Les défis de l’agriculture urbaine sur les toits

Les villes sont reconnues pour avoir une empreinte écologique qui dépasse leurs frontières géographiques, notamment pas l’utilisation de ressources et la gestion des déchets. À partir des années 1990, la prise de conscience sur les impacts de l’humain sur la nature a mené à l’essor des infrastructures vertes. Que ce soient des bassins de biorétention, des toits verts ou des projets d’agriculture urbaine, ces infrastructures contribuent à la gestion des eaux de pluie, à la conservation de la biodiversité, à la réduction de la pollution et à la production alimentaire. L’article Urban Rooftop Agriculture : Challenges to Science and Pratice illustre les différentes opportunités et les défis de ces écosystèmes construits et plus spécifiquement des projets d’agriculture urbaine sur les toits.

Les écosystèmes construits offrent l’opportunité d’avancer l’écologie urbaine, soit la science qui étudie le système humain-nature en milieu urbain. Puisque les écosystèmes construits sont souvent plus simples que dans la nature, ils permettent de mesurer facilement les apports et les pertes dans un système. En impliquant des écologistes dès le début d’un projet d’aménagement urbain, on peut optimiser les infrastructures et s’assurer qu’elles répondent aux objectifs écologiques du projet.

L’agriculture urbaine sur toit

Parmi les écosystèmes construits, les projets d’agriculture urbaine contribuent au développement durable en milieu urbain. Ces initiatives permettent d’améliorer la sécurité alimentaire, la gestion des eaux de pluie, la gestion des déchets et de réduire les effets d’ilots de chaleur. Dans les pays développés, l’agriculture urbaine est souvent traitée comme une solution temporaire pour occuper des espaces vacants en attendant un projet plus profitable : développement industriel, résidentiel ou commercial. Toutefois, elle devient de plus en plus reconnue et profitable, notamment par la réduction du transport grâce à la production locale. Elle permet aussi d’offrir des produits variés, biologiques et parfois exotiques, en plus des autres services non alimentaires : éducation, thérapie, emplois, bienfaits sociaux, etc.

Comme l’espace au sol est limité et coûteux en ville, les toits offrent une opportunité intéressante pour l’agriculture urbaine. Ces projets peuvent bénéficier d’un financement public. Dans la ville de New York, le Community-Based Green Infrastructure Program of NYC Departement of Environmental Protection donne des subventions pour les projets d’infrastructures vertes telles que l’agriculture sur toit. De plus, la politique de zonage « zone verte » permet les modifications d’édifices dans un objectif de développement durable. C’est grâce à ce type de politiques et à l’aide financière que des projets comme la Brooklyn Grange peuvent avoir lieu. Cette ferme de 0,6 hectare permet la production de 11 000 à 13 000 tonnes de légumes biologiques par année sur le toit d’un d’édifice de 11 étages à Brooklyn.

Production et impacts à l’échelle de la ville

Les résultats d’une étude sur une ferme expérimentale à Bologne en Italie montrent que les 82 hectares de culture pourraient permettre de répondre à 77 % des besoins de la ville en fruits et en légumes frais. Les systèmes hydroponiques (57 % du site) et les plantations en substrat artificiel (43 %) permettent de maximiser le rendement des cultures de laitue, de chou noir, de chicorée, de tomate, d’aubergine, de piment, de cantaloup et de melon d’eau. Par contre, l’étude n’évalue pas les impacts environnementaux de la production.

Une autre étude sur une ferme déjà en activité : la Brooklyn Grange à New York, présente la consommation d’eau potable et les rejets de nutriments si tous les toits disponibles de la ville (1 246 ha) étaient utilisés comme la Brooklyn Grange. En produisant 27 344 tonnes de légumes par année, soit 4 % de la demande de la ville, la consommation d’eau potable augmenterait de 0,3 % et la décharge d’azote dans les eaux usées de 0,6 %. Si cette même surface était uniquement dédiée à la culture de légumes à feuilles, on parviendrait à répondre à 38 % de la demande de la ville pour ce type de légumes.

Impacts environnementaux

Alors que l’agriculture traditionnelle contribue à la perte de biodiversité par l’usage de pesticides, l’agriculture urbaine sur les toits constitue un refuge urbain pour la biodiversité en créant des habitats pour les plantes, les oiseaux et les insectes. Le choix des plantes, les propriétés du substrat de culture et la gestion de la ferme influencent énormément la composition en espèces et l’abondance de la faune et la flore. 

Dans la ville de New York, on estime que le potentiel de rétention des eaux de pluie par les infrastructures d’agriculture urbaine sur les toits est 2,3 fois plus élevé que le potentiel de la forêt urbaine. En optimisant la capacité de rétention d’eau des substrats utilisés et en utilisant des systèmes de recirculation de l’eau, on pourrait éliminer les rejets d’eaux usées et la demande d’irrigation. Le principal coût environnemental découlerait de la demande énergétique, notamment par les systèmes de pompes.

Serres sur toit versus autres méthodes

Les serres sur les toits, une autre option d’agriculture urbaine, génèrent un meilleur rendement et une consommation d’eau plus efficace. En effet, selon une étude à Barcelone, les serres permettent une production de tomates de 19,6 kg/m2/année contre 5,1 à 14,3 pour l’agriculture extérieure sur les toits. L’eau de pluie recueillie sur le toit de la serre et les toits des édifices adjacents contribuent à 80-90 % de la demande en eau d’irrigation. Toutefois, les coûts importants de construction font que les coûts de production d’une tomate sont 2,8 fois plus élevés qu’en serre conventionnelle. Pour avoir de meilleurs impacts économiques et environnementaux que la méthode conventionnelle, les serres sur les toits devraient avoir un rendement de 55 kg/m2/année. En milieu aride ou froid ou dans les régions où la demande d’irrigation est importante, les serres sur les toits pourraient être une meilleure solution que l’agriculture sur toit. Toutefois, elles ne contribuent pas à créer de nouveaux habitats pour la faune et la flore en ville.

Conclusion

Les écosystèmes construits découlent directement de la planification urbaine et sont importants pour comprendre la dynamique des systèmes humain-nature. L’agriculture sur les toits contribue aux différents objectifs de développement durable des villes, mais la communauté scientifique manque encore de données pour optimiser ces pratiques et mieux les inclure dans la planification urbaine. La recherche reste toutefois à faire pour trouver les niveaux de rendement, d’utilisation d’eau et de nutriments pour balancer les impacts économiques et environnementaux. Des recherches sont également nécessaires pour comprendre comment ces impacts varient d’une région climatique à une autre et comment ces projets contribuent à améliorer la biodiversité en milieu urbain.

Source

Harada, Y., & Whitlow, T. H. (2020). Urban rooftop agriculture: challenges to science and practice. Frontiers in Sustainable Food Systems4https://doi.org/10.3389/fsufs.2020.00076



Citer ce billet
katiascehrer (2022, 16 novembre). Les défis de l’agriculture urbaine sur les toits. AgriUrbain. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auka

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search