Les instruments politiques pour favoriser le développement de l’agriculture urbaine : cas de Barcelone, Lyon, Udine et Trieste

À mesure que la population mondiale s’accroît, et que celle-ci se concentre principalement dans les espaces urbains, les villes doivent chercher à subvenir aux demandes des individus au niveau d’une l’alimentation saine et durable tout en réduisant la dépendance alimentaire vis-à-vis de l’extérieur et l’emprunte carbone de l’importation.

Ainsi, face à ces enjeux, l’agriculture urbaine et l’agriculture à environnement contrôlé (AEC) s’imposent de plus en plus comme une solution idéale, tout du moins dans la littérature scientifique. En effet, les auteurs de l’article Investigating local policy instruments for different types of urban agriculture in four European cities: A case study analysis on the use and effectiveness of the applied policy instruments présentent une étude de cas sur l’utilisation d’instruments politiques locaux à Barcelone (Espagne), à Lyon (France), à Udine et à Trieste (Italie) autour de l’agriculture urbaine.

Pour ce faire, une revue de littérature et une enquête en ligne sur les politiques municipales et les outils de régulation ont permis de faire ressortir les différents instruments politiques existants, les vides réglementaires et les possibilités qui s’offrent pour soutenir davantage les systèmes alimentaires circulaires locaux.

Tout d’abord, les auteurs avancent les bénéfices et les défis de l’agriculture urbaine que nous pouvons lire dans la littérature scientifique. Celle-ci propose tout d’abord des bénéfices sociaux, écologiques, énergétiques et économiques. Mais quelques défis persistent, notamment au niveau de la production alimentaire, de l’exclusion sociale ou de l’organisation des jardins pour ne pas les transformer en une menace pour l’écologie. Le défi le plus persistant reste majoritairement politique, notamment au niveau de l’intégration de l’AU dans les priorités politiques.

Les résultats de cette recherche se déclinent en 3 thèmes d’implications politiques et de recommandations pour chaque catégorie politique.

  1. l’agriculture urbaine comme un projet à part entière dans les plans d’aménagement des terrains: Tout d’abord, au niveau des instruments légaux et régulateurs, l’équipe de recherche démontre que, lorsqu’un nouvel espace urbain se libère et pourrait faire l’objet d’une implantation de projet d’agriculture urbaine, cela n’est pas mis en priorité par les plans de la politique urbaine, et se considère bien souvent comme une option de repli. Il est donc recommandé d’inclure l’agriculture urbaine comme un projet à part entière dans les plans d’aménagement des terrains et de la considérer comme légitime et nécessaire dans ces plans. Cela s’applique particulièrement à l’AEC qui fait l’objet de barrières administratives importantes, à l’instar de la ville de Barcelone.
  2. Concernant les incitations économiques, celles-ci sont les principaux supports à l’implantation d’activités agricoles urbaines et donc la catégorie politique la plus pertinente. Cependant, les résultats de l’étude sur les villes, à l’exception de Lyon qui fournit un important soutien financier, démontrent un faible engagement des politiques sur cet aspect, notamment sur le long terme.
  3. Pour les incitations et les actions volontaires, c’est-à-dire rendre possible à des individus de s’impliquer dans des espaces de cultures, l’équipe de recherche a démontré que les jardins familiaux étaient très bien intégrés politiquement dans l’environnement urbain, à la différence des autres formes d’agriculture urbaine, comme les fermes maraîchères ou l’agriculture en environnement contrôlé. Pour pallier ce phénomène, un soutien doit donc s’étendre à toutes les formes d’agriculture urbaine, notamment en réexaminant les stratégies mises en place pour les jardins familiaux.

En conclusion, l’étude présente la multiplicité des outils que quatre villes européennes ont utilisés, ainsi que les effets favorables et contraignants sur l’agriculture urbaine. Bien que les jardins familiaux bénéficient d’un cadre de soutien politique pour leurs implantations, d’autres types d’agriculture urbaine en expansion manquent encore de soutien, et nécessitent donc la création de plans politiques plus inclusifs. Une solution proposée consiste à reconnaître institutionnellement l’agriculture urbaine au sein des planifications politiques pour proposer un encadrement plus complet et à plusieurs niveaux de celle-ci.

Mentionnons que c’est justement ce qu’a fait le gouvernement du Québec avec son soutien à la mise en place de politiques agricoles urbaines dans les dernières années ou encore en France, avec une autre approche, avec le développement du programme des Quartiers Fertiles. Reste encore en évaluer de telles politiques, car plus que des politiques c’est l’application des celles-ci et la possibilité de mettre en oeuvre des actions qui sont importantes.

Source

Marini, M., Caro, D., & Thomsen, M. (2023). Investigating local policy instruments for different types of urban agriculture in four European cities : A case study analysis on the use and effectiveness of the applied policy instruments. Land Use Policy, 131. https://doi.org/10.1016/j.landusepol.2023.106695



Citer ce billet
simonniollet (2023, 11 mai). Les instruments politiques pour favoriser le développement de l’agriculture urbaine : cas de Barcelone, Lyon, Udine et Trieste. AgriUrbain. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auky

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search