Agriculture sur toit à Quito en Équateur : modèle d’évaluation du potentiel

Un peu partout dans le monde, des initiatives d’agriculture urbaine se développent dans le but de répondre aux besoins alimentaires de la population croissance. Les serres sur toit en sont un exemple répandu, surtout dans les villes densément peuplées où l’espace au sol est restreint.

Les villes d’Amérique latine suivent cette tendance avec les différentes formes d’agriculture urbaine qui y prennent de plus en plus d’ampleur. En Équateur, la ville de Quito est reconnue pour son projet participatif d’agriculture urbaine AGRUPAR ayant pour but de promouvoir l’autosuffisance comme façon de contrer l’insécurité alimentaire. Le projet comprend des vergers, des zones d’élevage de petits animaux et la remise en marché de surplus alimentaires.

En Amérique latine, les caractéristiques architecturales des édifices, soit les toits plats et non aménagés, sont idéales pour l’implantation de serres sur toit. L’étude Feasibility assessment of rooftop greenhouses in latin america. the case study of a social neighborhood in Quito cherche à déterminer le potentiel d’implantation de serres hydroponiques sur les toits dans un quartier de la ville de Quito en Équateur. À partir des méthodologies d’implantation existantes, une méthodologie est adaptée dans le cadre de l’étude et testée dans la région de La Comuna Santa Clara de San Millàn.

L’étude identifie les surfaces utilisables et estime le potentiel de production selon ces surfaces. Dans ce quartier, 33,2% des toits auraient le potentiel d’accueillir des serres. En utilisant ces surfaces, il serait possible de contribuer à 9% de la demande alimentaire de la ville de Quito en tomate et à 4% de la demande en laitue. À l’échelle du quartier, c’est 100% de la demande qui serait comblée par cette production. Selon les auteurs, la méthodologie développée pourrait être utilisée par les gouvernements et les organismes afin d’instaurer des initiatives similaires dans d’autres régions du monde qui amélioreront l’autosuffisance et à la résilience des villes.

Contexte urbain de Quito

Après les villes d’Amérique du Nord, Quito compte parmi les villes les plus urbanisées du monde avec 565 habitants par km2 soit 3,8 habitants par maison. Quito est en processus de densification ; elle comprend à la fois des secteurs denses et d’autres quartiers qui le sont moins, ce qui en fait une bonne représentante des autres villes d’Amérique latine.

Les conditions climatiques en font un bon lieu pour tester les méthodes d’agriculture urbaine. En effet, les heures d’ensoleillement sont optimales pour l’agriculture, la température est stable tout au long de l’année et les précipitations sont généralement abondantes. Les édifices non finis offrent des espaces idéaux pour l’agriculture urbaine. 75% des bâtiments sont construits en béton armé, un matériau assez résistant pour accueillir des structures sur les toits. Enfin, l’enjeu de la sécurité alimentaire est présent dans certains secteurs plus vulnérables.

Méthodologie en trois étapes

La méthodologie d’implantation d’infrastructures sur toit s’inspire deux recherches à Barcelone : Sanyé-Mengual et al. (2015) et Nadal et al. (2017). Les surfaces d’agriculture urbaine sont d’abord caractérisées selon des critères urbains, agronomiques et technologiques. Au niveau urbain, l’aspect légal (règles et normes municipales, environnementales, commerciales, etc.) et les surfaces sont considérés. Les auteurs estiment que 10 m2 sont requis pour subvenir aux besoins alimentaires en légumes d’une famille de quatre personnes. Les espaces au sol ne sont donc pas adéquats. De plus, la surface doit être libre de tout équipement (panneaux solaires, réservoirs d’eau, etc.) à moins que ceux-ci soient amovibles. Au niveau agronomique, le facteur principal qui limite la production alimentaire est l’ensoleillement. Les aspects sociaux, soit la population, le territoire et l’histoire, sont également pris en compte. Enfin, la faisabilité du projet d’un point de vue technologique passe par la capacité de support des édifices, les matériaux de construction et la pente du toit.

Les critères de l’étape 1 permettent de classer les surfaces selon la faisabilité d’implantation d’agriculture sur toit à court, moyen ou long terme. Pour les projets à court terme, les potentiels de production (kg/année), d’autosuffisance (nombre de personnes/année) et d’autoapprovisionnement sont mesurés à l’aide de trois équations. Le potentiel d’autoapprovisionnement réfère à l’espace nécessaire (ha) pour subvenir aux besoins de la population. La tomate et la laitue sont choisies pour estimer ces valeurs puisqu’ils sont représentatifs de la diète équatorienne.

Étude de cas : La Comuna Santa Clara de San Millàn

La Comuna Santa Clara de San Millàn (CSCSM) se situe dans le Nord-Ouest de la ville de Quito, au pied de la montagne Pichincha, ce qui en limite l’expansion. Le quartier se divise en deux zones. La zone A est représentative des milieux périurbains ; elle est moins dense, plus hétérogène et comporte plusieurs espaces verts. La zone B est densément peuplée et homogène. Elle est représentative des villes compactes. Les édifices ont trois ou quatre étages et utilisent tout le terrain disponible. Peu importe la zone, la majorité des édifices de la CSCSM sont des constructions inachevées.

À Quito, la demande en tomate et en laitue est respectivement de 5,43 et 0,56 kg/habitant/année. Pour ce qui est de la production, on estime qu’en Équateur les infrastructures hydroponiques en serre en peuvent produire 192 000 kg de tomates et 7 900 kg de laitue annuellement. Dans ce cas-ci, la production de tomate est attribuée à la zone A, et celle de laitue à la zone B afin de subvenir aux besoins alimentaires de la population de Quito. Pour le calcul de l’autoapprovisionnement, c’est la population de la CSCSM qui a été considérée, soit 8 862 habitants.

Potentiel d’implantation d’infrastructure d’agriculture urbaine dans la CSCSM

En Équateur, l’agriculture urbaine relève du domaine municipal. La Comuna Santa Clara de San Millàn diffère des autres quartiers puisqu’elle est dirigée par un conseil de 5 membres qui contrôle les activités et les interactions avec les acteurs externes. À Quito, l’agriculture est déjà présente grâce au projet AGRUPAR qui rassemble des fermiers urbains, des organismes, des universitaires et la municipalité. Ce projet encourage la production sur les toits ou les balcons, l’agriculture verticale et le recyclage de matériaux.

À partir de données et de photos provenant de différentes sources, les surfaces de toit de la CSCSM ont été identifiées et classées selon la faisabilité à court, moyen ou long terme. Parmi les 3494 toits répertoriés, 1160 (33,2%) présentent un potentiel d’implantation à court terme, soit une surface totale de 7,70 hectares. La majorité des toits ont une dimension entre 10 et 90 m2, mais certains toits peuvent aller jusqu’à 250 m2.

Les 7,70 ha permettraient une production de tomate et de laitue pour répondre respectivement à 9% et 4,5% de la demande de la population de Quito. Comme la CSCSM ne représente que 0,17% de la ville de Quito, ce potentiel est considérable. Selon les auteurs, la production de tomate nécessiterait 0,25 ha et celle de laitue, 0,61 ha pour permettre l’autosuffisance et l’autoapprovisionnement de la CSCSM, soit 11,2% de tout l’espace disponible à court terme. Ainsi, le reste des espaces pourrait servir à produire d’autres légumes pour approvisionner la CSCSM et à produire des surplus pour la vente en dehors du quartier.

Somme toute, la méthodologie proposée par les chercheurs s’avère être un outil plus pertinent que les méthodes déjà existantes dans un contexte résidentiel urbain. Plutôt que de n’inclure que les surfaces de plus de 500 m2, l’étude se base sur la surface requise pour atteindre l’autosuffisance d’un ménage. Davantage d’importance est accordée aux heures d’ensoleillement dans le choix des surfaces. De plus, une équation supplémentaire sur la capacité d’autoapprovisionnement permet de mettre l’accent sur l’enjeu de la sécurité alimentaire.

En plus des bénéfices alimentaires, les serres hydroponiques sur toit permettent de diminuer la température intérieure des édifices et d’économiser de l’eau par les systèmes de recirculation et de récupération de l’eau de pluie. Dans le cas de la CSCSM, les toits identifiés comme ayant un potentiel à moyen ou long terme pourraient être reconvertis en toits verts qui sont également des climatiseurs naturels. La méthodologie développée convient aux villes d’Amérique latine puisqu’elle s’adapte bien aux différents contextes climatiques et sociaux. Pour minimiser les impacts environnementaux de ces infrastructures, la recherche doit être poussée sur les matériaux de construction de la structure de la serre. De plus, il faudrait s’assurer que la qualité des aliments est suffisamment bonne pour la consommation.

Source

Nadal, A., Rodriguez-Cadena, D., Rieradevall, J., Pons, O., Cuerva, E., & Josa, A. (2019). Feasibility assessment of rooftop greenhouses in Latin America. the case study of a social neighborhood in Quito, ecuador. Urban Forestry and Urban Greening44. https://doi.org/10.1016/j.ufug.2019.126389

Alamús, R., Pipia, L., Ruiz, A., Corbera, J., Cuerva, E., Rieradevall, J., Josa, A., (2017). Urban planning and agriculture. Methodology for assessing rooftop green- house potential of non-residential areas using airborne sensors. Sci. Total Environ. 601–602. https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2017.03.214.

Sanyé-Mengual, E., Cerón-Palma, I., Oliver-Solà, J., Montero, J.I., Rieradevall, J., (2015). Integrating horticulture into cities: a guide for assessing the implementation potential of rooftop greenhouses (RTGs) in industrial and logistics parks. J. Urban Technol. 22, 87–111. https://doi.org/10.1080/10630732.2014.942095.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
katiascehrer (20 février 2023). Agriculture sur toit à Quito en Équateur : modèle d’évaluation du potentiel. AgriUrbain. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/aukl


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search