Évaluer l’efficacité des programmes de soutien au jardinage : un programme de soutien, une clef pour assurer le développement de l’agriculture urbaine sur un territoire

En 2019, plus de 1600 familles, communautés et écoles de Détroit au Michigan bénéficiaient du programme de support au jardinage de l’organisme Keep Growing Detroit (KGD). Via des événements sociaux, des ateliers et des distributions de plantes et de graines, le Garden Ressource Program de KGD facilite l’accès au jardinage. Bien que l’abonnement à ce programme soit ouvert à tous, KGQ s’efforce de rallier les gens à risque d’insécurité alimentaire, notamment les personnes à faibles revenus et les familles avec de jeunes enfants. L’abonnement annuel coûte 10$ pour un potager domestique (cultivé par une famille) et 20$ pour les jardins collectifs et ceux associés à une école ou encore un jardin vendant sa production (qui peut être collectif ou individuel). Annuellement, les participants au programme sont à 62% des familles cultivant un terrain, 31% des jardins collectifs et 6% des potagers dont la production est vendue (market gardens), dont 30% font moins de 40 m2.

L’étude de Beavers et al intitulée Garden characteristics and types of program involvement associated with sustained garden membership in an urban gardening support program s’est interrogée à savoir ce qui fait qu’un jardin renouvelle son abonnement à tel programme de soutien au jardinage d’une année à l’autre et qu’elles sont les services les plus demandés. Leur étude a analysé les caractéristiques des personnes et des jardins participants et leur taux de participation aux activités du programme de KGD afin d’établir un lien avec la perpétuité de leur abonnement.

Taux de participation aux activités de Keep Growing Detroit

Parmi toutes les activités du programme de support au jardinage, c’est la distribution de plantes et de semences qui compte le plus haut taux de participation (90 %) au sein des membres. Le bénévolat arrive en deuxième avec de taux de participation de 30 %. Lorsqu’un jardinier s’implique comme bénévole, son jardin reçoit d’ailleurs plus de ressources de la part de KGD, dont du compost gratuitement. Il s’agit d’une des stratégies du programme pour inciter les gens à donner de leur temps. Les événements et les ateliers ont respectivement un taux de participation de 13 % et de 22%. Les programmes éducatifs à long terme sont les moins populaires auprès des membres.

Selon l’étude, plus le taux de participation d’un jardin aux activités de KGD est élevé (peu importe l’activité), plus ce jardin risque de renouveler son abonnement au programme l’année suivante. Le fait d’être déjà membre depuis plusieurs années augmente également les chances de renouveler son abonnement.

Caractéristiques des jardins

Environ 58 % des jardins renouvellent leur abonnement à la fin de la saison de culture. Les jardins collectifs et ceux associés à un marché sont plus susceptibles de revenir année après année que les jardins cultivés par une famille. Le fait d’être propriétaire du lot exerce également une influence sur la perpétuité de l’abonnement au programme de KGD. Dans la littérature, l’accès au territoire est justement un facteur qui limite la longévité des jardins.

Les coûts : un frein au jardinage

Selon une étude sur 50 jardins privés et collectifs, lorsqu’on substitue les coûts d’équipement de jardinage aux économies réalisées, cultiver ses propres légumes coûterait 39 % plus cher qu’acheter les mêmes produits à l’épicerie (CoDyre et al, 2015), mais cela sans des programmes de soutien comme KPG. Ainsi, dans les programmes de soutien au jardinage tel que celui de Keep Growing Detroit, une bonne façon de soutenir davantage les personnes à faibles revenus serait de fournir les outils et les ressources nécessaires au jardinage. Le taux de participation élevé aux activités de distribution de plantes et de graines est d’ailleurs un bon exemple de l’intérêt des gens à réduire les coûts de leur projet.

Conclusion

L’étude de Beavers et al permet de guider la création des programmes de support au jardinage pour assurer d’une participation maximale et une pérennité.

Pour qu’un programme de support au jardinage soit efficace, il faut que celui-ci cible directement les freins au jardinage. Dans ce cas-ci, comme le montre la participation accrue aux distributions de plantes en réponse à l’enjeu des coûts, un programme d’aide pour l’accès à des jardins serait probablement très populaire dans la ville de Détroit.

Bien que ces conclusions risquent de différer d’une ville à l’autre, il semblerait que, de façon générale, que l’existence d’un programme de soutien et d’encourager la participation des jardiniers aux différentes activités d’un programme de soutien est une bonne façon de soutenir le développement de l’agriculture urbaine sur un territoire.

Cette étude montre que la participation des jardinier(ère)s à un programme de soutien favorise la pérennité des projets.

Références

Beavers, A. W., Atkinson, A., Ma, W., & Alaimo, K. (2021). Garden characteristics and types of program involvement associated with sustained garden membership in an urban gardening support program. Urban Forestry & Urban Greening59. https://doi.org/10.1016/j.ufug.2021.127026

CoDyre, M., Fraser, E.D.G., Landman, K., 2015. How does your garden grow? An empirical evaluation of the costs and potential of urban gardening. Urban Urban Green 14 (1), 72–79. https://doi.org/10.1016/j.ufug.2014.11.001

 



Citer ce billet
myriamlarouche (2023, 20 février). Évaluer l’efficacité des programmes de soutien au jardinage : un programme de soutien, une clef pour assurer le développement de l’agriculture urbaine sur un territoire. AgriUrbain. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auki

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search