2 études sur la mise en marché de produits issus d’une ferme aquaponique : commerces et consommateurs

L’aquaponie suscite un l’intérêt grandissant comme approche de production en agriculture urbaine. Deux études sur la mise en marché des produits issus d’une ferme aquaponique de proximité au Québec viennent d’être publiées. L’une examine l’intérêt des commerces (restaurants, traiteurs et détaillants), tandis que la seconde d’intéresse aux consommateurs. Ces deux études s’inscrivent dans la lignée de l’étude générique sur la mise en marché des produits issus de l’agriculture urbaine.

Par contre, dans le cadre de cette étude les chercheurs n’ont pas réalisé une étude sur l’acceptabilité sociale de l‘implantation physique des installations d’une telle exploitation. Comme le démontre le refus de l’installation d’une ferme aquaponique à Gatineau [1], cette acceptabilité des installations n’est pas nécessairement acquise, même si les citoyens et citoyennes approuvent l’idée de la ferme aquaponique et sont favorables à ses produits.

Regards des commerces sur l’aquaponie

Les détaillants, restaurateurs et traiteurs rencontrés dans le cadre de l’étude de Dupéré-Poundja, M., A. Cohen et E. Duchemin (2022) démontrent un intérêt envers un projet de ferme aquaponique à Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Par contre, certains doutent de la faisabilité et de la rentabilité d’une ferme aquaponique.

Les motivations pour l’achat, par les commerçants, des futurs produits issus d’une ferme aquaponique de proximité sont la qualité, la proximité (achat local) et la fraîcheur. Le plus grand frein soulevé pour une mise en marché vers les commerces est le prix, qui limiterait l’achat des produits s’il n’est pas compétitif.

Plusieurs recommandations découlent de cette étude auprès des commerçants, certaines d’entre elles ayant été explicitement partagées par les participants. Ces recommandations touchent des enjeux importants pour ceux-ci, dont la facilitation de la distribution des produits issus de la ferme aquaponique et l’établissement d’un lien fort entre l’exploitation et les commerçants (implication, sensibilisation, valorisation). Les commerçants notent aussi le besoin de produits, peut-être moins diversifiés, de qualité, avec un approvisionnement constant et différents de ce qui se trouve déjà sur le marché et auxquels les commerçants ont déjà accès (perchaude au lieu de truite, par exemple).

Bien que la réception soit bonne, l’étude montre que la pénétration des produits d’une ferme aquaponique sur le marché demandera des démarches importantes et le développement d’un réseau de commerçants fidèle, ce qui n’est pas acquis. Les personnes interrogées commenceraient avec de petites quantités afin de tester les produits, ce qui pourrait retarder l’arrivée à maturité de l’exploitation et la mise en marché maximale de sa production. Facteur non négligeable pour la viabilité de la ferme aquaponique prévue dans les premières années d’exploitation qui sont toujours charnières pour une entreprise.

Appréciation des consommateur(trice)s pour des produits issus de l’aquaponie

La seconde étude de Dupéré-Poundja, M., A. Cohen et E. Duchemin(2022) montre un réel intérêt des consommatrices et consommateurs montréalais pour les produits qui seraient issus d’une ferme aquaponique de proximité. L’acceptabilité sociale d’un tel projet est forte. Près de la moitié des personnes consultées seraient prêtes à changer leurs habitudes d’achat pour les produits issus d’un tel projet.

Selon l’étude, il apparaît que les habitudes d’achat de poisson sont assez stables. Les achats du poisson se font principalement chez le poissonnier, en supermarché ou dans les marchés publics. Les personnes consultées dans le cadre de l’étude achètent plus fréquemment du poisson frais en filet que du poisson entier.  40% en achètent entre 1 et 2 fois par mois en raison de 2 à 3 filets par achat. Le poisson transformé (fumé ou en rillettes) est également acheté 1 à 2 fois par mois chez 45% des répondant(e)s.

La majorité des Montréalais et Montréalaises consultés seraient prêts à changer au moins la moitié de leurs achats de poissons pour les poissons d’une ferme aquaponique montréalaise, peu importe s’ils sont disponibles dans les poissonneries, les marchés publics et directement de la ferme ou encore s’ils sont disponibles en supermarché et dans les épiceries de quartier. Le format le plus populaire est le poisson frais en filet et la principale raison pour laquelle les gens achèteraient ces produits est pour encourager l’économie locale et les produits locaux. Toutefois, si les produits ne sont pas disponibles dans leurs commerces d’alimentations habituels et si les prix sont trop élevés, ils et elles ne pourront se permettre d’acheter ces produits. En termes de prix, bien que plusieurs mentionnent ne pas pouvoir acheter ces produits si le prix n’est pas compétitif, payer une prime de 10% de plus comparé au produit habituel est considéré comme envisageable par les consommateurs et consommatrices.

En ce qui concerne les achats de légume feuille, de fines herbes et de micropousses, les personnes consultées se les procurent actuellement via des paniers de provisions hebdomadaires, en épiceries de quartier ou en supermarchés. La laitue et le basilic sont, respectivement, les légumes feuilles et les fines herbes les plus populaires dans leurs paniers d’achats.

Les résultats de l’étude montrent un réel intérêt pour les légumes feuilles, fines herbes et micropousses d’une ferme aquaponique montréalaise. L’achat de produits locaux est une motivation envers ces produits, par contre, le prix et la disponibilité pourraient être des facteurs limitant leur achat.

Les scénarios de mise en marché réalisés montrent qu’il est possible de dépasser largement les 32 tonnes de poissons et 40 tonnes de légumes de production prévues dans le cadre du projet. Ainsi, selon l’étude, il est vraisemblable qu’une ferme aquaponique montréalaise pourra écouler sa production sur l’île de Montréal. Ce type de projet est clairement un projet à l’échelle d’une ville comme Montréal.  Ceci apporte la réflexion sur la mise en marché local d’une ferme aquaponique de cette envergure dans des municipalités de moins de 250 000 habitants, sans compter que bassin moindre de clients potentiels rend la concurrence locale plus importante, donc ayant un impact potentiel sur le taux de pénétration des produits.

Source

Dupéré-Poundja, M., A. Cohen et E. Duchemin, 2022, Étude de marché d’une ferme aquaponique de proximité : regard des commerces. Cas du projet de YAM dans l’arrondissement Mercier-HochelagaMaisonneuve à Montréal, 22p. [En ligne] URL : https://bit.ly/3QmOhcW

Dupéré-Poundja, M., A. Cohen et E. Duchemin, 2022, Étude de marché d’une ferme aquaponique de proximité : regard citoyen. Cas du projet de YAM dans l’arrondissement Mercier-HochelagaMaisonneuve à Montréal, 29p. [En ligne] URL : https://bit.ly/3pdSnYS

Cohen, A., V. Ferland et E. Duchemin, (2022). Étude de consommation : un premier aperçu des usages et attitudes de la population québécoise envers les produits de fermes urbaines. Laboratoire sur l’agriculture urbaine / Carrefour de recherche, d’expertise et de transfert en agriculture urbaine du Québec. 42 p. [En ligne] URL : https://bit.ly/3AeZeYd

Note

[1] https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1875530/projet-serres-urbaines-notre-dame-referendum-gatineau / https://www.ledroit.com/2022/04/12/une-erreur-strategique-a-nui-aux-serres-urbaines-notre-dame-2cbbdf3f107ef29f4326c7e8c829fe3a



Citer ce billet
Eric Duchemin (2022, 6 septembre). 2 études sur la mise en marché de produits issus d’une ferme aquaponique : commerces et consommateurs. AgriUrbain. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auk1

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search