Intégrer les jardins domestiques urbains dans la planification urbaine : des solutions pour la durabilité verte

Alors que la crise écologique ne cesse de se renforcer, la qualité de l’environnement urbain se dégrade rapidement et risque de compromettre la durabilité des infrastructures urbaines. Depuis quelques décennies, la planification urbaine se penche sur le terme « infrastructure verte », un dispositif d’espaces verts qui répond à la fois aux besoins de la population et aux nécessités écologiques. Ce terme regroupe ainsi toutes les initiatives qui vont dans ce sens, et notamment les jardins urbains.

Selon l’analyse de l’article Urban Domestic Gardens : Characteristics and Contributions to Urban Green Sustainability, se basant sur une revue de littérature, la durabilité verte des villes, par le développement d’infrastructures vertes, se retrouve dans les jardins domestiques urbains. Plusieurs études démontrent la nécessité d’intégrer ces jardins au développement pour les nombreux bénéfices apportés. Cependant, les auteurs pointent que le rôle de ces jardins, par rapport à leurs contributions aux infrastructures vertes, n’a que peu été évalué, notamment dans les pays du Nord.

Selon la définition d’Axel W. Dresher (2006) qui admet les jardins urbains comme un système de production multifonction près du lieu d’habitation, l’étude opère une distinction entre jardin domestique (un espace privé dans l’enceinte du lieu de résidence) et jardin communautaire/collectif (une parcelle attribuée par les pouvoirs publics). Cette distinction permet de faire émerger des particularités administratives, sociales et écologiques qui ont des conséquences sur les contributions des jardins au réseau d’infrastructures vertes. Ainsi, à l’aide d’une synthèse narrative de recherches antérieures, cet article rend compte des fonctions originales des potagers et soulignent les domaines connexes qui auraient besoin d’être approfondis.

D’une part, les jardins communautaires et collectifs présentent des caractéristiques propres, telles qu’une administration générale à l’échelle institutionnelle, mais aussi des bénéfices pour les utilisatrices et utilisateurs, tout comme les personnes vivant aux alentours (contact avec la nature, revenus complémentaires et interactions sociales, des aspects qui sont sous-estimés dans le contexte de durabilité urbaine). Enfin, il est rappelé que leurs fonctions peuvent évoluer selon le contexte socio-économique. Nous pouvons prendre l’exemple de la pandémie de Covid-19 et nous référer à l’article Review and Analysis of the Motivations Associated with Urban Gardening in the Pandemic Period publié par Valentina Cattivelli (une synthèse de cet article est disponible ici).

D’autre part, les jardins domestiques entrent dans la dimension du privé, du fait d’une culture qui prend place au sein de l’espace personnel de résidence, et ne sont donc pas soumis à la même administration que les jardins familiaux. Pour donner suite à cela, les jardins de maison manquent de visibilité, de soutien et d’accompagnement, amenant parfois de mauvaises pratiques telles que la surutilisation en eau ou la pollution des sols avec l’épandage, abîmant l’environnement naturel. De plus, bien que la dimension productive pour subvenir aux besoins de la famille est davantage soulignée que pour les jardins familiaux, des bénéfices similaires entre les deux types de jardins se retrouvent.

Jardins domestiques (potagers) et l’infrastructure urbaine

Les jardins domestiques urbains, malgré ces disparités, présentent dans la littérature des contributions substantielles à l’infrastructure urbaine :

  • Résilience sociale des communautés, notamment par la création de lien social et d’espaces de rencontre, mais aussi par une plus grande sécurité alimentaire ;
  • Connectivité écologique avec la mise en place de corridors verts pour la circulation de la biodiversité, tout en proposant des habitats propices au développement de cette biodiversité en contexte urbain ;
  • La biodiversité et le verdissement qui se renforcent amènent des services écosystémiques tels qu’une meilleure qualité de l’air et la réduction des îlots de chaleurs.

Dans le cadre de cet article, il est précisé que ces contributions, notamment de la part des jardins domestiques, ne sont pas assez documentées dans les pays du nord : les mauvaises pratiques sont mises en exergue par la littérature, alors que pour les pays du Sud, des études montrent une amélioration de la diversité végétale grâce à ces jardins (Taylor et Lovell, 2014).

Pour permettre l’apport concret des bénéfices se retrouvant dans la littérature, l’article avancent l’importance d’intégrer les jardins urbains dans la stratégie urbaine sur le long terme : l’expansion urbaine, sujette aux tendances politiques fluctuantes, risque d’une part de détruire des espaces qui seraient propices à l’implantation de jardins et d’autre part, de confiner ces derniers en périphérie des villes où les objectifs de l’agriculture urbaine sont compromis. L’évaluation des jardins est donc fortement recommandée afin de faire émerger l’originalité des contributions et une meilleure compréhension de ces dernières dans les infrastructures vertes.

L’institutionnalisation des jardins et des pratiques permettrait, selon l’article, de fournir un appui à l’engagement des personnes, qui est souvent conditionné par l’espace disponible, en mettant à disposition des lots de terre pour renforcer le développement des jardins. La sensibilisation au partage et à une meilleure répartition des ressources en eau serait aussi une conséquence souhaitable de l’institutionnalisation. Cependant, l’article met en garde sur une trop grande mainmise des pouvoirs publics empêchant la culture d’espèces traditionnelles et les capacités innovantes des cultivateurs et cultivatrices urbains. Un dialogue doit donc pouvoir se construire.

En conclusion, les chercheur(e)s suggèrent que les contributions des jardins urbains à l’infrastructure verte soient mieux répertoriées et mieux évaluées, tout en prenant en compte les différences de nature et de gestion des jardins pour mieux les intégrer dans la planification urbaine. L’article termine en insistant sur la prise en compte des différents styles de jardin, comme la distinction entre jardin domestique et jardin communautaire, dans la méthodologie de futures études sur la question des infrastructures vertes.

Sources

Panțiru, I., Buta, E., Danut, M., Apahidean, A., Sima, N., Dregan, A., & Sima, R. (2023). Urban Domestic Gardens : Characteristics and Contributions to Urban Green Sustainability. [En ligne] URL : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1618866712000076

Drescher, A. W., Holmer, R. J., & Iaquinta, D. L. (2006). Urban homegardens and allotment gardens for sustainable livelihoods : Management strategies and institutional environments. Dans B. M. Kumar & P. K. R. Nair (Éds.), Tropical Homegardens : A Time-Tested Example of Sustainable Agroforestry (p. 317‑338). Springer Netherlands. [En ligne] URL : https://doi.org/10.1007/978-1-4020-4948-4_18

Cattivelli, V. (2023) Review and Analysis of the Motivations Associated with Urban Gardening in the Pandemic Period. Sustainability, 15, 2116. [En ligne] URL : https://doi.org/10.3390/su15032116

Taylor, J.R., Lovell, S.T. (2014) Urban home food gardens in the Global North: research traditions and future directions. Agric Hum Values 31, 285–305. [En ligne] URL : https://doi.org/10.1007/s10460-013-9475-1

 



Citer ce billet
simonniollet (2023, 11 mai). Intégrer les jardins domestiques urbains dans la planification urbaine : des solutions pour la durabilité verte. AgriUrbain. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aukw

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search