Les jardins collectifs : un compromis entre deux paradigmes de planification urbaine

La « ville compacte » et la « ville verte » sont deux concepts qui reviennent souvent dans le développement urbain, mais qui ont parfois des visions conflictuelles. La ville compacte encourage la densification et la proximité du transport en commun et des services. Dans ce contexte, il arrive que ce soient les espaces verts qui en paient le prix. Le concept de ville verte met justement de l’avant ces espaces afin d’améliorer la qualité de vie des citoyens et de préserver la biodiversité, entre autres.

Selon une étude à Lausanne et à Zurich en Suisse, de tous les types d’agriculture urbaine, ce sont les jardins collectifs qui permettent un meilleur compris entre la ville compacte et la ville verte dans les politiques de planification urbaine durable. Pour parvenir à cette conclusion, l’étude Community gardens as a response to contradictions of the sustainaible urban policy: Insights from the Swiss cities of Zurich and Lausanne a analysé 160 documents politiques et administratifs sur le développement durable et l’agriculture urbaine dans les deux villes.

Zurich et Lausanne font partie des plus grandes villes de la Suisse et suivent toutes deux le concept de « ville compacte ». À Zurich, la stratégie de la ville vise à limiter son développement à l’intérieur des limites actuelles. Des secteurs de développement ont été identifiés afin de concentrer la population et les emplois là où les services et les transports en commun sont le mieux développés. Les deux villes se définissent également comme des « villes vertes » et encouragent la protection et la création d’espaces verts. Dans ses politiques urbaines, Lausanne réfère aux parcs, aux jardins et autres types d’espaces verts comme étant des atouts pour la ville. 

Les jardins collectifs sont mieux adaptés à la densification

À Zurich, la densification mène à la perte de jardins urbains et à leur déplacement vers les limites extérieures de la ville. À Lausanne, comme les jardins sont déjà situés en périphérie, la densification est moins associée à une perte de superficie de jardins. L’enjeu est plutôt de trouver des emplacements pour créer des nouveaux jardins. Les jardins collectifs sont plus faciles à intégrer au cadre bâti par leur disposition plus simple et efficiente que les jardins communautaires en lots. Ces derniers sont souvent critiqués d’utiliser trop d’espace tout en bénéficiant à moins de gens.

Maximiser les bénéfices

À Zurich et à Lausanne, les deux types de jardins font partie des stratégies de planification urbaine, mais de façon plus marquée pour les jardins collectifs. Le support envers ce type de jardin est justifié par le besoin d’augmenter le nombre de personnes qui en bénéficient et par la pratique plus durable qu’un jardin communautaire en lots.

Depuis 2004, la ville de Zurich a réussi à augmenter considérablement sa surface de jardinable principalement en convertissant des lots individuels en jardins collectifs. Les deux villes souhaitent aussi intégrer davantage de zones communes dans les jardins communautaires existants et intégrer des zones récréatives ouvertes aux visiteurs. Il s’agit de mesures pour maximiser le nombre de personnes qui bénéficient des jardins. La ville de Lausanne a également mis en place l’initiative « pocket gardens » qui encourage les citoyens à identifier des espaces propices au jardinage dans la ville et les propriétaires à créer ce type d’espace.

Les multiples rôles des jardins collectifs

On attribue plusieurs fonctions au jardinage en plus d’être une activité récréative et nourricière : régulation du climat, création de liens sociaux dans la communauté, fonctions éducatives, etc. Les jardins collectifs permettent de mieux atteindre les objectifs de développement durable des villes que les jardins communautaires. Ils favorisent davantage la cohésion sociale et comprennent généralement plus de surface perméable ce qui permet une meilleure absorption de l’eau. De plus, les jardins collectifs tendent à encourager le jardinage sous différentes formes et caractéristiques. Il est à noter que ce n’est pas seulement le type de jardin qui influence ses bénéfices, mais également la localisation du jardin au sein de la ville.

Conclusion

Dans un contexte où la densification et le développement durable sont à la base de la planification urbaine, la conservation des espaces verts, dont les jardins, devient un aspect important pour assurer la qualité de vie des citoyens. Selon l’étude de Jahrl et al, les jardins collectifs sont les mieux placés pour respecter à la fois le concept de la ville dense et de la ville verte. Leur design est simple, flexible et multifonctionnel et il s’agit d’un usage rentable du territoire qui profite à davantage de personnes et qui respecte les principes du développement durable.

Cette étude démontre l’importance d’intégrer les jardins collectifs à la planification urbaine, mais également de ne pas négliger les autres formes d’agriculture urbaine puisque ce ne sont pas tous les types de jardins qui favorisent les mêmes groupes sociaux. La planification de l’agriculture urbaine est un processus complexe qui doit prendre en compte plusieurs aspects (localisation, modèles de gouvernance, type d’initiative, etc.), mais qui occupe une place importante dans un contexte de développement durable des villes. 

Référence

Jahrl, I., Ejderyan, O. eet Cavin, J. S. (2022). Community gardens as a response to the contradictions of sustainable urban policy: Insight from the Swiss cities of Zurich and Lausanne. Front. Sustain. Food Syst. 6:902684. doi: 10.3389/fsufs.2022.902684.

 



Citer ce billet
myriamlarouche (2023, 20 février). Les jardins collectifs : un compromis entre deux paradigmes de planification urbaine. AgriUrbain. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aukj

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search