Le paysage est politique : comment un phénomène de guérilla verte dans la ville de Hangzhou en Chine incite à repenser l’espace public et les modes de gouvernance ?

Au sein de trois communautés urbaines à Hangzhou, la capitale de la province Zhejiang, dans l’est de la Chine, des jardins autoproclamés fleurissent dans l’espace public. Une guérilla jardinière (green guerilla ou informal gardening) que les pouvoirs publics souhaitent éradiquer. L’article Community blemish or new dawn for the public realm? Governance challenges for self-claimed gardens in urban China offre un regard constructif sur la question.

Le gouvernement chinois s’est donné pour mission d’éliminer ce phénomène des jardins autoproclamés. Le contexte de la gouvernance urbaine en Chine est ici mis en exergue sur deux points. Le premier précise que l’agriculture est considérée en Chine comme une activité rurale, rétrograde, et en désaccord avec l’idéal civilisationnel urbain promu par les pouvoirs publics. Le deuxième, porte sur l’approche descendante (top-down approach) de la hiérarchie gouvernementale chinoise : la coercition et le respect des directives sont de mises. Cette approche se caractérise principalement par une inadéquation à répondre aux demandes locales et variées de la population.

L’étude, qui met en lumière un cycle de transformation spatiale entre les terrains verts et les jardins autoproclamés (création et destruction, puis recréation, et ainsi de suite), approche la dimension du « droit à la ville » (right to the city). L’informalité des jardins qui caractérise d’autres formes d’agriculture urbaine est ici remplacée par l’illégalité du phénomène, amenant une dimension militante concernant le flou opéré entre propriété privée et bien commun.

Dans un contexte d’urbanisation dense avec une diversité des profils, deux études de terrain, à la fois quantitatives et qualitatives, se sont déroulées en 2011 et en 2019 sur ces jardins autoproclamés. Des observations sur place, des enquêtes par questionnaires et des entretiens avec les parties prenantes ont été réalisés sur ces deux années. La séparation temporelle entre les deux études a permis d’amener une dimension longitudinale.

La recherche menée par Jin Zhu, Bao-Jie He,, Weicheng Tang et Sian Thompson de l’Université de New South Wales en Australie et de l’Université de Shanghai lèvent trois catégories de parties prenantes qui animent ce conflit :

Pour les officiels des autorités publiques, l’interdiction des jardins est admise pour toute l’administration. L’étude précise également que les structures gouvernementales plus en amont dans la hiérarchie imposent une pression sur les autorités locales pour faire appliquer cette interdiction. Ce qui ressort principalement de l’étude est l’influence considérable des directives gouvernementales sur les officiels locaux, qui ne sont pas forcément opposés aux jardins ou qui ressentent un certain malaise à détruire les cultures de leurs voisins·et voisines. Les inspections fréquentes de la hiérarchie maintiennent malgré tout cette ambiguïté de l’action des pouvoirs locaux.

Concernant les  personnes qui ne participent pas au jardinage autoproclamé, des conflits naissent entre ces derniers et les jardiniers et jardinières, par exemple sur l’odeur du compost qui créée une nuisance pour une personne avoisinante ou l’appropriation d’un espace commun sans consulter le voisinage. Mais les résultats de la recherche attirent l’attention sur la limite de ces exemples puisque les cultures autoproclamées cherchent à s’installer sur des espaces cachés ou sous-utilisés, et donc éloignés des espaces communs centraux.

Enfin, pour les personnes qui mènent cette « guérilla verte », nombreuses ont été « urbanisées » par le gouvernement selon les termes de l’étude, autrement dit, des familles agricultrices qui ont perdu leur lieu de résidence rural à cause de l’expansion urbaine et se retrouvent en ville. Ces personnes, souhaitant conserver un lien avec leur ancienne vie, se voient discriminées par le comportement des officiels et celles en opposition à la pratique, et ressentent un sentiment d’injustice et de colère, tout en ignorant les revendications des deux groupes précédents, ce qui vient alimenter les conflits.

Tout cela crée une stigmatisation pour les personnes associées au jardinage, qui est divisée en trois aspects :

  • Premièrement, le jardinage est en désaccord complet avec la politique du gouvernement, puisque jardiner, selon les données récoltées, c’est ne pas appartenir à la civilisation contemporaine.
  • Deuxièmement, l’opposition à pratique reflète la supériorité de l’urbanité de certaines personnes sur l’origine rurale d’autres personnes, les premières stigmatisant les deuxièmes pour leurs activités polluantes et contraires à leur idéologie.
  • Troisièmement, une convention communautaire, un accord commun des personnes résidentes sur un sujet donné, dicte l’interdiction de cultiver un espace vert sous peine de ne pas obtenir des documents importants pour la vie quotidienne. Cependant, cette convention exclut les jardiniers et jardinières à participer à la consultation sur le sujet des jardins urbains. Dans le cadre de l’article, il est précisé que cette stigmatisation se transforme ainsi en une « privation matérielle », en plus du « dénigrement symbolique » déjà opéré.

Selon l’étude, la persévérance à jardiner crée malgré tout un réseau social entre toutes les personnes qui pratiquent cette activité, par exemple avec de l’intégration sociale de migrants et migrantes  en provenance des campagnes ou au niveau du partage des connaissances entre les personnes expérimentées et celles qui s’intéressent à jardiner. Une meilleure coopération humaine permet de contrer des situations d’isolation sociale et d’anonymisation qui sont des résultats de l’urbanisation rapide.

Pour les personnes qui ne pratiquent pas le jardinage, bien que certaines soient opposées à ces pratiques, beaucoup ne le sont pas forcément. Au contraire, il est souligné que les bénéfices tels que l’accès à une nourriture de meilleure qualité, à la relaxation ou encore à l’éducation sont connus et potentiellement souhaités. Mais des difficultés à trouver du temps libre, à obtenir de la formation agricole ou un espace vert cultivable empêchent de prendre part aux jardins autoproclamés. L’étude démontre donc l’absence d’une opposition idéologique généralisée de la population urbaine, et parle plutôt de l’omniprésence des préjugés anti-jardins entretenus par les pouvoirs publics. Mais malgré cet engouement latent pour jardiner, les conditions pour la culture dans l’espace public restent institutionnalisées. C’est donc à cette échelle que les choses doivent changer.

Une transition vers un réseau de gouvernance à l’échelle locale permettrait de résoudre les difficultés engendrées par un système décisionnel hiérarchique. En effet, une gouvernance locale permet d’être au cœur des problématiques et de répondre plus efficacement aux demandes citoyennes, créant ainsi une communauté plus inclusive, et des initiatives locales pour répondre aux limites spatiales du contexte urbain.

L’article propose ainsi un cadre de gouvernance à trois niveaux pour répondre au conflit des jardins autoproclamés : à l’échelle des sites de cultures, de la communauté et de la municipalité. Mais encore une fois, le rôle du gouvernement est un facteur important en ce qu’il légitime et facilite l’intégration des lots de culture dans l’espace public urbain. Afin de résoudre la situation conflictuelle, il serait constructif de procéder à une transition globale des échelles de gouvernance, tout en conservant les rôles institutionnels qui permettent de structurer les jardins urbains.

Sources

Zhu, J., He, B.-J., Tang, W., & Thompson, S. (2020). Community blemish or new dawn for the public realm ? Governance challenges for self-claimed gardens in urban China. Cities, 102, 102750. https://doi.org/10.1016/j.cities.2020.102750



Citer ce billet
simonniollet (2023, 24 avril). Le paysage est politique : comment un phénomène de guérilla verte dans la ville de Hangzhou en Chine incite à repenser l’espace public et les modes de gouvernance ? AgriUrbain. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auku

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search