Des outils pour mieux planifier l’agriculture urbaine pour plusieurs services écosystémiques

Les espaces verts en ville procurent de multiples bénéfices, allant de ceux strictement reliés à l’environnement et à la biodiversité à ceux associés au bien-être et à la santé des humains. La planification de ces espaces, en lien avec l’objectif que l’on souhaite atteindre, est essentielle pour en retirer le maximum de bienfaits. La littérature identifie généralement cinq grands objectifs de l’agriculture urbaine et des autres espaces verts : la productivité et les économies, la sécurité alimentaire, la restauration écologique, l’éducation environnementale et la socialisation.

Dans cette optique, plusieurs outils sont développés afin d’accompagner les municipalités dans la planification de l’agriculture urbaine et des autres espaces verts en ville[1]. L’article Guidelines for urban community gardening: proposal of preliminary indicators for several ecosystem services (Rome, Italy) propose 12 indicateurs afin d’accompagner le choix du lieu, la planification des jardins et l’atteinte de leurs objectifs. Les auteurs suggèrent également l’ajout d’un sixième objectif, celui de support aux valeurs culturelles. La méthode d’évaluation est appliquée à municipalité de Rome pour en relever les principaux facteurs limitants dans le choix de l’usage des espaces verts.

Les jardins : service culturel

Plusieurs études s’entendent sur les cinq objectifs des espaces verts en ville proposés plus haut. Les auteurs de l’étude justifient le sixième objectif, la valeur culturelle, par le fait que l’agriculture urbaine permet de reconnecter les gens avec leurs traditions et leur territoire. A Montréal un projet pilote a, de son côté, montré cette dimension présente dans la communauté italiano-montréalaise[2].

Historiquement, les traditions culinaires romaines étaient étroitement reliées à l’horticulture alors que les légumes occupaient une place prédominante dans la diète de la Rome Antique. Rome a d’ailleurs été caractérisée par sa ceinture d’agriculture pendant plusieurs siècles. L’exemple de Rome montre donc le potentiel de l’agriculture urbaine à mettre de l’avant l’histoire d’une ville, notamment en intégrant des cultivars ancestraux.

Les indicateurs d’évaluation

L’étude de Giulia Caneva et ses collègues divise les 12 indicateurs d’évaluation en trois catégories : les paramètres environnementaux, les facteurs de risque associés à la pollution et le contexte social (voir tableau 1). Les valeurs des indicateurs sont classées selon qu’elles limitent ou non l’atteinte de l’objectif des services écosystémiques des projets. Les valeurs pour les classes de chaque paramètre ont été établies à partir de la littérature scientifique et sont détaillées dans l’article. Chacun des six objectifs n’est pas limité par les mêmes indicateurs ni par les mêmes valeurs pour ces indicateurs.

Tableau 1. Indicateurs utilisés dans l’étude afin de déterminer la pertinence d’un site dans l’atteinte des objectifs de l’espace vert. 

Catégorie

Indicateur

Paramètres environnementaux

Taille (m2)

Morphologie – pente (°)

Sol

Ensoleillement

Approvisionnement en eau

Biodiversité

Facteurs de risque associés à la pollution

Pollution locale liée au trafic (distance en mètres)

Pollution locale liée aux activités antérieures

Contexte social

Accessibilité

Écoles

Centres communautaires

Espaces verts

 

Application des indicateurs dans la municipalité de Rome

Les auteurs de l’étude ont testé leur guide d’évaluation sur 12 sites de l’agence municipale de Rome (ATER – Arienda Territoriale per l’Edilizia Residenziale) suite à une demande de cette dernière pour une série de lignes directrices afin d’identifier l’usage le plus pertinent pour des espaces verts dans la municipalité de Rome.

Pour la municipalité de Rome, l’étude établit que les conditions optimales pour l’instauration d’un jardin sont une dimension de 5 000 m2, une pente de 0 à 5°, un sol volcanique, assez d’ensoleillement, une source d’approvisionnement en eau, une biodiversité faible à moyenne, une distance de 60 m ou plus d’une source de pollution, aucun risque associé à l’usage antérieur du site, une bonne accessibilité (routes pavées), la présence d’écoles et de centres communautaires à moins de 400 m et la proximité avec d’autres espaces verts.

Parmi les 12 sites de l’ATER, peu répondaient à toutes ces conditions. L’évaluation à partir des indicateurs montre que, dans le cas de Rome, les facteurs les plus limitants sont la morphologie, l’ensoleillement, l’approvisionnement en eau et la pollution. Pour les sites présentant une biodiversité élevée, il serait préférable que l’espace soit utilisé dans un objectif de restauration écologique ou d’éducation environnementale puisque la production alimentaire pourrait mettre à risque les espèces végétales (ou animales) présentes sur le site. Ainsi, en se référant aux valeurs des indicateurs pour chaque site, il est possible de déterminer le ou les objectifs(s) atteignables(s) et donc l’usage le plus pertinent pour un espace donné. Cette même méthodologie peut être transposée à d’autres villes en modifiant les valeurs des paramètres considérés.

D’autres guides pour aider à la planification de l’agriculture urbaine

Dans une démarche similaire pour accompagner les municipalités dans le développement de leurs politiques d’agriculture urbaine, le Laboratoire sur l’agriculture urbaine a récemment publié son Guide d’évaluation de l’agriculture urbaine destiné aux municipalités et aux institutions. L’objectif du guide étant de fournir des outils aux municipalités et aux institutions afin qu’elles puissent effectuer le suivi de leurs projets et ainsi favoriser le développement de l’agriculture urbaine sur un territoire donné. Le guide utilise également des indicateurs qui varient selon le type de projet et les objectifs du projet en question.

Le guide du Laboratoire sur l’agriculture urbaine se distingue de celui de Caneva et al (2020) puisqu’il évalue des projets déjà établis plutôt qu’évaluer la pertinence d’un lieu pour la pratique de l’agriculture urbaine. Ces deux guides sont complémentaires et nécessaires à l’effort d’intégrer davantage l’agriculture urbaine dans la planification des villes. Ils fournissent des outils d’accompagner pour toutes les étapes d’un jardin, du choix du lieu au suivi de l’atteinte des objectifs.

Notes

  • [1] Voir entre autres : Lefebvre, B., E. Duchemin, S. Côté, M. Bourdichon, M. Perriot (2022), Guide d’évaluation de l’agriculture urbaine destiné aux municipalités et aux institutions, Laboratoire sur l’agriculture urbaine, 61p. [En ligne] URL : https://bit.ly/3DYyPQV
  • [2] « La ruelle des vignerons » la richesse et la diversité des pratiques agricoles des Italo-montréalais : [En ligne] URL : https://bit.ly/3H3a0UQ

Sources

Caneva, G., Cicinelli, E., Scolastri, A., & Bartoli, F. (2020). Guidelines for urban community gardening: proposal of preliminary indicators for several ecosystem services (rome, italy). Urban Forestry and Urban Greening56. https://doi.org/10.1016/j.ufug.2020.126866

Lefebvre, B., E. Duchemin, S. Côté, M. Bourdichon, M. Perriot (2022), Guide d’évaluation de l’agriculture urbaine destiné aux municipalités et aux institutions, Laboratoire sur l’agriculture urbaine, 61p. [En ligne] URL : https://bit.ly/3DYyPQV  

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
myriamlarouche (14 janvier 2023). Des outils pour mieux planifier l’agriculture urbaine pour plusieurs services écosystémiques. AgriUrbain. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/aukf


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search