La difficile intégration de l’agriculture urbaine dans le projet de « ville verte » d’Hanoi au Vietnam

Alors que les villes deviennent le centre de préoccupations écologiques futures, le concept de « ville verte », basé sur les travaux d’Ebenezer Howard sur la « ville-jardin », est repris à travers le monde : les termes d’écoquartier et d’écovillage, entre autres, abondent. Au Vietnam, ce concept est intégré aux discours politiques sur les stratégies urbaines depuis 2010, mais des recherches manquent à propos des conséquences sur l’aménagement urbain des villes vietnamiennes. L’étude Creative counter-discourses to the “green city” narrative: practices of small-scale urban agriculture in Hanoi, Vietnam réalisée par des chercheuses de l’UQAM et de l’Université McGill s’attèle à comprendre les caractéristiques de l’agriculture urbaine (AU) dans cette planification urbaine « verte », et plus particulièrement dans le couloir vert (green corridor) de la capitale du pays, Hanoi.

Pour opérer une mise en contexte, les auteures présentent en premier lieu la place limitée qu’occupe l’agriculture urbaine dans les pays du sud global au sein de la littérature scientifique. En effet, les exemples d’AU sur de petites échelles en Asie ne font pas l’objet d’un grand répertoire à l’instar des pays du Nord. Puis, en deuxième lieu, les motivations à cultiver en contexte urbain qui sont rapportées pointent vers la sécurité alimentaire. Les auteures précisent que ce terme fait écho aux réserves et à la méfiance de la part des personnes en contexte urbain envers le système alimentaire conventionnel. Une demande exponentielle en légumes « propres », c’est-à-dire locaux et sans intrants nocifs, se retrouve chez nombre d’individus qui remette en question la provenance et la qualité des légumes dans les points de vente conventionnels. Enfin, une approche sur la gouvernance locale est révélatrice de l’état de l’AU dans la ville d’Hanoi. Le discours sur la « ville verte » et la durabilité, le Hanoi’s Master Plan 2030 and Vision Towards 2050, dans lequel s’inscrit le corridor vert, n’a pas l’effet escompté. Les auteures mettent en exergue une planification urbaine difficile et qui n’est pas toujours respectée. Mais pour autant, bien qu’en difficulté, cette stratégie urbaine ne prend pas en compte l’AU malgré tous les bénéfices qui peuvent en découler, à savoir la création d’espaces verts et productifs pour une meilleure alimentation en contexte urbain et une meilleure sécurité alimentaire, ainsi que le verdissement de l’espace urbain.

Cette complexité dans l’avènement d’une ville verte amène alors trois questions qui organisent le travail des chercheuses :

  • Quelle étendue et quelle configuration pour l’AU de petite échelle dans sept quartiers d’Hanoi, à l’intérieur et autour du corridor vert ?
  • Pourquoi faire de l’AU à ces endroits ?
  • Dans quelle mesure ces pratiques s’accordent-elles ou sont en opposition avec les directives officielles ?

Un échantillonnage de site, une cartographie des jardins et des entretiens semi-directifs ont servi de cadre méthodologique. 

Dans cette étude, plusieurs formes de jardins se sont retrouvées, principalement dues au contexte géographique environnant et à la population locale, selon la présence d’un développement urbain intense ou d’un cours d’eau, entre autres. Également, les profils des personnes qui participent à l’AU varient, allant de retraité(e)s et d’ancien(ne)s agriculteur(trice)s, à des personnes plus jeunes. Malgré cette diversité, les motivations dans la ville d’Hanoi s’orientent majoritairement autour de la salubrité des légumes, c’est-à-dire l’accès à une alimentation saine et non polluée dont la provenance et les intrants sont contrôlés par les personnes directement.

Également, les données récoltées lors des entretiens indiquent une faible présence de conflits entre les personnes pratiquant l’agriculture urbaine et avec les personnes qui résident aux alentours. Ce qui ressort davantage est la difficulté de s’accorder avec l’administration publique. En effet, les cultures sur la majorité des terrains sont informelles, servant parfois d’occupation intermédiaire entre la fin d’une construction et le développement d’une autre. Aucun droit sur la terre cultivée n’est accordé, portant ainsi la problématique sur l’accès au foncier qui entoure l’AU à Hanoi.

L’étude constate des formes de gouvernance quotidienne qui divergent de résistances ouvertes que nous pouvons trouver dans certains cas, à l’instar des guérillas vertes[1]. Les auteures relèvent que les personnes occupant les espaces de culture cherchent le compromis, la négociation, et innovent dans leurs solutions à faire face au « discours vert » de l’administration publique, en insistant par exemple sur l’utilisation de terres pour ne pas les gaspiller et créer une meilleure allocation des ressources. Cependant, bien qu’un climat de négociation se prête à la situation rapportée, l’AU transgresse l’idéal de modernité qui est voulu par le plan directeur d’une ville propre. Cela a pour effet de créer d’importantes contradictions par le discours vert d’Hanoi, en ce qu’il cherche à promouvoir le développement d’une ceinture verte et d’espaces verts, mais ne promeut pas l’AU qui permettrait d’obtenir ces résultats en contexte urbain. En effet, les auteures soulignent que l’AU permettrait d’atteindre plusieurs objectifs avec une seule action : engager le développement d’une ville durable en accord avec le projet vert et répondre aux demandes des populations concernant une meilleure sécurité alimentaire.

Note

[1] Zhu, J., He, B.-J., Tang, W., & Thompson, S. (2020). Community blemish or new dawn for the public realm ? Governance challenges for self-claimed gardens in urban China. Cities, 102, 102750. https://doi.org/10.1016/j.cities.2020.102750, Synthèse de l’article ici :  https://agriurbain.hypotheses.org/6339

Sources

Pham, T.-T.-H., Lynch, M., & Turner, S. (2023). Creative counter-discourses to the “green city” narrative : Practices of small-scale urban agriculture in Hanoi, Vietnam. Local Environment, 28(2), 169‑188. https://doi.org/10.1080/13549839.2022.2162028

 



Citer ce billet
simonniollet (2023, 24 avril). La difficile intégration de l’agriculture urbaine dans le projet de « ville verte » d’Hanoi au Vietnam. AgriUrbain. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aukv

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search