de potager comparables à la moyenne généralement observée au Québec[3]. Tout comme pour la majorité des personnes jardinant au Québec, la production en fruits et légumes reste marginale pour leur alimentation sur une base annuelle. Une seule participante produit une quantité significative qui couvre une grande partie de ses besoins en légumes frais. Comme mentionné celle-ci utilise une serre afin d’arriver à un tel niveau de production.

Pour citer ce texte

Duchemin, E. (2022), Production alimentaire dans les potagers domestiques à Rouyn-Noranda (Québec), Laboratoire sur l’agriculture urbaine, Carnet de recherche AgriUrbain, [En ligne] URL : https://agriurbain.hypotheses.org/5878

La recherche

En collaboration avec le comité ARET, AU/LAB effectue une étude sur le potager domestique à Rouyn-Noranda. Cette étude intègre un suivi des jardiniers et jardinières durant une année complète, ainsi que la mesure de la présence de métaux lourds dans les sols et dans les légumes de leur potager. Cette recherche est menée conjointement par Éric Duchemin, directeur scientifique de AULAB et professeur associé à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Maikel Rosabal Rodriguez, professeur au département des sciences biologiques de l’UQAM, Émilie Telmosse, étudiante à la maîtrise en sciences de l’environnement de l’UQAM, avec la collaboration active de Nicole Desgagnés de l’ARET.

Pour des détails sur la recherche, communiquer avec Éric Duchemin : eric.duchemin@au-lab.ca

 

Notes

[1] Pour détails voir : Duchemin, E et N. McClintock, 2020, L’apport alimentaire de l’agriculture urbaine sociale aux villes, en temps de crise : le cas de Montréal, Carnet de Recherche AULAB, AgriUrbain : [En ligne] URL : https://agriurbain.hypotheses.org/4739

[2] Pour détails voir : Duchemin, E, L. Penvern, N. McClintock et T.T.H. Pham (2021) Évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques et sociaux, Rapport de recherche, Université du Québec à Montréal & Laboratoire sur l’agriculture urbaine, 273p.

Pourias, J., Duchemin, E., & Aubry, C. (2015). Products from Urban Collective Gardens: Food for Thought or for Consumption? Insights from Paris and MontrealJournal of Agriculture, Food Systems, and Community Development5(2), 175–199. https://doi.org/10.5304/jafscd.2015.052.005

[3] Rocheleau, A, A.-M. Bernier et E. Duchemin (2022), Cartographie des potagers domestiques à Bourcherville et Candiac, Région métropolitaine de Montréal, [En ligne] URL : https://agriurbain.hypotheses.org/5818



Citer ce billet
Eric Duchemin (2022, 4 août). Production alimentaire dans les potagers domestiques en zone 2b (Rouyn-Noranda, Québec). AgriUrbain. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aujy

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search