Comparaison des services écosystémiques entre les jardins communautaires (ouvriers) et collectifs : étude de cas à Leipzig en Allemagne

Face à l’urbanisation rapide qui pose pression sur les jardins communautaires et collectifs de la ville[1], des scientifiques ont voulu démontrer les bienfaits de ces jardins pour l’être humain. Plus spécifiquement, l’étude Ecosystem services of allotment and community gardens : A Leipzig, Germany case study compare la biodiversité et les services écosystémiques dans les jardins communautaires (ouvriers) et les jardins collectifs de Leipzig (Allemagne). L’étude analyse aussi l’effet de l’intensité de gestion dans les jardins communautaires.

Les zones étudiées ont été choisies selon un gradient d’urbanisation afin de comparer les zones urbaines centrales de la périphérie : deux zones en banlieues, deux zones semi-urbaines et deux zones urbaines. Pour chaque zone, un jardin collectif et cinq parcelles de jardins communautaires ont été étudiées : deux parcelles à haute intensité, deux à moyenne intensité et une vacante. La haute intensité réfère à une parcelle qui présente un niveau d’entretien important (désherbage, tonte, élagage sur toute la surface disponible). L’intensité moyenne est associée à peu ou pas de pelouse et à aucun signe de tonte (présence de végétation spontanée). Une parcelle vacante était abandonnée et envahie par la végétation. Ainsi, un total de 36 parcelles de jardins communautaires ont été étudiées (0,75 ha) de même que 6 jardins collectifs (2,3 ha).

Biodiversité

Dans le cadre de l’étude, la biodiversité est évaluée selon la composition en espèce et la richesse spécifique. 290 plantes comestibles et ornementales ont été répertoriées dans les jardins communautaires, dont 140 plantes spontanées. Pour les jardins collectifs, ces nombres s’élèvent à 255 et 157. Ce sont les jardins communautaires à intensité moyenne d’entretien qui présentent la plus grande richesse spécifique. Dans les jardins à haute intensité d’entretien, il y a peu d’arbres matures et de plantes spontanées à cause des règlementations. Dans les parcelles vacantes, il y a une faible diversité de plantes comestibles. Les jardins communautaires à intensité moyenne offrent un juste milieu entre les espaces naturels et ceux modifiés par l’humain pour la culture, maximisant ainsi la diversité spécifique. Dans tous les cas, la quantité élevée d’espèces végétales différentes dans les jardins démontre l’importance de ces espaces dans la conservation de la biodiversité en ville.

Service de support

Les services de support sont mesurés par l’activité microbienne dans le sol et la quantité d’habitats pour la faune et la flore. Les résultats indiquent une respiration basale plus élevée dans les jardins collectifs que les jardins communautaires. L’intensité d’entretien influence peu l’activité microbienne. C’est surtout le type de culture (pelouse, plantes ornementales ou plantes comestibles) qui a un impact sur les services de support avec une activité microbienne plus accrue dans les zones moins entretenues que dans celles aménagées. Pour ce qui est des habitats, il y a une plus grande variété d’habitats créés par l’humain (hôtels à insectes, cabanes à oiseaux, souches, etc.) dans les jardins collectifs que les jardins communautaires. Ces structures sont plus présentes en banlieue qu’en zone urbaine.

Service d’approvisionnement

Dans le cadre de l’étude, le service d’approvisionnement a été analysé selon le type de couverture du sol. La quantité d’espace attitrée à la production alimentaire est similaire dans les jardins collectifs et les jardins communautaires à moyenne et haute intensité. Bien que le nombre d’espèces de plantes comestibles cultivées soit semblable dans les deux types de jardins, la composition en espèces diffère. Les jardins communautaires tendent à avoir une plus grande diversité d’arbres et d’arbustes fruitiers alors que les jardins collectifs ont plus de plantes herbacées.

Services de régulation : climat et eau

La régulation du climat, quant à elle, a été évaluée en fonction de la capacité de stockage de carbone dans seulement les jardins communautaires. De façon générale, les arbres étaient pour la plupart de taille inférieure à 5 mètres, souvent à cause des règlementations dans ces jardins. Les petits arbres ont une faible capacité à stocker du carbone et donc à réguler le climat à grande échelle. Bien qu’ils contribuent peu au stockage de carbone en raison de leur taille, ils permettent de réguler localement le climat par l’ombre générée et l’évapotranspiration. Le stockage de carbone dans les jardins communautaires est estimé à 4,3 tonnes de carbone par hectare en ville et à 7,3 tonnes de carbone par hectare en banlieue. Les lots étant plus grands en banlieue, les jardiniers et jardinières peuvent se permettent de planter plus d’arbres sans générer d’ombre sur les lots avoisinants.

Pour ce qui est de la régulation de l’eau, les résultats de l’étude montre que les jardins collectifs ont un plus grand ratio de surface perméable que les jardins communautaires avec 95% et 65-75% respectivement. Comme les jardins collectifs ne sont pas divisés en lots individuels, il y a moins de sentiers et d’édifices que dans les jardins communautaires, ce qui pourrait expliquer la différence de surface perméable. Les étangs et autres étendues d’eau présentes dans les deux types de jardins peuvent aussi retenir les eaux de ruissellement, refroidir le climat localement et créer des habitats pour la biodiversité.

Conclusion

Les jardins communautaires et collectifs de la ville de Leipzig en Allemagne jouent un rôle important dans la conservation de la biodiversité et dans les services écosystémiques.

L’étude de Cabral et al démontre que les services diffèrent selon le type de jardin, l’intensité d’entretien et la localisation. Les jardins les moins entretenus ont une plus grande richesse en espèces végétales spontanées et une activité microbienne accrue (service de support pour le cycle des nutriments), mais ont une moins grande surface de production alimentaire (service d’approvisionnement). Les jardins collectifs ont une plus grande capacité à réguler l’eau (service de régulation) à cause du ratio de surface perméable plus élevé. Les jardins communautaires en banlieue ont un plus grand potentiel de régulation du climat grâce au stockage du carbone dans les arbres matures. Ainsi, selon les enjeux prioritaires de la ville, que ce soit de mitiger les eaux de ruissellement, réduire les ilots de chaleur ou préserver la biodiversité, il est possible d’identifier le type de jardin et la localisation adéquate pour maximiser les services écosystémiques procurés.

Source

Cabral, I., Keim, J., Engelmann, R., Kraemer, R., Siebert, J., & Bonn, A. (2017). Ecosystem services of allotment and community gardens: a leipzig, germany case study. Urban Forestry & Urban Greening23, 44–53. https://doi.org/10.1016/j.ufug.2017.02.008

[1] Les parcelles des jardins communautaires (ouvriers) étudiés ont une superficie variant entre 120 à 400 m2, tandis que la superficie des jardins collectifs varient entre 870 à 7 000 m2.



Citer ce billet
myriamlarouche (2022, 9 décembre). Comparaison des services écosystémiques entre les jardins communautaires (ouvriers) et collectifs : étude de cas à Leipzig en Allemagne. AgriUrbain. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aukb

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search