Acceptabilité sociale des initiatives de fermes urbaines : étude à Berlin

L’agriculture urbaine (AU) regroupe une large diversité de formes et de type d’initiatives, tellement que certains parlent même des agricultures urbaines. Le succès d’un projet d’AU dépendrait de l’acceptabilité des initiatives dans la trame urbaine mais aussi de son niveau technologique et de l’acceptabilité de celle-ci. C’est le postulat qu’a émis l’équipe de recherche ayant publié en 2016 l’article Socially acceptable urban agriculture businesses. En interrogeant 386 personnes à Berlin, l’étude conclu que le plus fort degré d’acceptation sociale est obtenu par l’AU multifonctionnelle combinant des objectifs sociaux et environnementaux à la production commerciale[1]. À l’inverse, les projets uniquement axés sur la production ou hautement technologiques seraient les plus susceptibles d’être rejetés. Cette étude met en lumière le rejet du projet d’une ferme aquaponique à Gatineau[2] ou éclair sur la possibilité de mettre en place des fermes urbaines dans des parcs.

Préférences sur l’usage des terrains et espaces verts

La plupart des répondants montrent une préférence pour les usages des terrains permettant des activités récréatives et de loisir et demeurant ouverts au public. L’intégration d’activités productives pourrait entrer en conflit avec ces usages récréatifs. Toutefois, les types d’AU qui ne restreignent pas l’accessibilité et qui offrent des opportunités de participation et d’éducation sont grandement acceptés. L’agriculture sur les toits est également grandement acceptée car, occupant des espaces inutilisés, elle n’entre pas en conflit avec d’autres usages.

Préférences sur les formes d’agriculture et les systèmes de production

Les répondants montrent une préférence pour les méthodes qui n’entrent pas en conflit avec d’autres usages des terrains, telles que les fermes sur toits. Les formes d’agriculture qui ressemblent à l’agriculture traditionnelle et qui utilisent des méthodes à faible technologie (sur les toits, dans les franges urbaines, les friches industrielles et les arrière-cours) sont grandement acceptées, en comparaison aux méthodes ayant une connotation d’agriculture intensive et de haute technologie (agroparcs[3], aquaponie, agriculture verticale). Selon l’équipe de recherche, l’une des raisons de cette préférence est liée à l’image d’une agriculture conventionnelle encore « traditionnelle » entretenue par le marketing. La réalité des productions conventionnelles industrielles en campagne n’est pas visible de la clientèle urbaine alors que les installations d’AU le sont.

Préférences sur les produits de l’AU

Les produits horticoles tels que les légumes obtiennent le plus haut niveau d’approbation et d’intention d’achat. Les répondants ont majoritairement désapprouvé et dit ne pas vouloir acheter tous les autres produits proposés dans le questionnaire (fruits, miel et produits de grande culture). L’intention d’achat la plus basse était pour les produits animaux (viande, poisson, œufs, fromage et lait). Toutefois, les répondants étaient prêts à acheter les produits de l’AU au lieu des produits de l’agriculture conventionnelle s’ils étaient biologiques, locaux, de grande qualité (crainte de la pollution atmosphérique et des sols contaminés), suivant de plus hauts standards de bien-être animal ou incluant d’autres bénéfices sociaux. Un mécanisme de contrôle, d’étiquetage et de certification de la qualité, combiné à une communication bien étudiée permettrait aux entreprises d’AU de répondre aux inquiétudes de leur clientèle.

Perceptions des impacts de l’AU

La grande majorité des répondants estiment que L’AU améliorerait l’image de la ville et qu’elle aurait des impacts positifs dans les domaines de l’environnement, de l’éducation, de la création d’emplois, de la diversification des activités de loisir, du développement communautaire et de la perception de l’agriculture par la société.

Pour conclure, cette étude montre que l’AU présente des intérêts conflictuels avec les préférences de la population sur l’usage des espaces disponibles. Toutefois, certaines formes d’AU (offrant des opportunités de participation et d’éducation) pourraient coexister avec les autres usages de ces espaces. En revanche, les formes d’agriculture hautement productives, telles que les agroparcs, l’aquaponie et d’autres types de fermes commerciales à grande échelle ont de faibles niveaux d’acceptabilité sociale, ces niveaux étant les plus bas lorsque les fermes comprennent des productions animales.

L’équipe de recherche suggère qu’une multifonctionnalité devrait être prévue lors de la planification des projets d’AU et que la participation citoyenne serait un moyen d’obtenir une plus grande acceptabilité de l’AU dans le futur.

Notes

[1] L’étude se concentre sur la ville de Berlin et l’échantillon d’entrevue est majoritairement composé de personnes de 20 à 40 ans. L’équipe de recherche estime que des résultats comparables pourraient être trouvés dans des villes aux caractéristiques similaires (entourées de zones agricoles), mais elle s’attend à des résultats différents lorsque les caractéristiques des villes diffèrent (dépendantes des importations, conditions climatiques désertiques, etc.) ou si elles sont situées dans des régions géographiques et culturelles différentes.

[2] https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1875530/projet-serres-urbaines-notre-dame-referendum-gatinea

[3] Parc industriel d’entreprise en agrolimentaire. Ne pas confondre avec AgriParc qui est un espace regroupant des activités agricoles dans un espace vert.

Source
Specht, K., Weith, T., Swoboda, K. et Siebert, R. (2016). Socially acceptable urban agriculture businesses. Agronomy for Sustainable Development. https://doi.org/10.1007/s13593-016-0355-0


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Chabal-Dragon (23 août 2022). Acceptabilité sociale des initiatives de fermes urbaines : étude à Berlin. AgriUrbain. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/auk0


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search