Que dit la recherche sur le potentiel des jardins urbains à favoriser l’application d’un développement durable : une analyse bibliométrique

Sur le phénomène du développement croissant de l’agriculture urbaine, trois chercheuses portugaises se sont attelées, dans l’article Evidence on how urban gardens help citizens and cities to enhance sustainable development. Review and bibliometric analysis, à l’analyse de l’évolution récente des recherches sur les jardins urbains.

Alors que l’agriculture urbaine semble être tournée actuellement vers un objectif de modèle durable, notamment au niveau des objectifs du développement durable sur le paradigme de la triple performance (dimensions économiques, sociales et environnementales), il n’est pas sans rappeler l’existence de deux vagues précédentes associées à, premièrement, l’industrialisation et l’exode rural, et deuxièmement, à la récession économique. Concernant la plus récente génération d’agriculture urbaine autour du développement durable, les chercheuses veulent identifier comment la recherche analyse la contribution des jardins à améliorer le développement durable.

La recherche bibliographique qui structure l’article s’est réalisée au niveau de la base de données universitaires Web of Science avec des mots clés comme « jardin urbain », « jardin communal » et « lot » (allotment) qui a rassemblé, une fois plusieurs filtres appliqués pour évacuer les formats non pertinents, 204 publications scientifiques.

Les résultats démontrent depuis les années 2000, ce qui correspond selon elle à l’arrivée de la troisième vague de développement de l’agriculture urbaine liée au développement durable, un intérêt grandissant pour les jardins urbains par la recherche, notamment au niveau des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Allemagne, avec une majorité d’études de cas. De plus, l’aspect multifonctionnel des jardins semble se retrouver au niveau de la diversité des champs d’études qui traitent de l’agriculture urbaine.

Également, 4 groupes associés au thème des jardins urbains ressortent de l’analyse bibliométrique :

  1. Citoyens (personnes, style de vie et sens de la communauté) avec l’organisation communautaire, la participation citoyenne ou encore le bien-être, et plus généralement les dimensions « sociales ».
  2. Moteurs (bénéfices, motivations et objectifs du jardin) avec, entre autres, la sécurité alimentaire et le développement de pratiques et d’approvisionnements alimentaires durables.
  3. Villes (durabilité des villes) avec l’attention portée aux écosystèmes urbains, à la biodiversité menacée par la forte urbanisation, aux problématiques de santé publique, au verdissement ou encore le « droit à la ville » selon les termes du sociologue français Henri Lefebvre.
  4. Sol (contamination des sols) avec la pollution engendrée par les jardins urbains, l’installation de jardins sur des sols contaminés, les risques imprécis et souvent ignorés des politiques publiques.

Ces 4 groupes sont également interreliés et démontrent d’une part selon les auteures, leur adaptation aux objectifs du développement durable et d’autre part, l’implication citoyenne dans ce processus.

Ces éléments sont cependant limités à un contexte des pays du Nord puisque les données ne prennent pas en compte les pays du Sud. Les chercheuses précisent que toutes ces données viennent renforcer l’idée que les jardins urbains peuvent être des leviers conséquents pour le changement sociétal en vue du développement durable, bien que la prise en compte institutionnelle et l’engagement politique soient les conditions pour actionner ces leviers.

Trois conclusions principales viennent finalement clore cette étude d’analyse de la littérature scientifique :

  1. L’attention sur les jardins se porte sur les bénéfices qu’ils apportent, et non sur leur taille;
  2. Un appui politique est identifié comme indispensable pour mettre en place massivement les jardins urbains ;
  3. La prévalence d’études de cas dans les méthodes de recherches autour des jardins urbains crée un manque d’études comparatives, notamment au niveau des différences et des similitudes sur des échelles géographiques et sociopolitiques variées, avec la prise en compte de jardins dans les pays du Sud.

Ces conclusions viennent par ailleurs annoncer les chemins que les chercheuses encouragent à prendre pour de futures études, principalement sur la création d’études comparatives et d’une intégration de l’agriculture urbaine dans les politiques publiques.

Source

Ribeiro, A., Madureira, L., & Carvalho, R. (2023). Evidence on how urban gardens help citizens and cities to enhance sustainable development. Review and bibliometric analysis. Landscape and Urban Planning, 236, 104766. [En ligne] URL : https://doi.org/10.1016/j.landurbplan.2023.104766

 



Citer ce billet
simonniollet (2023, 11 mai). Que dit la recherche sur le potentiel des jardins urbains à favoriser l’application d’un développement durable : une analyse bibliométrique. AgriUrbain. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aukx

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search