Réduire son empreinte carbone en changeant ses habitudes alimentaires : le rôle de l’agriculture urbaine

Le système alimentaire contribue pour 21 à 37 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) mondiales. Les émissions de GES sont mesurées dans le pays d’origine du produit, créant ainsi une mauvaise conception de la durabilité du système alimentaire, notamment dans les grandes villes où les produits alimentaires sont majoritairement importés. Cette mauvaise conception a un impact sur les stratégies de mitigation des impacts de l’alimentation.

Considérant que d’ici 2050, 70 % de la population mondiale vivra en ville, il est important d’améliorer la résilience et la durabilité du système agroalimentaire urbain. Plusieurs politiques régionales et nationales ont été mises en place dans les dernières années pour promouvoir des changements radicaux de la demande alimentaire. Pour donner suite au Milan Food Policiy Pact de 2015, la ville de Madrid encourage notamment la présence de l’agriculture urbaine. L’agriculture urbaine exerce une grande influence sur les choix alimentaires de participants et, selon l’étude The next generation of scenarios for climate change research and assessment publiée dans la revue Nature, les changements comportementaux sont un aspect important dans la réduction des émissions de GES.

Dans la poursuite de cette solution pour la réduction des émissions de GES, dans l’article Urban agriculture may change food consumption towards low carbon diets, Ivanka Puigdueta de l’Universidad Politécnica de Madrid, et ses collègues, ont évalué les changements des habitudes alimentaires des participants à un jardin communautaire et estimé l’impact de ces changements sur l’empreinte carbone du consommateur moyen. Le but ultime de l’étude serait d’intégrer les initiatives d’agriculture urbaine dans les politiques urbaines en démontrant leur potentiel d’atténuation des changements climatiques.  

Selon l’étude, le changement des habitudes alimentaires présente un potentiel de réduction des émissions de 205,1 kg de CO2 par année par personne, et ce, principalement par la diminution de la consommation de protéines animales. Les jardins communautaires pourraient donc être utilisés comme catalyseurs de comportements pro-environnementaux et comme contributeurs à la réduction des émissions de GES des villes.

Méthodologie

L’évaluation de l’impact des habitudes alimentaires sur l’empreinte carbone s’est faite en trois étapes :

  • Identifier les habitudes alimentaires moyennes;
  • Évaluer l’empreinte carbone de chaque étape de la chaîne de production alimentaire par une analyse par cycle de vie;
  • Identifier les modifications des habitudes alimentaires des participants à un jardin communautaire et d’un groupe contrôle sur une période de 5 ans (sondages).

Pour estimer l’empreinte carbone des produits alimentaires, plusieurs composantes ont été considérées : la production (avant et à la ferme), la distribution, l’emballage, le transport (commercial et personnel), la vente, et la gestion des déchets.

Le sondage a pris en compte les changements comportementaux associés à la diète, au transport, à la consommation de produits biologiques et en vrac, à l’origine des aliments, à la gestion des déchets et à la consommation d’énergie. Les comportements associés à la transformation et à la vente n’ont pas été inclus puisqu’on estime que le consommateur a peu d’impacts sur les émissions de GES de ces étapes.

Impacts des habitudes alimentaires sur l’empreinte carbone

Sur la période de 5 ans, les participants à des projets d’agriculture urbaine ont davantage changé leurs habitudes alimentaires que le groupe contrôle (non participants). Chez les participants, on remarque principalement une hausse de la consommation de produits biologiques et locaux ainsi qu’une meilleure gestion des déchets, notamment par le compost. Ces changements de comportement permettent de réduire leur empreinte carbone d’environ 12,6 % contre 3,6 % pour le groupe contrôle, soit une différence de 147 kg de CO2 par personne.

Même si elle ne fait pas partie des changements de comportements les plus observés, la diète est l’habitude qui contribue le plus à réduire les émissions de GES (106,3 kg de CO2 par personne par année). L’origine des aliments a également une contribution importante avec une réduction de 69,7 kg de CO2 par personne par année. Puisque la consommation initiale d’aliments biologiques est faible (1,9 %), même un changement important augmente peu le poids de ce facteur (2,6 %). Parmi les modifications de diète, 70 % des émissions de GES sont associées à la consommation de produits de source animale, dont 43,4 % à la consommation de viande.

Optimiser la réduction des GES

La meilleure façon de maximiser la réduction des émissions de GES associées au système agroalimentaire est de porter un regard particulier sur l’origine des aliments, le transport et la diète. Certaines mesures, comme une taxation supplémentaire de la viande et des produits laitiers, peuvent encourager les changements de diètes. Toutefois, ces mesures font souvent face à une forte opposition citoyenne. Le changement de diète ne doit pas non plus être compensé par des aliments fortement transformés ou hors saison, qui ont également une empreinte carbone considérable.

Plusieurs études indiquent que l’information des citoyens serait une méthode efficace pour changer les habitudes alimentaires. En ce sens, l’agriculture urbaine est une façon positive et inclusive d’informer les gens sur la provenance de leurs aliments et de changer leurs habitudes alimentaires, notamment la consommation de viande. Comme les changements d’habitudes alimentaires permettent de réduire les émissions de GES, les gouvernements devraient voir ces projets comme des façons d’atténuer les changements climatiques. En effet, en extrapolant les valeurs obtenues par cette étude de Puidgueta et al, il est estimé que la ville de Madrid (3,2 millions d’habitants) pourrait réduire ses émissions annuelles de 660 kilotonnes de CO2, soit 6 % des émissions de la ville. En plus de la réduction des émissions de GES, l’agriculture urbaine contribue à réduire le gaspillage d’eau, à réduire les rejets d’azote, à maintenir la biodiversité et à améliorer les interactions sociales et le bien-être des participants.

Il est à considérer que le coût des aliments produits localement est souvent plus élevé que la production délocalisée. Ces produits ne seront donc pas nécessairement accessibles à toutes les classes de la société. De plus, sans politiques gouvernementales pour encourager le transport actif (vélo, marche), les changements d’habitudes de transport pour se procurer la nourriture demeurent limités. Ainsi, encourager les pratiques d’agriculture urbaine ne suffit pas; les politiques doivent repenser l’aménagement urbain dans son entièreté pour maximiser le potentiel des changements d’habitudes alimentaires.

Références

Puigdueta, I., Aguilera, E., Cruz, J. L., Iglesias, A., & Sanz-Cobena, A. (2021). Urban agriculture may change food consumption towards low carbon diets. Global Food Security28https://doi.org/10.1016/j.gfs.2021.100507

Moss, R.H., et al. (2010). The next generation of scenarios for climate change research and assessment. Nature 463, 747–756. https://doi.org/10.1038/nature08823.

 



Citer ce billet
katiascehrer (2023, 20 février). Réduire son empreinte carbone en changeant ses habitudes alimentaires : le rôle de l’agriculture urbaine. AgriUrbain. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auko

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search