Les motivations des jardiniers urbains durant une pandémie

La pandémie de Covid-19 a apposé un frein important à nos modes de vie, notamment concernant la socialisation. En effet, le confinement dans une grande majorité des pays a isolé nombre d’individus. Cependant, cet isolement a poussé un grand nombre de personnes à se tourner vers les jardins urbains afin de retrouver l’opportunité de rapports sociaux.

L’article Review and Analysis of the Motivations Associated with Urban Gardening in the Pandemic Period publié par Valentina Cattivelli, chercheure à Università Telematica Internazionale à Rome, amène à s’interroger sur les motivations qui ont été à la source du jardinage en contexte urbain pendant la pandémie, notamment en prenant appui sur les nombreux bénéfices sur la santé, la sécurité alimentaire ou encore l’intégration sociale qui se sont trouvés au cœur des projets agricoles. Il est présenté dans cet article que la plupart des motivations sont liées au besoin d’un bien-être individuel et collectif ainsi que d’une sécurité alimentaire, auxquelles s’ajoute l’envie de prendre du bon temps dehors.

Des bénéfices pluriels dans le temps

L’histoire des jardins urbains remonte à la Révolution industrielle en Europe, notamment en France et en Allemagne, où de nombreuses familles précaires économiquement ont commencé à cultiver des lots de terre afin de subvenir à leurs besoins alimentaires. Petit à petit, cette pratique s’est affirmée en 1926 à travers le Bureau international des terres et des jardins urbains. Avec les guerres mondiales, le besoin de sécurité alimentaire a relancé l’intérêt pour les jardins urbains, intérêt qui s’est décliné plus tard dans les années 1970-80 pour redynamiser des territoires à l’abandon. Enfin, si la consommation de masse a ralenti les besoins en sécurité alimentaire, les crises financières, notamment celles du début des années 1970 et de 2008, relancent l’intérêt d’une production alimentaire accessible et sécurisée.

Comme le mentionne Duchemin et coll. (2008) c’est surtout la grande diversité des bénéfices (santé, socialisation, etc.) qui assurent une pérennité à la pratique. Et les vagues de pandémie (COVID-19) entre 2020 et 2021 ont remis en lumière tous ces bénéfices : les jardins urbains faisaient partie des lieux réouverts (ou encore qui n’ont jamais fermé, selon les régions) bien avant les commerces et les espaces culturels, principalement pour offrir un apport alimentaire rendu difficile, diminuer le stress et l’anxiété, et permettre de sociabiliser, tout en gardant les distances de sécurité.

Les motivations du jardinage urbain dans la littérature pré-2020

À travers la multitude des raisons personnelles ou collectives répertoriées dans la littérature scientifique analysée par l’auteure, quatre catégories qui pousseraient à s’engager dans un projet agricole urbain sont mises en avant par Valentina Cattivelli :

  • l’intégration sociale, se comprend par le rapprochement, la diversité des profils et la relaxation, qui amènent les personnes à se parler et à construire des relations, qu’elles soient amicales, familiales et intergénérationnelles. On trouve également le renforcement de l’identité sociale et personnelle : une estime de soi se dessine et un sens poussé de la communauté et du partage permet à l’individu de s’affirmer, entre autres, dans la sphère politique.
  • l’amélioration de sa santé personnelle et de celle de la communauté. Une amélioration de la santé physique et mentale, ainsi que de meilleures habitudes alimentaires se retrouvent dans les motivations.
  • la préservation et la revitalisation des quartiers lorsque les individus protègent et font grandir le patrimoine végétal, embellissent l’environnement urbain, réduisent la pollution et mettent en valeur des espaces laissés à l’abandon.
  • la sécurité alimentaire, principalement avec un apport direct à des aliments frais et «biologiques».

Se motiver à jardiner en temps de pandémie

Après avoir indiqué les principales motivations pré-2020 identifiées dans la littérature consultée par celle-ci, l’auteure se penche sur les quelques données disponibles pendant la pandémie. Elle cherche à faire ressortir des motivations plus spécifiques adossées au contexte de Covid-19. Une recherche parmi des articles en italien et en anglais, principalement avec les termes de « jardin/jardinage urbain » et « motivations jardin/jardinage urbain », lui permet de faire ressortir un schéma global.

Ainsi, une grande majorité des études consultées ne mettent pas en lumière de possibles changements des motivations des jardiniers. Par contre, l’analyse de l’auteur lui permet d’identifier quelques éléments significatifs.

L’évolution positive la plus remarquable, au sein des motivations observées dans la littérature, porte à la résilience de la communauté, et au renforcement de ses mécanismes qui ont été grandement touchés par la pandémie. Cette dernière n’apparaît pas dans la littérature pré-2020.

Un autre changement se concentre sur la motivation de la revitalisation urbaine : la motivation à embellir le quartier ne se remarque pas, face à la période pré-2020 et nous trouvons une baisse de la réflexion sur l’environnement et la protection des espaces verts.

L’idée d’un jardin pour faire face à d’importants problèmes sociaux, de santé, de bien-être ou de changement climatique s’est, quant à elle, confirmée. La culture de jardins s’étant maintenue en temps de pandémie, il serait intéressant de répertorier plus efficacement et plus largement ce qui motive cette attitude. En effet, ces lieux de rencontre et de culture pourraient être une clé de la résilience sociale face à des perturbations globales, telles que les pandémies.

Conclusion

L’article met en évidence quelques changements entre les motivations pré-2020 et celles lors de vagues d’une pandémie sanitaire. Cependant, encore trop peu d’études sont menées, et le besoin d’élargir les variables et les populations avec des outils méthodologiques plus sophistiqués se ressent. Une étude plus approfondie devrait mettre en avant les motivations précises qui se sont distinguées. Se concentrer sur celles-ci permettrait de souligner le rôle essentiel que les jardins urbains ont à jouer en temps de crise globale, à l’instar d’un appui non négligeable en santé physique et mentale ainsi qu’en approvisionnement alimentaire aux populations précaires.

Source

Cattivelli, V. Review and Analysis of the Motivations Associated with Urban Gardening in the Pandemic Period. Sustainability 2023, 15, 2116. https://doi.org/10.3390/su15032116

Duchemin, F. Wegmuller and A.-M. Legault, “Urban agriculture: multi-dimensional tools for social development in poor neighbourhoods”, Field Actions Science Reports, Vol. 1 | 2008, [En ligne], URL: http://journals.openedition.org/factsreports/113

Études ou données québécoises sur le sujet des motivations à jardiner



Citer ce billet
Eric Duchemin (2023, 8 mars). Les motivations des jardiniers urbains durant une pandémie. AgriUrbain. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aukq

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search