Les effets de l’urbanisation sur les dynamiques internes de trois jardins communautaires en Californie

Alors que les jardins communautaires sont un des moyens mis de l’avant afin de se réapproprier l’espace urbain, l’urbanisation et la gentrification tendent à réduire leur ampleur au profit du développement résidentiel et industriel. Dans l’article Gated gardens : Effets of urbanization on community formation and commons management in community gardens, Monika Egerer et Madeleine Fairbairn explorent comment les processus d’urbanisation se manifestent dans la dynamique interne des jardins communautaires, notamment dans la délimitation de l’espace et la gestion des ressources communes. Pour ce faire, les autrices ont étudié trois jardins communautaires dans deux régions de la Californie faisant face à une urbanisation et une gentrification rapide.

Contexte géographique – Santa Clara

Les deux premiers jardins sont situés dans la fameuse Silicon Valley qui, avant de devenir un centre d’innovation technologique, était reconnue pour ses sols fertiles et ses vergers. La transformation physique du comté de Santa Clara vers un paysage urbain dense a été accompagnée d’une importante transformation sociodémographique. À l’ouest (West side – Jardin 1), les ranchs, les vergers et les vignobles se sont transformés en banlieues prisées où le coût de la vie est élevé. Dans cette région, le passé associé à l’agriculture est pratiquement disparu. Dans le sud-est de la ville (Southeast Side- Jardin 2), on retrouve des quartiers plus défavorisés et plus à risque de gentrification.

Contexte géographique – Santa Cruz

L’essor technologique dans la Silicon Valley a attiré les personnes les plus aisées de l’autre côté de la montagne, dans le comté de Santa Cruz. En effet, plusieurs personnes ont choisi de s’installer avec une vue sur l’océan et se déplacer tous les jours vers leur lieu de travail dans la Silicon Valley. Le résultat : la valeur des maisons et le coût de la vie ont drastiquement augmenté dans la région. Il s’agit en fait de la ville la moins abordable du pays. C’est là où se trouve le 3e jardin communautaire étudié.

Dynamiques internes des jardins

Le jardin communautaire 1 est régi par un principe d’adhésion exclusive. Parmi les critères d’adhésion, il faut être résident de la ville, suivre plusieurs cours sur l’agriculture biologique et la gestion durable de l’eau et apprendre les règles et bonnes pratiques du jardin. Pour les gestionnaires du jardin 1, le long processus pour devenir membre est une stratégie pour assurer la perpétuité du jardin. En effet, le jardin est situé sur un terrain prêté par la ville qui fait face à de fortes pressions de la part de l’immobilier. Les gestionnaires du jardin veulent donc s’assurer de prouver que le jardin communautaire est un atout pour les citoyens et citoyennes. L’accès exclusif au jardin et le contrôle des biens communs sont pour eux des façons de s’assurer que le jardin est productif et que la communauté est stable. Dans ce jardin, le vol est un des principaux défis dans la gestion, surtout parmi les biens communs tels que les arbres fruitiers. En réponse à cet enjeu, certains arbres ont été retirés pour créer de nouveaux lots privés. Cette transformation de l’espace est également un reflet de la pression d’urbanisation aux alentours du jardin. En ayant plus de lots, et donc plus de membres, les gestionnaires du jardin pensent pouvoir mieux justifier l’importance du jardin aux yeux de la ville. Ainsi, les biens communs du jardin s’amenuisent pour diminuer les conflits internes reliés au vol et pour maintenir une bonne image face à la ville. La délimitation de l’espace du jardin, la gestion des ressources et l’accès au jardin changent en réponse à la pression d’urbanisation.

Le jardin communautaire 2 se démarque par la diversité ethnique de ses membres. Toutefois, cette diversité complique la dynamique sociale du jardin à cause des pratiques et des valeurs qui diffèrent d’un groupe ethnique à l’autre. Dans ce jardin, l’accès aux ressources est un défi de taille à cause de la croissance démographique, du développement résidentiel et des changements climatiques. Ainsi, la plupart des tensions du jardin se font ressentir au niveau des biens communs, soit l’eau et l’espace. Les restrictions de la ville quant à l’utilisation de l’eau font en sorte que les jardiniers ne peuvent arroser leur lot que deux fois par semaine à des heures précises. Malgré cela, la facture en eau du jardin ne fait qu’augmenter, une preuve que cette stratégie de conservation de l’eau du jardin ne fonctionne pas. Au contraire, les jardiniers sont plus portés à être individualistes et s’accusent entre eux de mal utiliser l’eau. Plutôt que réduire leur consommation d’eau, ils veulent en tirer le plus de profit possible lorsque la ressource est disponible. Les conflits se manifestent surtout entre différents groupes ethniques. De plus en plus de gens installent des clôtures autour de leur lot, non seulement pour éviter les vols, mais aussi pour éviter que les gens ne jugent leurs pratiques d’agriculture. Ces clôtures élargissent le fossé qui divise déjà la communauté du jardin. Les conflits à l’intérieur du jardin sont un reflet de ce qui se passe à l’extérieur de celui-ci. Face à la rareté des ressources, ces dernières sont souvent redistribuées de façon inéquitable. Dans ce jardin, la diversité ethnique, un reflet des inégalités sociales dans la ville, crée donc des tensions internes.

Le jardin communautaire 3 compte 45 membres qui paient 100 $ US par année pour leur lot. Le jardin est connecté à plusieurs quartiers avec des accès tout autour. Cette connectivité est un avantage puisque tout le monde peut en profiter, non seulement ceux qui possèdent un lot, mais aussi les passants qui le traversent pour le plaisir. Toutefois, le fait que le public ait accès au jardin ne plait pas à tous les membres, notamment à cause des vols de produits et d’outils. En effet, tous les jardiniers interrogés dans le jardin rapportent avoir été victimes de vol. Pour certains, les vols sont purement volontaires et irrespectueux, alors que d’autres pensent que les gens saisissent mal le sens du mot « communautaire ». Comme le jardin est accessible au public, les gens pourraient croire qu’ils ont le droit de mettre la main sur les fruits et légumes qui y poussent. En réponse aux vols de produits, certains jardiniers souhaitent rendre l’accès exclusif aux membres. Plusieurs jardiniers ont érigé des clôtures autour de leur lot ou participent à la police de voisinage (surveillance des lots entre voisins). Contrairement aux deux autres jardins de l’étude, la communauté du jardin 3 est unie puisque les jardiniers travaillent ensemble à empêcher les vols. Parmi les personnes interrogées dans l’étude, plusieurs ont établi un lien entre les vols dans le jardin, le nombre de sans-abri et la gentrification environnante. Bien qu’ils déplorent les vols, les jardiniers sont d’avis qu’une ville saine devrait fournir l’accès à un jardin à tous ceux et celles qui n’ont pas l’espace pour le faire dans leur cour, ce qui n’est pas le cas ici. Ce jardin communautaire démontre que dans une ville où les inégalités sociales sont présentes, les ressources tendent à aller vers les personnes qui ont les moyens de payer.  

Conclusion

Bien que les conflits et les stratégies pour les résoudre diffèrent d’un lieu à l’autre, dans les trois jardins de l’étude de Egerer et Fairbairn, les pressions de l’urbanisation se manifestent surtout au niveau de la délimitation du jardin et du partage des ressources. L’étude conclut que le contexte de pression immobilière accrue, d’inégalités sociales et ethniques et de rareté des ressources se reflète dans les jardins communautaires par plusieurs tensions internes. La dynamique des villes change donc la dynamique des jardins, mais l’inverse est aussi vrai. Les mêmes conflits exposés dans l’article et les différentes stratégies de gestion pourraient en effet être utilisés comme outil d’apprentissage afin d’améliorer la gestion de l’espace urbain. Les villes ont beaucoup à apprendre des jardins communautaires.

Source

Egerer, M. et M Fairbairn, (2018). Gated gardens: effects of urbanization on community formation and commons management in community gardens. Geoforum96, 61–69. https://doi.org/10.1016/j.geoforum.2018.07.014

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
myriamlarouche (2023, 13 janvier). Les effets de l’urbanisation sur les dynamiques internes de trois jardins communautaires en Californie. AgriUrbain. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auke

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search