Étude comparative des personnes pratiquant l’agriculture urbaine à Montréal et à Quito

Comprendre ce qui motive les gens à jardiner est nécessaire pour s’assurer que les initiatives d’agriculture urbaine perdurent dans le temps et qu’elles reçoivent l’appui des gouvernements. Les motivations à la pratique varient selon plusieurs facteurs, notamment le contexte socio-économique d’une ville et le type de jardin (individuel, collectif, communautaire, etc.)

Dans l’étude The motivations of urban agriculture practitioners in deprived neighborhoods: a comparative study of Montreal and Quito, les auteurs s’intéressent donc aux motivations et aux caractéristiques des gens qui pratiquent l’agriculture urbaine dans deux villes aux contextes socio-économiques différents : Montréal et Quito (Équateur)[1]. À Quito, les gens se servent de l’agriculture urbaine pour générer un revenu supplémentaire alors qu’à Montréal, il semblerait que les gens y recherchent surtout les bénéfices sociaux. Bien que les motivations extrinsèques (sociales et économiques) soient différentes, l’approvisionnement alimentaire et la santé sont deux motivations intrinsèques à l’agriculture urbaine qui ressortent de part et d’autre.

Portraits des agriculteurs et des agricultrices urbaines

L’étude a établi une typologie pour classer les agriculteurs et les agricultrices en fonction de leurs motivations extrinsèques et intrinsèques. À Montréal, on retrouve principalement des éco-engagés et des socio-engagés alors qu’à Quito, ce sont les experts en économies et les versatiles qui dominent. À Montréal, la majorité des ménages interrogés sont représentés par des adultes vivant seuls avec un diplôme universitaire et un emploi stable. L’agriculture urbaine est vue comme un loisir et découle d’un choix personnel motivé par le désir de se connecter à son environnement (éco-engagés) ou à sa communauté (socio-engagés). En général, il ne s’agit pas d’une activité lucrative à l’exception des quelques « experts en économies » motivés par le rendement de leurs cultures. À Montréal, ce groupe est surtout présent dans les jardins communautaires.

À Quito, les ménages sont surtout composés de couples avec des enfants. La femme pratique l’agriculture urbaine à la maison ou dans sa communauté pour nourrir sa famille, économiser de l’argent, générer un revenu supplémentaire ou en retirer des bénéfices sociaux. Le type versatile ressort beaucoup puisque les motivations derrière la pratique étaient souvent multiples. Contrairement à Montréal, l’agriculture urbaine découle davantage d’un besoin de nourrir sa famille que d’un loisir. L’aspect social a moins d’importance que les économies réalisées en produisant des fruits et des légumes.

Dans les deux villes, les gens qui pratiquent l’agriculture urbaine sont motivés par la productivité de leur jardin. Cela concorde d’ailleurs avec d’autres études selon lesquelles la dimension productive du jardinage est importante même dans les pays à hauts revenus. Les gens accordent aussi une certaine importance à la santé, mais pas de la même façon. À Montréal, il semblerait que ce soit la santé mentale et le bien-être qui soit au cœur des motivations des jardiniers : passer du temps dehors, se changer les idées du travail, relaxer, etc. À Quito, les gens sont davantage intéressés par la santé physique, notamment par une alimentaire plus saine et un mode de vie moins sédentaire. Enfin, les gens des deux villes sont motivés par les apprentissages et les compétences qu’ils peuvent développer via l’agriculture urbaine.

L’étude relève également des différences dans les motivations selon le type de jardin. Dans les deux villes, tous les gens que l’on retrouve dans les jardins collectifs accordent de l’importance à la dimension sociale de l’agriculture urbaine. Ils souhaitent connecter avec leur voisinage et créer de nouvelles amitiés. Ceux et celles qui ont un lot dans un jardin communautaire ont une vision plus individualiste et priorisent la productivité de leur jardin aux interactions sociales. 

Défis de l’agriculture urbaine dans les quartiers défavorisés

De façon générale, les enjeux énoncés concernent le manque de support des autorités locales, les vols et le non-respect des règles des jardins. À Montréal, le principal enjeu est l’accès au territoire. En effet, les gens peuvent passer plusieurs années sur une liste d’attente avant d’obtenir un lot dans un jardin communautaire. Dans les jardins collectifs, généralement situés sur des terrains privés, il y a toujours le risque que le propriétaire souhaite changer l’utilisation de l’espace ou le vendre. La contamination des sols et la sécurité dans la consommation des aliments qui poussent en ville ne faisaient pas partie des préoccupations des participants. 

Conclusion

En établissant 4 profils types des agriculteurs et des agricultrices urbaines, les villes peuvent mieux identifier le type d’initiative qui convient à sa population. Ils peuvent également orienter les gens vers le bon type de jardin en fonction de leurs motivations. Par exemple, une personne qui souhaite renforcer ses liens sociaux via l’agriculture urbaine (socio-engagée) devrait être dirigée vers un jardin collectif. Cette façon de faire pourrait d’ailleurs réduire les listes d’attente dans les jardins communautaires, un enjeu de taille à Montréal. À Quito, la ville semble sur la bonne voie en encourageant l’aspect économique de la pratique, notamment par l’initiative CONQUITO qui fournit des espaces pour vendre les surplus de culture et de l’assistance technique à la production.

Note

[1] L’étude se base sur 21 entrevues à Montréal et 23  à Quito

Référence

Audate, P. P., Cloutier Geneviève, & Lebel, A. (2021). The motivations of urban agriculture practitioners in deprived neighborhoods: a comparative study of Montreal and QuitoUrban Forestry & Urban Greening62. https://doi.org/10.1016/j.ufug.2021.127171

 

 

 

 



Citer ce billet
myriamlarouche (2023, 20 février). Étude comparative des personnes pratiquant l’agriculture urbaine à Montréal et à Quito. AgriUrbain. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aukk

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search