Des jardins communautaires pour prévenir les changements climatiques

L’année 2021 a été marquée par de nombreux événements climatiques extrêmes : tempête de neige à Madrid, incendies de forêt et records de chaleur en Colombie-Britannique, inondations un peu partout dans le monde… Aucune ville n’est à l’abri des changements climatiques et, face à cette menace, les infrastructures vertes gagnent en popularité en milieu urbain.

Les jardins pluviaux, les noues et les toits verts sont des stratégies de plus en plus utilisées pour améliorer la résilience et la capacité d’adaptation des villes face aux changements climatiques. Les jardins communautaires, pourtant reconnus pour procurer divers services écosystémiques, réduire l’effet des ilots de chaleur et retenir les eaux de ruissellement, sont encore sous-représentés parmi les mesures de mitigation. C’est d’ailleurs ce que soutiennent les auteurs de l’article The underutilized role of community gardens in improving cities’ adaptation to climate change: a review. En analysant les politiques de planification urbaine de Baltimore, Chicago et New York, les auteurs établissent que les villes priorisent les approches réactives aux approches préventives, comme les jardins communautaires. Ils affirment que ces jardins permettraient de mieux préparer les citoyens aux impacts des changements climatiques.

Résilience : une définition variable

La résilience est un concept clé des politiques de développement urbain des trois villes de l’étude. Pourtant, en aucun cas ce concept n’est défini explicitement. De façon générale, les principaux thèmes qui reviennent pour définir la résilience vis-à-vis les changements climatiques sont la résilience technologique, économique, écologique et de la communauté et la capacité d’adaptation.

Les politiques urbaines traitent du transport, de l’utilisation des terres, de l’efficacité énergétique et des ressources naturelles, tout ça dans le but d’améliorer la réponse des communautés face aux désastres naturels. Les stratégies priorisent une réponse post-événement ; une forme de résilience réactive. À l’inverse, une résilience proactive ou préventive comme les jardins communautaires permettrait de préparer les villes aux événements climatiques extrêmes et ainsi de minimiser les conséquences.

Le rôle oublié des jardins communautaires

Les jardins communautaires ont fait leur apparition à Baltimore, Chicago et New York il y a de cela un certain nombre d’années. Entre 1890 et 1917, période d’urbanisation et d’industrialisation intensive, le « early urban gardens program » est créé aux États-Unis. À cette époque, les jardins communautaires embellissent les villes, génèrent de l’emploi et assurent la sécurité alimentaire des citoyens.

La Première et la Deuxième Guerre mondiale mènent à la création des « Liberty and Victory Gardens », des jardins ayant pour but de créer une identité nationale et de réduire la malnutrition. En 1944, 40% de l’approvisionnement en légumes provient de ces jardins. À partir de 1970, ce sont les récessions économiques et les mouvements environnementaux qui justifient l’agriculture urbaine.

Malgré l’important historique des jardins communautaires aux États-Unis, notamment dans les situations de crises économique, sociale ou environnementale, ceux-ci ne sont pas reconnus comme stratégie de mitigation vis-à-vis les changements climatiques. Les politiques urbaines de Baltimore, Chicago et New York ne leur attribuent que des rôles de production alimentaire et de cohésion sociale.

Au-delà de la production alimentaire

Chaque ville possède son programme d’agriculture urbaine. Par exemple, Homegrown Baltimore encourage la création de jardins communautaires pour contribuer à la production d’aliments locaux, au développement de l’économie locale, à la protection de l’environnement, à l’éducation et à la résilience des communautés.

Dans les politiques alimentaires, les jardins communautaires sont reliés au concept de résilience; il y a donc une déconnexion entre ces politiques et les politiques urbaines plus globales. Les jardins communautaires rapprochent l’humain et la nature. Ils permettent d’éduquer les participants sur l’influence des choix alimentaires sur l’environnement et les changements climatiques. De plus, au même titre que les autres infrastructures vertes, ils permettent de réduire l’effet des ilots de chaleur et de recueillir l’eau de pluie. Ainsi, autant de façon directe qu’indirecte, les jardins communautaires contribuent à réduire les effets des changements climatiques, et ce, avant même qu’un événement extrême survienne.

Conclusion

Alors que les jardins communautaires se sont présentés comme solution innovante à plusieurs crises historiques, la crise climatique actuelle ne semble pas justifier leur reconnaissance dans la planification urbaine. Peut-être sont-ils difficiles à intégrer dans les politiques gouvernementales puisqu’ils ne procurent pas de résultats immédiats ou peut-être que la charge d’entretien est trop importance par rapport aux autres infrastructures comme les toits verts…

Chose certaine, les jardins communautaires méritent plus d’attention de la part des gouvernements en ce qui concerne la résilience des villes face aux changements climatiques. Par une approche décentralisée et en encourageant la participation citoyenne, les gouvernements pourraient se déresponsabiliser de la gestion de ces initiatives et se concentrer sur le financement.

Référence

Clarke, M., Davidson, M., Egerer, M., Anderson, E., & Fouch, N. (2019). The underutilized role of community gardens in improving cities’ adaptation to climate change: a review. People, Place and Policy Online12(3), 241–251. https://doi.org/10.3351/ppp.2019.3396732665

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
katiascehrer (20 février 2023). Des jardins communautaires pour prévenir les changements climatiques. AgriUrbain. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/aukm


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search