Caractéristiques des jardins communautaires israéliens et leurs fonctions en contexte de fragmentation sociale

Les recherches sur les jardins urbains sont rarement effectuées en dehors des pays occidentaux, industrialisés et anglophones. Afin d’élargir ces recherches à d’autres contextes géographiques et sociaux, Filkobski et ses collègues s’intéressent aux jardins communautaires qui se développent abondamment en Israël. Dans leur article, Community gardens in Israel: Characteristics and perceived functions, publié en 2016 dans la revue Forestry & Urban Greening, les auteurs décrivent les caractéristiques des jardins communautaires israéliens et les fonctions qui leur sont attribuées. L’Israël est composé d’une population multiculturelle empreinte à de nombreux clivages et conflits sociaux. Cette recherche permet d’évaluer les bénéfices potentiels des jardins urbains dans ce contexte de fragmentation sociale. Les données de l’étude reposent sur un questionnaire distribué à 44 coordinateurs de jardins communautaires, des entretiens semi-dirigés réalisés dans 4 jardins et un travail d’observation.

Caractéristiques des jardins communautaires israéliens

Les données collectées ont permis de caractériser les propriétés des jardins communautaires israéliens, le profil des utilisateurs, les objectifs de la création des jardins, les acteurs qui les soutiennent, les activités réalisées et les principales difficultés des jardins.

  • Profils des participants: Parmi les usagés, 50,8% sont nés en Israël et 49,2% sont des migrants (Éthiopie 20,6% ; ex-URSS, 14,3% ; États-Unis, 7,9%). Ceux-ci proviennent majoritairement de milieux ruraux ; la plupart sont des familles avec des enfants (58,8%) et ils sont majoritairement juifs (91% juifs contre 9% de musulmans). Comparativement à la moyenne nationale, la plupart des participants possèdent des revenus moyens (36,2%) et inférieurs (34,5%).
  • Sources de soutien: Les municipalités locales sont les acteurs qui octroient davantage de soutien (accès à l’espace et aux infrastructures) et fournissent les ressources les plus chères (eau et terre).
  • Principaux objectifs : Les principaux objectifs qui ont inspiré la création des jardins sont l’éducation et l’environnement (32%), le renforcement des liens entre l’individu et la communauté (29%), et les loisirs (26%). Pour les migrants éthiopiens, la production alimentaire est un objectif central de leur engagement dans les jardins, mais ce n’est pas le cas pour les israéliens nés. De cette façon, l’étude démontre que les diverses communautés attachent des significations différentes aux jardins communautaires.
  • Activités des jardins : En général, chaque participant dédie l’équivalent d’une journée de travail par mois dans le jardin. En plus du jardinage, la majorité des jardins organisent des évènements et des activités dynamiques pour la communauté (fêtes religieuses ou non, services communautaires du Sabbat, concerts, pique-niques, etc.).
  • Difficultés principales des jardins: Le manque de main-d’œuvre est la difficulté la plus souvent signalée par les coordinateurs des jardins, avec le manque de ressources et le manque d’intérêt de la part de la population.

Fonctions principales accordées aux jardins communautaires israéliens

En accord avec les études de cas dans d’autres pays (Camps-Calvet et al., 2016), la fonction principale associée aux jardins communautaires israéliens est la fonction sociale puisqu’ils sont considérés comme des espaces de loisirs, d’interactions sociales et de développement communautaire. Dans cette étude, les jardins communautaires sont particulièrement associés à deux fonctions sociales.

Premièrement, ces espaces ouverts permettent la préservation du paysage et l’accès à la terre. Les jardins permettent de prévenir le développement privé en transformant des terrains abandonnés en espaces verts publics bénéfiques au bien-être collectif. Ce sont des sites économiquement inclusifs qui rendent le contact avec la nature accessible aux habitants à moyen et faible revenu. Ce sont des lieux privilégiés pour l’apprentissage et la transmission des connaissances écologiques et des pratiques culturales.

Le lien avec la terre est d’ailleurs considéré comme une opportunité précieuse en ville pour développer une conscience environnementale et l’envie de prendre soin de la communauté et de l’environnement (Camps-Calvet et al., 2016). C’est, en conséquence, un lieu aux fonctions d’engagement civique et de mobilisation communautaire, car les membres de la communauté, en façonnant eux-mêmes les jardins, se réapproprient l’espace urbain et réincorporent un sentiment d’appartenance à leur quartier. La deuxième fonction des jardins communautaires israéliens c’est donc qu’ils servent à renforcer la communauté via la socialisation et l’engagement civique. En favorisant des activités dynamiques, conviviales et rassembleuses, ces lieux privilégient les nouvelles rencontres et les interactions sociales. Ils renforcent donc le sentiment de communauté et peuvent, en outre, participer à créer des liens entre des groupes de personnes de catégorie socio-économiques différentes.

Quelques difficultés associées aux jardins communautaires israéliens et recommandations

L’étude a démontré que l’inclusion sociale de groupes distincts n’était pas évidente dans tous les jardins, et ce, surtout au regard des différents quartiers. Par exemple, les populations étudiées étaient presque principalement des juifs alors que la population arabe est également très importante en Israël. Selon les auteurs, et étant donné que de nombreux groupes israéliens résident dans des enclaves distinctes, il est essentiel de prêter attention à l’inclusion et à l’intégration afin de créer des jardins véritablement multiculturels.

Un autre défi des jardins communautaires c’est leur dépendance aux municipalités locales, notamment pour l’accès aux terrains et aux ressources. Selon les auteurs, cette dépendance rend les jardins vulnérables aux décisions des autorités et peut remettre en cause la capacité des jardins à représenter réellement les intérêts des usagés, pouvant parfois être opposés aux volontés des municipalités.

Un dernier défi attribué aux jardins communautaires israéliens c’est qu’ils sont, pour le moment, presque essentiellement tournés vers une fonction de loisir et de socialisation. Selon les auteurs, les jardins communautaires israéliens pourraient être des sites liés à un usage plus multifonctionnel comme c’est le cas dans de nombreux pays où les jardins communautaires sont utilisés pour améliorer la sécurité alimentaire des habitants, renforcer l’économie locale ou encore, favoriser la formation et la réinsertion sociale.

En conséquence des difficultés soulevées, les auteurs recommandent aux études futures d’examiner les obstacles réels et perçus à une utilisation multifonctionnelle des jardins communautaires en Israël. Ils recommandent également d’étudier les manières de favoriser l’intégration sociale et la diversité ethnoculturelle dans les jardins et finalement, d’étudier la nature des tensions existantes entre les jardiniers, mais aussi entre les institutions impliquées dans la mise en place des jardins (ONG, urbanistes, autorités locales, etc.).

Source :

Camps-Calvet, M., Langemeyer, J., Calvet-Mir, L., and Gómez-Baggethun, E. (2016). Ecosystem services provided by urban gardens in barcelona, spain: insights for policy and planning. Environmental Science & Policy62, 14–23.

Filkobski, I., Rofè Yodan, and Tal, A. (2016). Community gardens in Israel: characteristics and perceived functions. Urban Forestry & Urban Greening17, 148–157. https://doi.org/10.1016/j.ufug.2016.03.014



Citer ce billet
katiascehrer (2022, 22 septembre). Caractéristiques des jardins communautaires israéliens et leurs fonctions en contexte de fragmentation sociale. AgriUrbain. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auk3

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search