Une méthode hybride pour quantifier la contribution des potagers domestiques à la production alimentaire d’une ville

Un important défi dans la planification de l’agriculture urbaine consiste à quantifier sa contribution à la production alimentaire des villes, surtout pour ce qui est des jardins privés. En effet, il est souvent difficile de détecter la présence de jardins seulement avec des images satellites à cause de l’obstruction de la canopée, de la saisonnalité des jardins et de la diversité dans la forme et la taille des jardins.

Dans ce contexte, l’étude A hybrid method to quantify household urban agriculture gardening: Implications for sustainable and equitable food action planning a développé une méthodologie hybride de collecte de données qui combine l’imagerie satellite et des enquêtes sur le terrain afin de déterminer la prévalence et la superficie des jardins privés en fonction du revenu des ménages. La méthodologie a été testée dans les villes de St-Paul et de Minneapolis au Minnesota. En 2017, la prévalence des jardins était de 5% avec des différences importantes en fonction du revenu moyen. La superficie moyenne des jardins privés était de 14,6 m2.

La méthodologie HFS (hybrid field survey)

La méthodologie HFS combine des marches en transect dans les rues et ruelles de la ville et l’analyse d’images aériennes. Cette méthode a été appliquée en 2017 et 2020 durant la période estivale. 46 îlots de recensements ont été choisis pour y appliquer la méthode HFS ; 13 ilots à faible revenu, 9 à moyen revenu et 24 à haut revenu. Durant les transects, les scientifiques ont inspecté visuellement la cour avant et arrière des ménages, puis les ont classés en 3 catégories : cour non visible, cour visible avec présence d’un jardin et cour visible sans jardin. La superficie des jardins a également été délimitée via une application d’imagerie satellite (Rento UAB).

Prévalence des jardins privés

La prévalence a été calculée en divisant le nombre de ménages avec jardin par le nombre total de ménages dont la cour était visible. À travers les deux villes, environ 5% des ménages ont un jardin dont la taille moyenne est de 14,6 m2. La taille du jardin a aussi été comparée à la surface disponible dans la cour (surface bâtie soustraite à la superficie du terrain). La corrélation entre ces deux paramètres était faible avec comme médiane 10% de la surface de la cour attribuée à un jardin. Ainsi, la superficie de la cour ne serait pas un facteur limitant pour la taille du jardin.  

Comparaison entre 2017 et 2020

Entre 2017 et 2020, une augmentation de 60% dans la prévalence des jardins privés a été observée dans les deux villes de l’étude. La différence a surtout été observée dans les quartiers plus défavorisés où la prévalence est passée de 3 à 5%, soit presque le double. Ces résultats montrent la sensibilité de la méthodologie HFS aux changements dans la pratique de l’agriculture urbaine dans une ville. Il s’agirait donc d’un outil efficace pour étudier les changements de l’agriculture urbaine suite à un événement (COVID-19) ou à une intervention de la ville dans les politiques d’agriculture urbaine.

Estimer la contribution des jardins privés à la production alimentaire de la ville

Les résultats ont été extrapolés à l’échelle des deux villes en multipliant la superficie moyenne des jardins et leur prévalence pour chaque classe de revenus par le nombre total de ménages pour chaque classe. Ainsi, la superficie totale de production des jardins privés des deux villes, soit 36 ha, permet de produire 290 tonnes d’aliments frais annuellement. Puisque la demande annuelle du secteur est d’environ 60 942 tonnes de produits frais, les jardins privés ont le potentiel de contribuer à 0,5% de la demande.

Conclusion

La méthode HFS est rapide, précise (93%) et basée sur des observations sur le terrain, mais sans avoir à visiter tous les jardins d’une ville. Contrairement aux méthodes par imagerie satellite seulement, elle permet d’inclure les jardins de plus petite taille et n’est pas dépendante des arbres qui pourraient obstruer la vue aérienne. Toutefois, la visibilité, cette fois-ci de la cour lors des transects, est également en enjeu dans la méthode. Alors que l’étude d’Anu Ramaswami, professeure à l’Université de Princeton, analyse les inégalités dans la distribution des jardins privés en fonction du revenu, la même méthodologie pourrait être appliquée selon d’autres facteurs démographiques, sociaux ou environnementaux. Enfin, l’augmentation de la prévalence des jardins privés dans les quartiers défavorisés avec la COVID-19 montre que certains événements ont une influence sur la distribution de l’agriculture urbaine à travers une ville. La méthode HFS pourrait donc être utilisée pour démontrer l’efficacité de politiques municipales qui tentent d’encourager la pratique de l’agriculture urbaine au sein d’une ville ou d’un groupe dans la ville.

Cette étude de Ramaswani et ses collègues n’est pas sans rappeler l’étude Évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques et sociaux réalisée sur 11 territoires de la région métropolitaine de Montréal. Pour en savoir plus sur le potentiel de production des potagers domestiques dans le cadre de cette même étude québécoise : L’apport alimentaire de l’agriculture urbaine sociale aux villes, en temps de crise : le cas de Montréal.

Référence

Ramaswami, A., Boyer, D., Nixon, P. & Jelinski, N. (2022). A hybrid method to quantify household urban agriculture gardening: Implications for sustainable and equitable food action planning. Front. Sustain. Food Syst. 6:997081. https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fsufs.2022.997081/full

Duchemin, E, L. Penvern, N. McClintock et T.T.H. Pham (2021) Évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques et sociaux, Rapport de recherche, Université du Québec à Montréal & Laboratoire sur l’agriculture urbaine, 273p.

Duchemin, E et N. McClintock, 2020, L’apport alimentaire de l’agriculture urbaine sociale aux villes, en temps de crise : le cas de Montréal, Carnet de Recherche AULAB, AgriUrbain : [En ligne] URL : https://agriurbain.hypotheses.org/4739

 

 

 



Citer ce billet
myriamlarouche (2022, 15 novembre). Une méthode hybride pour quantifier la contribution des potagers domestiques à la production alimentaire d’une ville. AgriUrbain. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auk6

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search