L’implication citoyenne pour la biodiversité : les jardins communautaires et collectifs des espaces d’engagement

L’urbanisation est le moteur principal du changement de l’affectation des terres et de l’utilisation disproportionnée des ressources naturelles. L’urbanisation provoque la perte d’habitats et donc l’extinction des espèces indigènes. Les espaces urbains sont souvent associés avec diminution de la diversité et de la richesse spécifique. Cette perte de biodiversité engendre des stress tant au niveau de la santé humaine qu’au niveau social et environnemental.

Les études montrent que les espaces verts en milieu urbain engendrent des bénéfices variés notamment au niveau de la santé physique et mentale. En plus de préserver la biodiversité locale, ils présentent le potentiel d’améliorer l’alimentation et le bien-être des participants et d’offrir une meilleure qualité de vie aux résidants à proximité. Selon plusieurs études, la participation est un élément clé des bienfaits générés par les espaces verts. L’étude User participation in urban green commons : Exploring the links between access, voluntarism, biodiversity and well being démontre quantitativement les liens entre les espaces verts gérés par la collectivité et la biodiversité en ville, de même que les facteurs qui influencent la participation citoyenne dans ces espaces. L’étude soutient que la gestion décentralisée par les participations est une façon valable de gérer les services écosystémiques de milieu urbain. Une comparaison entre 10 espaces verts regroupant des jardins communautaires, des jardins collectifs, des vergers et des mini-parcs est faite.

Le comté métropolitain du Grand Manchester au Royaume-Uni présente un historique important d’écologie citoyenne avec ces nombreux espaces verts gérés par des collectivités. Cette ville est donc idéale pour comprendre le potentiel de l’implication citoyenne dans la gestion des écosystèmes urbains.

Biodiversité des sites

La biodiversité combine le nombre de genres différents de plantes vasculaires et le pourcentage de couverture de chaque genre. Selon la Domin scale of land cover, un score entre 1 et 6 est attribué. Pour chaque 6 genres différents dans un même site, un point est ajouté au score. La biodiversité mesurée pour chaque espace vert varie entre 13 et 27. Selon la régression linéaire effectuée, la biodiversité est influencée à 93 % par la participation dans le site.

Participation dans les espaces verts

La participation est mesurée selon le nombre d’heures de bénévolat par mois. L’étude démontre que la participation est influencée par l’accessibilité des sites : caractère public ou privé, présence d’une clôture ou non et heures d’ouverture. Selon l’étude, moins d’heures de bénévolat sont effectuées dans les sites où l’accès est public et gratuit que dans les sites où l’accès est privé ou limité. Les espaces clôturés avec un nombre restreint d’heures d’ouverture présentent le meilleur niveau de participation. La participation dépend également de la taille du site et des activités. Les grands espaces sont associés à moins d’heures de bénévolat. Les sites ayant une conception plus simple tels que les vergers nécessitent moins d’activité physique pour l’entretien, et donc une participation moins accrue. Dans le même sens, les jardins communautaires qui combinent des espaces de production alimentaire, d’horticulture et de récréation présentent un plus grand taux d’engagement. Ainsi, une conception plus complexe et multifonctionnelle engendre une grande participation citoyenne et, souvent, ces caractéristiques sont associées aux petits espaces verts. 

Conclusion

Alors que plusieurs études ont montré l’impact positif que la biodiversité peut avoir sur le bien-être des humains, cette étude montre comment la participation dans les espaces verts urbains peut accroître la biodiversité en ville. La relation positive entre la participation et la biodiversité mise en parallèle avec l’effet de la taille du site sur la participation est importante pour la planification urbaine. L’étude de James et Dennis (2016) met en évidence la capacité des microhabitats à abriter une plus grande diversité d’espèces végétales que les grands espaces. Ainsi, un réseau élargi de plusieurs petits espaces verts permet une plus grande participation dans ces projets, et donc une meilleure conservation de la biodiversité. La gestion décentralisée de ces espaces est prouvée comme efficace pour préserver la biodiversité et générer des services écosystémiques.

Référence

Dennis, M., & James, P. (2016). User participation in urban green commons: exploring the links between access, voluntarism, biodiversity and well-beingUrban Forestry & Urban Greening15, 22–31.

 

 

 

 



Citer ce billet
myriamlarouche (2023, 20 février). L’implication citoyenne pour la biodiversité : les jardins communautaires et collectifs des espaces d’engagement. AgriUrbain. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aukn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search