Critères d’évaluation de la durabilité des projets en agriculture urbaine : analyse des projets de 19 initiatives en France

La durabilité des projets d’agriculture urbaine intéresse, de plus en plus, les acteurs porteurs ou soutenant la diversité des initiatives mise en place. Souvent ceux-ci cherchent à mesurer la durabilité d’un projet avant de décider de s’y impliquer ou non ou encore de le financer. Si plusieurs études existent afin de comprendre la durabilité environnementale, sociale et économique, aucune ne traite spécifiquement des outils d’évaluation de cette durabilité, ou encore n’aborde les détails des pratiques qui permettent d’en faire la mesure. À ce jour, les parties prenantes développent tant bien que mal, en interne, leurs propres outils de sélection.

Ainsi, pour mettre en lumière ce phénomène et chercher à diffuser de bonnes pratiques au bénéfice du plus grand nombre, des chercheur(e)s d’AgroParisTech et de l’INRAE ont réalisé l’étude Stakeholder’s practices for the sustainability assessment of professional urban agriculture reveal numerous original criteria and indicators. Cette étude illustre comment la durabilité est considérée dans les appels à projets afin d’orienter le développement des initiatives, et de voir quels sont les éléments mis de l’avant par les acteurs de l’agriculture urbaine afin de faire valoir l’impact positif de leurs projets. Pour ce faire, les chercheur(e)s ont analysé 19 initiatives en France, majoritairement dans la région parisienne. La diversité des cas étudiés se découpe selon un large éventail de parties prenantes, une hétérogénéité de caractéristique agronomique des projets et la multiplicité des processus d’évaluation. Selon les chercheur(e)s, la diversité des acteurs interrogés amène à considérer les variations importantes entre les attentes de différentes parties prenantes en ce qui concerne la durabilité.

Les parties prenantes retenues par cette recherche ont été les bailleurs de fonds portant des programmes locaux ou nationaux soutenant des projets, des bailleurs de fonds privés pour des projets sur leurs sites, des expert(e)s (consultants privés ou experts institutionnels) et les organismes porteurs de projets (entreprises en agriculture urbaine ou organismes communautaires). Le cœur de l’étude se porte sur la nature plurielle des dimensions de la durabilité et des initiatives en agriculture urbaine.

Deux recueils de données sont employés dans l’étude, d’une part avec des entretiens semi-directifs et d’autre part l’analyse de documents publics et de rapports d’évaluations propres à chaque partie prenante. Les résultats ont ensuite été répartis selon l’analyse du regroupement hiérarchique, ce qui a permis aux auteurs de distinguer 10 thèmes, 67 critères et 138 indicateurs mentionnés par les acteur(trice)s consulté(e)s.

Une multitude d’évaluations de la durabilité d’un projet

Les dix thèmes de durabilité retenus ont été regroupés sous les quatre dimensions suivantes par les auteur(e)s :

  • Durabilité externe d’un projet (multifonctionnalité des projets d’agriculture urbaine et les services rendus à la ville) ;
  • Durabilité interne d’un projet (à l’instar de la cohérence technique ou de la résistance économique) ;
  • Le caractère innovant d’un projet (l’adaptation aux problèmes inhérents au contexte urbain) ;
  • La crédibilité de la direction de projet (capacité à porter le projet et cohérence vis-à-vis des différents profils d’acteur(trice)s.

Les résultats démontrent que sur les 19 études de cas, les dimensions de la durabilité externe puis interne sont présentes de manières récurrentes dans les outils d’évaluation utilisés. Les dimensions sur l’innovation et la crédibilité de la direction de projet sont moins relevées.

En suivant le regroupement hiérarchique, ces quatre dimensions couvrent les 67 critères repartis en majorité dans les deux premières dimensions puis dans les deux dernières. D’une part, l’équipe de recherche note que certains critères se retrouvent dans des méthodes d’évaluation déjà en application, à l’instar de l’outil IDEA (Indicateur de Durabilité des Exploitations Agricoles – un outil utilisé en France). D’autre part, l’apparition de critères inédits se perçoit, adossée entre autres à la prise en compte de risques ou d’avantages. Les auteur(e)s insistent en outre sur les critères se rapportant à l’innovation qui permettent de soutenir un secteur encore assez jeune. De plus, certains critères se retrouvent plusieurs fois au sein des études de cas, ce qui tend vers une compréhension d’enjeux spécifiques sous-jacents aux évaluations des projets :

  • Pour la durabilité externe, les critères qui se répètent soulignent que les projets agricoles urbains s’implantent à une échelle très réduite, doivent intégrer des enjeux environnementaux dans le projet et être aptes à se fixer à des stratégies et d’échelles hétérogènes ;
  • Concernant la durabilité interne, c’est la considération pour la viabilité économique et la résistance du plan financier qui se caractérisent, notamment vis-à-vis des risques financiers inhérents à des projets qui peuvent manquer de savoirs agricoles professionnels ;
  • Sur l’innovation, le critère « Projet incorporant de l’innovation» s’identifie auprès de 11 cas sur les 19 au total, insistant ainsi sur l’importance de celle-ci dans la conception d’un projet d’AU.
  • À propos de la crédibilité de la direction de projet, le critère « Qualité et cohérence des références de l’équipe du porteur de projet et de ses partenaires » ressort majoritairement, et les auteur(e)s précisent que cela balance l’innovation qui peut se révéler intenable.

Enfin, l’équipe de recherche se consacre à étudier les indicateurs les plus utilisés dans l’évaluation de la durabilité des initiatives soumises dans le cadre d’appels à projets, et trouve une majorité d’indicateurs de nature qualitative. Par contre, cette tendance n’est pas observée par les auteur(e)s dans une partie de la littérature scientifique, mais reprend les propos de Scerri et James (2010) sur la nécessité d’inclure les valeurs et les pratiques des parties prenantes, de nature qualitative, pour mettre en place la durabilité des projets.

Par contre, il faut mentionner qu’il existe peu de données qualitatives afin d’évaluer la durabilité de l’agriculture urbaine dans la littérature scientifique et peu d’études sembles s’intéresser à mesurer celle-ci et à développer des indicateurs quantitatifs applicables, autant dans la durabilité des projets que l’apport des initiatives d’agriculture urbaine sur la durabilité de la ville ou de l’alimentation. Cela reste un champ de recherche à défricher.

Finalement, les chercheur(e)s relèvent dans leur étude que les études de cas se répartissent en trois groupes selon la fréquence des thèmes, critères et indicateurs utilisés. Le Groupe 1 regroupe des projets où la durabilité locale et globale, mais aussi une durabilité en lien avec les objectifs du bailleur de fonds, est présente. La durabilité interne des projets est aussi importante pour les acteurs de ce groupe. Dans les deux autres groupes, les occurrences des critères de durabilité, identifiés par les personnes interrogées, sont moins élevées, sauf dans le cas du groupe 3 où l’occurrence des critères solidité économique du projet et la participation au développement de la connaissance sont similaires à celle du groupe 1. Toutefois, ce sont des critères avec des occurrences relativement faibles, en comparaison aux occurrences principales de l’étude.

Pour expliquer la formation de ses trois groupes, deux hypothèses sont mises en évidence par les auteur(e)s. Cette répartition pourrait correspondre aux différentes étapes du projet (le nombre d’outils serait moins grand au stade d’émergence et plus important pour un projet bien avancé et détaillé), ou encore, cela serait dû à l’adaptation des critères selon la forme d’évaluation et selon l’adaptation des critères afin de justifier la sélection d’un projet pour du financement public, par exemple.

Conclusion

Cet article montre une large diversité d’indicateurs et de critères utilisée par les porteurs de projets ou les bailleurs de fonds de l’agriculture urbaine. L’usage de ceux-ci est très variable et rien ne ressort de l’étude comme une approche utilisée par tous.  Chacun des porteurs y va selon ses besoins de justification afin de répondre à un appel à projets ou encore pour l’octroi du financement à une initiative. Cette étude montre clairement le besoin de poursuivre le développement de connaissances pour une meilleure compréhension de la durabilité de l’agriculture urbaine. L’avenir de l’agriculture urbaine ne sera pas uniforme, mais devra intégrer toutes les sensibilités et les caractéristiques internes à chaque projet pour s’adapter continuellement.

Sources

Clerino, P., A. Fargue-Lelièvre et JM. Meynard, (2023) Stakeholder’s practices for the sustainability assessment of professional urban agriculture reveal numerous original criteria and indicators. Agron. Sustain. Dev. 43, 3 (2023). [En ligne] URL https://doi.org/10.1007/s13593-022-00849-6

Scerri A. et P. James, (2010) Accounting for sustainability: combining qualitative and quantitative research in developing ‘indicators’ of sustainability. Int J Soc Res Methodol 13:41–53. [En ligne] URL https://doi.org/10.1080/13645570902864145


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
simonniollet (15 mai 2023). Critères d’évaluation de la durabilité des projets en agriculture urbaine : analyse des projets de 19 initiatives en France. AgriUrbain. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/aul0


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search