Le processus narratif comme explication de la poursuite de l’activité agricole urbaine  

Les études sur les bénéfices de l’agriculture urbaine sont nombreuses, mais attribuent souvent ces bénéfices à des externalités plutôt qu’à l’activité en soi. Les bienfaits sont associés au fait de passer du temps en nature, de socialiser ou à l’autosuffisance alimentaire qui en découle. Dans l’article Searching for the plot : narrative self-making and urban agriculture during the economic crisis in slovenia, Petra Matijevic démontre un rôle supplémentaire de l’agriculture urbaine, un rôle associé au processus et non à sa finalité.

En prenant l’exemple de la ville de Ljubljana en Slovénie, une ville où l’agriculture urbaine a proliféré suite à la crise économique de 2008, elle analyse ce qui motive les jardiniers et les jardinières à persister dans la pratique de l’agriculture urbaine.

Selon sa recherche, les gens sont plus susceptibles d’entamer un projet d’agriculture urbaine qui durera dans le temps lorsqu’ils font face à une impasse dans leur vie (mortalité, perte d’un emploi, etc.). Avoir du temps libre et un besoin de s’occuper ce temps serait donc la recette du succès du jardinage. L’auteur étudie également comment l’agriculture urbaine a permis à ces gens de reprendre le contrôle de leur narratif dans un temps d’incertitude sociale et économique.

Qu’est-ce qui fait qu’un jardin persiste?

D’après les entrevues avec des jardiniers de Ljubljana, les gens pratiquent l’agriculture urbaine pour économiser de l’argent, pour produire des légumes frais, pour bouger dehors ou pour socialiser. Ces objectifs de départ sont énoncés autant par les personnes qui ont leur jardin depuis plus de 5 ans que par les novices qui avaient rapidement abandonné leur nouveau loisir. Alors qu’est-ce qui fait que certaines personnes ont du succès avec leur jardin alors que d’autres non?

Selon l’auteur, l’échec ne serait ni dû au manque d’équipement, ni au manque de connaissances en horticulture, ni à l’absence de motivation. L’échec serait en fait une conséquence de la forte réceptivité des novices aux idées médiatiques et politiques sur l’agriculture urbaine, c’est-à-dire à la vision de l’activité comme une fin en soi. Puisqu’on vante l’agriculture urbaine pour les produits frais qu’on en retire ou les économies qu’elle nous permet de réaliser, l’idée devient vite séduisante. Toutefois, on oublie de mentionner le travail et les efforts nécessaires, de même que le peu de contrôle que le jardinier a véritablement sur sa culture. Selon l’étude, l’abandon du jardinage résulterait en fait de deux causes principales : le manque de temps à accorder à l’entretien du jardin et l’incapacité à faire face à l’incertitude de l’agriculture.

Les gens qui persistent dans leur pratique auraient un point en commun dans leur histoire de vie. La plupart auraient eu à faire face à une impasse (perte d’emploi, perte d’un être cher, isolement de la retraite, etc.) qui les aurait menés à entreprendre un projet d’agriculture urbaine. En voulant occuper leur temps libre, les gens seraient plus susceptibles de persévérer dans leur pratique du jardinage. En temps de crise économique, les impasses telles que la perte d’un emploi sont plus fréquentes dans la vie des gens, ce qui pourrait expliquer la forte présence de l’agriculture urbaine à Ljubljana après la crise économique européenne de 2008.

Comment l’agriculture urbaine contribue-t-elle à reconstruire son narratif?

En plus d’occuper le temps, l’agriculture urbaine procure d’autres bienfaits à la personne en temps de précarité. Ces bénéfices ont probablement aussi un rôle à jouer dans le fait que certaines personnes abandonnent le jardinage alors que d’autres non. À partir d’observations de jardiniers et des jardinières et de sa propre expérience, l’auteur a identifié cinq bénéfices de l’agriculture urbaine.

D’abord, l’agriculture urbaine crée une structure temporelle à laquelle se référer. Bien qu’il s’agisse d’une activité difficile à prévoir en raison de la dépendance aux conditions environnementales, le processus comprend des étapes fixes qui se répètent annuellement ou quotidiennement : certains légumes doivent être plantés en début de saison et d’autres plus tard, la fertilisation doit être faite à un moment spécifique, l’arrosage également, etc. Pour une personne dont la vie est manque de structure, cet horaire offre une certaine stabilité.

L’agriculture urbaine procure également à la personne un sentiment d’utilité. Toutes les étapes d’entretien (désherbage, inspection des plants, collectes d’insectes nuisibles) sont essentielles à la productivité du jardin. Ces heures de travail rendent le jardinier indispensable et donnent une importance aux efforts fournis.

L’agriculture urbaine permet aussi d’obtenir une forme de validation sociale. La plupart des jardiniers et jardinières de l’étude ont rapporté offrir les surplus de leurs récoltes à leur entourage. Faire profiter des récoltes à autrui donne un sens social aux efforts investis dans le jardin.

Le quatrième bénéfice identifié est celui de travailler en vue d’un objectif. En observant que les buts sont les mêmes pour les personnes qui pratiquent le jardinage depuis longtemps et pour les novices, l’auteur a conclu que c’est la pratique qui crée les buts et non les buts qui mènent à pratiquer l’agriculture urbaine. Puisque tant d’efforts sont investis dans le jardin, la personne s’assure de justifier le travail par un objectif, quel qu’il soit. La pratique du jardinage permet donc à la personne de se fixer des objectifs auxquels elle peut se rattacher dans le futur.

Enfin, l’agriculture urbaine crée un environnement moral dans lequel le travail est valorisé. Avec la crise économique, les gens ont vu l’argent se retrouver entre les mains de ceux qui ne faisaient pas nécessairement le plus d’efforts. Dans l’agriculture urbaine, les gens retrouvent cette équité perdue puisque ce sont les efforts qui sont récompensés par une récolte généreuse.

Conclusion

Plutôt que l’argumentaire classique comme quoi l’agriculture urbaine permet d’équiper les jardiniers et les jardinières avec des compétences et des biens alimentaires en temps de crise, l’article propose que la popularité de l’agriculture urbaine à Ljubljana découle d’un désir des gens de reprendre le contrôle de leur narratif suite à la crise économique.

Face à l’incertitude sociale et économique, les jardins ont offert une structure temporelle et un sentiment d’utilité aux gens qui avaient perdu leur emploi. Les gens ont surmonté la crise en s’accommodant au calendrier des récoltes, en trouvant une validation sociale dans le partage de légumes et en donnant un sens aux efforts investis dans un projet. L’agriculture urbaine a été une façon pour les résidents de Ljubljana de donner un sens à leur vie durant la situation de crise. La montée de la popularité de l’agriculture urbaine durant la pandémie illustre une situation similaire.

L’article donne un nouveau sens aux bénéfices de l’agriculture urbaine pour la santé et le bien-être. La production alimentaire n’est pas la seule finalité ; l’activité en soi est bénéfice, notamment comme réponse à une situation d’incertitude pour reprendre le contrôle de son narratif. Ce sont les personnes en situation précaire qui retirent le plus de bénéfices de l’agriculture urbaine et qui sont donc plus enclines à pratiquer cette activité à long terme.

Source

Matijevic, P. (2022). Searching for the plot: narrative self-making and urban agriculture during the economic crisis in Slovenia. Agriculture and Human Values39(1), 301–314. https://doi.org/10.1007/s10460-021-10248-4

 

 

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
myriamlarouche (2022, 15 novembre). Le processus narratif comme explication de la poursuite de l’activité agricole urbaine  . AgriUrbain. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auk7

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search