Potentiel de la production alimentaire en ville

Les impacts environnementaux du système alimentaire actuel sont multiples et non négligeables. On estime notamment que la production alimentaire est responsable de 21 à 37% des émissions anthropiques de gaz à effet de serre en plus de correspondre à 70% de l’utilisation mondiale de l’eau. La transformation des terres au profit de l’agriculture conventionnelle contribue à la déforestation, à la dégradation des sols, à la fragmentation des habitats et à la perte de biodiversité, entre autres.

Sachant cela, l’agriculture urbaine est de plus en plus envisagée comme une solution pour rendre le système alimentaire plus durable et résilient. Bien que la littérature sur l’agriculture urbaine soit en plein essor et qu’il existe des études sur la productivité des potagers[1], une analyse sur l’ensemble du corpus de la littérature scientifique est manquante quant au rendement de la production en ville.  L’étude How much food can we grow in urban areas? Food production and crop yield or urban agriculture: a meta-analysis constitue donc une première revue de la littérature existante sur le rendement de l’agriculture urbaine afin d’identifier le potentiel des villes à contribuer à la production alimentaire.

Méthodologie en bref

La méta-analyse compare la productivité de l’agriculture urbaine à celle de l’agriculture conventionnelle. L’étude analyse également quels aliments poussent bien en ville et dans quelles circonstances, soit le système de production utilisé et le lieu de production. Pour ce faire, les scientifiques ont identifié 200 publications pertinentes et en ont extrait les données sur le rendement. Toutes les données ont été uniformisées à la même unité de mesure : kg m-2 cycle-1. Les données du rendement de l’agriculture urbaine ont ensuite été comparées à celles du rendement de l’agriculture conventionnelle. Ces données proviennent de la base de données FAOSTAT en faisant une moyenne des rendements obtenus entre 2015 et 2020.

Productivité : agriculture urbaine versus conventionnelle

L’étude compare la productivité de l’agriculture urbaine et traditionnelle pour des catégories larges et d’autres plus précises. Dans les catégories larges, le rendement de l’agriculture urbaine est supérieur à celui de l’agriculture traditionnelle dans toutes les types de culture, sauf pour les plantes sucrières. La plus grande différence de rendement est observée pour les fibres (rendement de l’agriculture urbaine 42 fois plus élevé que dans l’agriculture conventionnelle).

Dans les catégories plus spécifiques, c’est la culture des concombres et des cornichons qui présente la différence de rendement la plus élevée (4,4 fois plus élevé en ville). Les tomates, les laitues et chicorées et les poivrons et piments avaient également un meilleur rendement en agriculture urbaine que conventionnelle. Pour les autres catégories, le rendement était similaire dans les deux contextes.

Type d’espace urbain et rendement

L’influence du type d’espace urbain sur le rendement des cultures a été étudié pour deux catégories : les choux et autres crucifères (« cabbages and other brassicas ») et les légumes autres (« vegetables fresh nes »). Dans les deux cas, le rendement est supérieur en sol (gray space)[2] qu’à l’intérieur, sur les toits ou dans les espaces verts[3].

Système de production

L’influence du système de production sur la productivité des cultures a été étudié pour les catégories précises seulement. Les laitues et chicorées sont plus productives dans les systèmes verticaux (2,4 fois plus) que horizontaux. Pour la catégorie légumes autres, le rendement est 1,7 fois plus élevé dans les systèmes horizontaux. L’effet est négligeable pour les autres types de culture.

Le médium de croissance influence significativement le rendement de plusieurs types de culture : les poivrons et piments, les concombres et cornichons, les laitues et chicorées et les tomates. Pour toutes ces catégories, le rendement est meilleur en culture hydroponique.

Enfin, l’effet de l’environnement contrôlé a été analysé pour quatre catégories de cultures : les choux et autres crucifères, les laitues et chicorées, les tomates et les légumes autre. Le rendement des cultures à l’extérieur a été comparé au rendement en environnement contrôlé avec la lumière du soleil et avec une lumière artificielle. Pour les choux et autres crucifères, les tomates et les légumes autres, le rendement est supérieur en environnement contrôlé avec la lumière du soleil. Pour les laitues et chicorées, l’environnement contrôlé avec lumière artificielle mène au rendement le plus élevé. Il est à noter que les données variaient beaucoup d’une étude à l’autre.

Conclusion

L’étude de Payen et al (2022) montre que les espaces urbains sont autant, sinon plus, productifs que les espaces traditionnellement utilisés pour l’agriculture. Ces résultats concordent d’ailleurs avec les résultats de recherches similaires à celle-ci, notamment l’étude de Dorr et al (2021)[4]. La différence entre le rendement de l’agriculture urbaine et l’agriculture traditionnelle pourrait s’expliquer par une forte représentation des systèmes de production en environnement contrôlé en ville (42% des données de l’étude). En effet, ces systèmes permettent de contrôler les conditions climatiques et de protéger contre les parasites et les maladies, et donc de maximiser le rendement. L’agriculture verticale était également très présente en ville (10% des données). Ce type d’agriculture permet d’augmenter la quantité de nourriture produite sur une même surface. Enfin, la récolte en ville se fait généralement à la main plutôt qu’en utilisant de la machinerie comme dans les champs. Il est donc possible de densifier davantage les cultures.

Selon cette méta-analyse, on remarque que la littérature sur la productivité de l’agriculture urbaine tend à focusser sur certains types de culture (surtout les légumes à feuilles et les tomates) et néglige d’autres catégories. Certains espaces urbains, notamment les cultures en façade, présentent peu de données sur le rendement. Il serait donc intéressant que des recherches futures sur le sujet se penchent sur ces lacunes. Cette étude est une première tentative de quantification du potentiel d’autosuffisance alimentaire des villes. Avant de conclure si l’agriculture urbaine constitue bel et bien une façon de rendre le système alimentaire plus durable et résilient, il faudra s’assurer qu’elle ne consomme pas plus de ressources (eau, espace, énergie, etc.) que l’agriculture conventionnelle.

Notes

[1] Voir étude Duchemin, E, L. Penvern, N. McClintock et T.T.H. Pham (2021), Évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques et sociaux, Rapport de recherche, Université du Québec à Montréal & Laboratoire sur l’agriculture urbaine, 273p.

[2] Le terme « gray space » réfère à un espace artificialisé et remplacé par un matériau imperméable. 

[3] Le terme « espace vert » réfère à des jardins privés, collectifs ou communautaires ou à des parcs.

[4] Voir synthèse de l’article ici : Évaluer l’agriculture urbaine par l’analyse de cycle de vie : synthèse de 47 études [En ligne] URL : https://agriurbain.hypotheses.org/5293

Source

Payen, F. T., Evans, D. L., Falagán, N., Hardman, C. A., Kourmpetli, S., Liu, L., et al. (2022). How much food can we grow in urban areas? Food production and crop yields of urban agriculture: A meta-analysis. Earth’s Future, 10, e2022EF002748. https://doi.org/10.1029/2022EF002748

Dorr, E., Goldstein, B., Horvath, A., Aubry, C., & Gabrielle, B. (2021). Environmental impacts and resource use of urban agriculture: A systematic review and meta-analysis. Environmental Research Letters, 16(9), 1–29. https://doi.org/10.1088/1748-9326/ac1a39

 

 

 

 



Citer ce billet
myriamlarouche (2023, 13 janvier). Potentiel de la production alimentaire en ville. AgriUrbain. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aukd

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search