Archives de catégorie : 3. Themes

Des paysans aux exploitants agricoles : cinq siècles de révolutions #1

Le Tour de la France par Deux Enfants, de G. Bruno, publié en 1877, servait à l’origine de livre de lecture du cours moyen des écoles de la IIIème république. Il illustre l’idéal paysan, en décrivant la vie de familles paysannes rencontrées par deux orphelins de guerre, André et Julien, lancés à la découverte de leur pays. « Quand une ferme n’est pas propre, soigneuse, intelligente, elle ne gagne rien là où une autre s’enrichit. Si la valeur de l’homme fait celle du champ, rappelle-toi, Julien, que c’est celle de la femme qui fait la prospérité du logis. » peut-on y lire. Le décor est posé, les rôles distribués, la république paysanne est en marche!

Pour comprendre la complexité du monde agricole contemporain et les enjeux qui se jouent dans les campagnes françaises, il faut s’intéresser de plus près à la série de changements qu’à connu l’agriculture depuis plusieurs siècles.

Du XVI au XIXème siècle : la naissance de la classe paysanne

A la fin du Moyen Âge, l’agriculture européenne fonctionnait sur le modèle de la paysannerie d’ancien régime. Sur le plan technique, ce modèle est caractérisé par un temps de repos de la terre entre deux cycles de culture – la jachère et par l’utilisation d’outils attelés. L’objectif premier est l’autosuffisance alimentaire, le revenu tiré de la vente des productions tombe entièrement dans la poche des seigneurs locaux.

Du XVIe au XIXe siècle, la plupart des régions d’Europe vont connaître une série de bouleversements qui vont modifier à la fois la vie dans les campagnes et la place des paysans dans le « contrat social » : c’est la révolution agricole des Temps Modernes.

La première modification est technique : c’est la disparition de la jachère (voir encadré). Cette dernière, qui occupait encore une très large place dans les anciens systèmes à rotations triennales (alternance sur trois ans : blé—orge ou avoine ou légumineuse—jachère courte)  et biennales (céréale—jachère) , fut remplacée par des prairies artificielles. Dans les nouvelles rotations, les fourrages alternent presque sans discontinuer avec les céréales, permettant le développement de l’élevage d’herbivores, cette augmentation des troupeaux apportant à son tour une quantité importante de fumier disponible pour épandre sur les cultures.  De nouvelles plantes alimentaires (pomme de terre, maïs…) et industrielles (lin, chanvre…) font leur apparition. C’est le début de la sélection de variétés végétales et de races animales plus productives, mais aussi moins rustiques et plus exigeantes.

Cette révolution agricole est très étroitement liée à la première révolution industrielle. Laquelle a permis l’autre ? L’accroissement des rendements agricoles augmente la rentabilité et la valeur des terres, et permet de dégager des possibilités financières pour l’investissement dans du matériel. La grande industrie fournit à l’agriculture de nouvelles machines révolutionnant les techniques alors en place. En 1834, l’industriel américain Mac Cormick met au point la première moissonneuse-batteuse. En 1837 Mathieu de Dombasle invente une nouvelle charrue. Le développement de nouveaux moyens de transport permet d’approvisionner l’agriculture en amendements. L’utilisation du fumier est complétée par l’importation de guano venant d’Amérique du Sud. Dans les années 1840, l’industriel allemand Justus von Liebig crée les premiers engrais chimiques.

Burzudus eo! Elle est magnifique! S’exclame le paysan breton sur cette affiche publicitaire dessinée pour les usines Huard en 1903. 

 

 

Un travailleur agricole pouvant produire la subsistance d’un nombre de plus en plus grand d’individus, c’est une force de travail considérable qui est libérée pour aller révolutionner industriellement l’europe occidentale. Cela se traduit directement par un exode rural massif…

Toutefois, cet enchainement de progrès techniques n’a pas été seul responsable de cet exode rural. Comme le rappellent Bertrand Hervieu et Jean Viard dans leur livre l’Archipel paysan : la fin de la république agricole, cet important bouleversement des rapports entre ville et campagne est d’abord la grande œuvre de la IIIème république. Inquiet de la menace que représentait la classe ouvrière pour la bourgeoisie républicaine, échaudé par la Commune de Paris, Gambetta forme le projet de « faire chausser aux paysans les sabots de la République ». Comment procéder ? En inventant une « classe paysanne » qui sera le socle de la république française.  Cette construction de l’opposition ville/campagne, qui est une opposition entre ouvrier et paysan, aura pour principale conséquence de vider les campagnes françaises de tout ce qui ne relève pas de l’activité agricole: les anciens métiers – artisans, saisonniers, vagabonds, tout le « petit peuple » plus ou moins errant est prié de rejoindre les villes où il grossit les rangs de la classe ouvrière. Ne subsistent dans les campagnes que les paysans propriétaires de leurs terres, constituées en patrimoine familial. Le modèle du « paysan propriétaire, soldat, citoyen et père de famille », typiquement français, est né. Ce modèle structure encore fortement l’idée que les agriculteurs ont d’eux-mêmes, comme celle de l’ensemble de la société.

———————————————————————————————————————————–

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 

Le projet ZFarm : quand les bâtiments intègrent l’agriculture

'agriculture urbaine, soit le développement d'une agriculture des villes en ville, reflète la tendance actuelle de rapprocher la culture des fruits et légumes du consommateur. La capitale de l'Allemagne, Berlin, a accueilli très favorablement le nouveau projet ZFarm, Zero-Acreage Farming (ZFarming), également connu sous le nom de "zéro superficie agricole utilisée".

Tags:

AMAP et paniers paysans: repenser les relations producteurs/consommateurs

AMAP
Crédit photo: amapapam.blogspot.com

Le concept de l’AMAP naît au Japon, dans les années 60, suite à plusieurs scandales de contaminations alimentaires. Installé en Suisse, en Autriche, aux Etats-Unis ou encore au Canada, il arrive en France en 2001. Le principe des AMAP (pour « Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne ») est d’établir un contrat entre un groupe de consommateurs et une ferme locale. Les premiers s’engagent à payer à l’avance la totalité de leur consommation sur une période définie (généralement une année) et à venir chercher chaque semaine leur panier, tandis que la deuxième s’engage à fournir toutes les semaines un panier dont la composition est en général débattue à l’avance entre les différents membres de l’AMAP. L’originalité de ce système, porté à la base par un milieu militant, est de fonder le contrat entre producteurs et consommateurs sur le principe de solidarité. Bonne ou mauvaise année, le prix du panier hebdomadaire est fixé à l’avance, et les récoltes réparties équitablement entre les AMAPiens. Suite au succès des AMAP et à leur diffusion progressive dans toute la France, d’autres formes de « paniers paysans » ont vu le jour. S’éloignant petit à petit des milieux militants d’origine, le principe de solidarité ne fait plus toujours partie de ces systèmes de vente : paniers vendus sur internet ou dans les gares, cueillettes chez le producteur… Cela reste une relation directe entre producteurs et consommateurs, mais avec un engagement moins fort entre les deux parties.

 

Les neuf vies des paysans français #2

La campagne, espace de jeux des urbains ? C’est ce que craignent de nombreux agriculteurs, attachés à la fonction productive de leur métier et pour qui le rendement reste le socle de la profession. « La terre nourrit les hommes, pas le béton » pouvait-on lire sur des panneaux brandis par les agriculteurs dans les rues de Paris lors des manifestations d’avril 2010. Ce slogan faisait référence au nombre d’hectares de terres arables que perd la France chaque année : près de 68 000 ha, soit l’équivalent d’un département. Évidemment, au delà des chiffres bruts, il faut aussi regarder l’usage qui est fait de ces terres agricoles. Maraichage à destination des circuits de proximité ou grandes cultures « COP » (céréales-oléagineux-protéagineux)  destinées surtout aux marchés d’exportation, la balance entre les deux dépend avant tout d’une volonté politique et du tournant que prendra la politique agricole commune européenne en 2013 (1).

En réponse à ces chiffres inquietants, des initiatives voient le jour. Les circuits de proximité reviennent au goût du jour : AMAP (voir http://agriurbain.hypotheses.org/?p=2743), paniers paysans, marchés de producteurs… Des initiatives qui sont de moins en moins anecdotiques en termes de volume, et revèle surtout une volonté de la part des consommateurs de retrouver la connaissance des aliments qu’ils consomment.

Les AMAP, Denis les connait bien, il en a même été l’un des pionniers dans sa région, quand cette forme de contrat entre un producteur et un groupe de consommateurs a commencé à émerger dans les années 2000.  Malgré un bilan très positif, Denis pointe des difficultés qui arrivent avec ce nouveau pacte entre producteurs et consommateurs : « C’est extrêmement motivant de rencontrer les personnes qui vont manger les légumes qu’on produit. Mais ça suppose aussi de dégager du temps pour organiser les distributions, pour discuter avec les AMAPiens… Quand ils viennent nous aider sur l’exploitation, il faut être là pour les encadrer et leur apprendre les bons gestes. C’est un peu comme réapprendre son métier. »

Trois trajectoires de vie, trois visions différentes du métier d’agriculteur, qui témoignent de la complexité de ce métier et des représentations que s’en font les principaux protagonistes. Face à la montée des revendications d’organisations comme la Confédération Paysanne qui entendent en finir avec le modèle agricole productiviste, Samuel s’interroge : « Paysan ? Si on veut. Enfin moi je ne voudrais pas non plus revenir en arrière. Mon métier, c’est avant tout de produire de quoi nourrir les hommes. On sera 9 milliards en 2050, qui nourrira tout ces gens ?»

Pas tout à fait le même son de cloche pour Denis : « Il y a eu des excès terribles après la seconde guerre mondiale. On a voulu faire la guerre à la nature, mais on a oublié qu’on en faisait partie. Moi, je crois aux solutions alternatives. D’ailleurs, si je n’y croyais pas, je n’aurais pas choisi ce métier. »

(1) A ce sujet, voir:  http://www.politis.fr/La-nouvelle-PAC-adoptee-oublie-le,20738.html

————————————————————————————————————————————————————————————————-

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 

Au Portugal, un potager solidaire alimente les plus démunis

Au cœur des activités de l’association Harmonia, le potager situé aux portes d’Olhao fournit les denrées et les revenus permettant, avec les dons de supermarchés locaux, d’atténuer les carences alimentaires de quelque 80 familles touchées par le chômage, la maladie ou l’exclusion sociale.

Tags:

Les neuf vies des paysans français #1

Maraichage
Dans l’exploitation d’Yves, derrière les rangs de courgettes, on devine la ville, toute proche. (Yvelines)
Crédit photo: J. Pourias, 2012.

Il est à peine 6h, ce lundi 23 juillet. Le jour se lève sur un bras de la Seine, à moins de 40 km du centre de Paris. Yves est déjà au travail depuis plus de deux heures. Avant de rentrer sur ses parcelles, il a fallu préparer et livrer ses légumes au Marché d’Intérêt National de Rungis. Comme son père et son grand-père avant lui, Yves est maraîcher. Il est l’un des derniers producteurs de la grande ceinture maraichère parisienne, une activité née en même temps que la ville et qui s’est développée avec elle, dans les « marais » parisiens où la terre, riche en éléments minéraux et en matière organique, était propice aux cultures légumières.

Samuel, lui, est céréalier dans les Deux-Sèvres. Depuis toujours, il souhaitait s’installer en tant que maraîcher sur les terres familiales où son père pratique la céréaliculture. Oui mais voilà, loin d’un bassin de production légumier, il est difficile de démarrer une activité rentable. Alors Samuel a continué les cultures que faisait déjà son père, parce qu’elles lui permettaient de « rester habiter chez lui tout en gagnant correctement sa vie ». Une persévérance qui fait office de modèle dans la région : au cours des cinq dernières années, 1467 exploitations ont disparu en Poitou-Charentes, du fait principalement d’une population agricole vieillissante, sans repreneur pour les 2/3 d’entre elle. (données Agreste)

Un peu plus au Nord, Denis est polyculteur-éleveur en Normandie. Pas de tradition familiale de son côté,  sa passion lui est venu « sur le tard, après 15 ans de carrière au Trésor Public ». Amoureux de sa région et de son paysage bocager, Denis a préféré quitter la ville, « revenir à une vie plus simple, plus dans l’ordre des choses ».  Une vie plus simple, c’était bien sûr l’idée de départ. Denis avoue que depuis, « entre les déclarations PAC, la gestion comptable et tout le reste, on est presque obligés de passer autant de temps devant son ordinateur que dans ses champs ! »

En faisant le tour de son exploitation, Samuel peste contre une villa, de construction récente, entourée d’une haute haie de tuja. « Des parisiens. Quand ils sont arrivés, on a du déplacer notre système d’irrigation,  ça faisait trop de bruit, plus question de pomper l’eau par ici. Avec les tracteurs, c’est pareil, on évite de passer trop près, mais ça prend plus de temps. Déjà qu’on en a pas beaucoup… »

Des situations comme celles-ci sont monnaie courante. Étroitement liées aux dynamiques urbaines et territoriales, les campagnes françaises sont aujourd’hui à la fois des lieux de résidence, de loisirs, de production et de nature. Simultanément, les villes évoluent. A leurs frontières, de plus en plus diffuses et étendues, se développent des espaces périurbains, hybrides de ville et de campagne.

Si l’espace « à dominante rurale » – selon la définition de l’Insee – recouvre encore 60% du territoire métropolitain (pour seulement 18% de la population), l’étalement urbain, l’essor des mobilités et les nouveaux arrivants – les fameux néoruraux – ont presque entièrement effacé la frontière entre monde rural et monde urbain.

Migrations résidentielles, déqualification des espaces agricoles sont autant de vecteurs de différenciation et d’évolution des communes rurales. Autrefois centrées sur les activités traditionnelles que sont l’agriculture et l’industrie, les campagnes d’aujourd’hui deviennent résidentielles, et l’on voit se développer le secteur tertiaire, avec comme fer de lance les services à la personne… pour une population arrivante souvent déjà retraitée, et qui vient rechercher à la campagne un confort de vie et – peut-être – les racines terriennes qui font défaut aux citadins.

Ces nouvelles dynamiques entrainent à la fois l’hétérogéneité de ce qu’on a longtemps nommé « la ruralité » et sa proximité croissante avec le monde urbain. Cette ruralité aujourd’hui ne tient plus, explique le professeur Vanier, de l’Université Joseph Fourier de Grenoble : « les ruralités ont remplacé la ruralité. Nous considérons donc l’ensemble des rapports entre une société en immense majorité urbaine, et ses espaces de recours résidentiels, récréatifs et productifs, qui, sous la forme des campagnes, couvrent l’immense majorité du territoire. »

—————————————————————————————————————————————-

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 

Edible Schoolyard Project

The mission of the Edible Schoolyard Project is to build and share an edible education curriculum for kindergarten through high school. Our vision is for gardens and kitchens to become interactive classrooms for academic subjects, and for every student to have a free, nutritious, organic lunch. If this program is integrated into schools, the curriculum could transform the health and values of every child in America.

Tags:

Survol de la saison apicole à Montréal (Québec, Canada)

Par Agriculture Montréal

Ce jeudi aura lieu le lancement officiel de Miel Montréal, un tout nouvel organisme dédié à la sensibilisation et au soutien au démarrage de projet apicole. Miel Montréal a pris son envol cet été, développant une gamme de services allant de l’installation à la gestion complète de ruchers en plus de chercher à réseauter les apiculteurs.trices montréalais.e.s. Cet événement est l’occasion pour agriculturemontréal.com de faire le point sur la saison d’apiculture urbaine qui vient de s’achever.

Sur le terrain: un printemps hâtif et un été sec
Sur le terrain, l’été 2012 a vu au moins 5 nouveaux projets apparaître portant à 20 le nombre de ruchers connus, pour un total de 161 ruches. 15 de ces ruchers sont portés par des organismes ou groupes étudiants alors que 5 autres sont conduits par des particuliers. Les conditions environnementales avec lesquelles les apiculteurs.trices montréalais.e.s ont dû composer cette année se sont caractérisées par un hiver doux, un printemps hâtif et une sécheresse au cours du mois de juillet.
Le mercure élevé a eu un effet à la hausse sur le nombre de varroas, un petit acarien parasite des abeilles dont la propagation à l’échelle mondiale est considéré comme une des causes de la dégradation de l’état de santé des colonies. Nicolas Tremblay, agronome et conseiller en apiculture au Centre de recherche en sciences animales de Deschambault, explique que le printemps hâtif et a eu pour effet qu’une génération supplémentaire de varroas a pu voir le jour cette année, donnant lieu à des taux records dans de nombreux ruchers québécois.
La clémence du climat a aussi eu pour effet d’augmenter le nombre de cas d’essaimages (lorsque les abeilles cherchent à quitter leur ruche pour en fonder une nouvelle) puisque les abeilles se sont elles aussi multipliées plus rapidement et se sont retrouvées à l’étroit dans de nombreuses ruches. Quant à la sécheresse elle a eu un effet négatif sur la quantité de fleurs, réduisant d’autant la quantité de pollen et le nectar à butiner. En plus du stress pour les abeilles, ce phénomène a eu pour effet de générer plus de cas de pillages (attaque d’une ruche par une autre dans le but d’y voler du miel) d’après les observations des apiculteurs.trices Alexandre Beaudoin (de P.A.U.S.E.), de Noémie Desbiens-Riendeau (du Santropol Roulant) et de France Aubut (de Bee Api).
Une récolte satisfaisante
Pour les apiculteurs.trices cela s’est aussi traduit par une récolte moins abondante. Les trois projets mentionnés ci-haut ont obtenu une moyenne de 15kg par ruche, une récolte malgré tout jugée satisfaisante par France Aubut considérant les cas d’essaimage et la sécheresse. D’après Nicolas Tremblay les récoltes ont été inférieures aux moyennes dans toute la partie de la province située à l’ouest de Québec, l’ensemble de cette région ayant été affectée par la sécheresse. En milieu rural, pour cette même région, la moyenne des récoltes s’établit autour de 50 kg par ruche pour 2012, alors qu’à l’ouest de Québec elle s’élève plutôt à 80 kg.
Les ruchers ruraux seraient donc plus productifs que les ruchers urbains? Selon Alexandre Beaudoin, « il reste encore difficile de dire ce qu’est une bonne récolte en contexte montréalais puisque la réintroduction de la pratique apicole y est récente et qu’il est encore difficile d’établir une tendance ». Noémie Desbiens-Riendeau fait également remarquer que son organisme, comme plusieurs autres, sont encore à peaufiner la mise en place d’un mode de coordination efficace autour de leur rucher. Il faut également dire que plusieurs ruchers montréalais poursuivent des objectifs de sensibilisation, d’expérimentation et de formation en comparaison à la plupart des ruchers situés en milieu rural où l’ensemble du travail est orienté vers la fonction de production. L’abondance des récoltes à Québec laisse également entendre que l’apiculture urbaine peut être aussi productive que l’apiculture rurale en terme de quantité de miel par ruche. Cependant les ruchers urbains comptant généralement moins de ruches.
Perspectives futures pour l’apiculture montréalaise
La croissance de l’activité apicole à Montréal impose certains questionnements, par exemple : quel est l’effet de l’introduction de l’abeille sur les autres insectes pollinisateurs de l’écosystème montréalais ? Pour Nicolas Tremblay, l’introduction d’un nombre important de ruchers peut induire une compétition avec les insectes pollinisateurs. C’est du moins ce qui est constaté en milieu rural. Mais ce phénomène reste difficile à documenter puisque la majorité des insectes pollinisateurs, à la différence des abeilles, ne vivent pas en colonie et sont donc plus difficile à observer. Le sujet reste à documenter plus finement pour les milieux urbains.
Par ailleurs, à combien de ruchers s’établit la « capacité d’accueil » d’une ville comme Montréal ? Y a-t-il un point de saturation à ne pas dépasser ? De manière générale, cette limite dépend de l’environnement d’accueil : «à St-Hyacinthe où la monoculture domine on ne peut pas faire vivre autant de ruches que dans le Bas St-Laurent où la diversité des cultures est plus grande » mentionne Nicolas Tremblay. Selon lui, la seule manière de répondre à cette question est l’observation du comportement des abeilles (surtout du pillage) et de la disponibilité des plantes mellifères (auxquelles s’approvisionnement les abeilles). Une observation que les apiculteurs.trices montréalais.e.s pratiquent assidûment, selon Alexandre Beaudoin. Sur le même sujet, dans un mémoire déposé lors des consultations publiques sur l’agriculture urbaine, la Direction de la santé publique proposait de répertorier le déploiement des ruchers, voire même de fixer un « nombre maximal de ruches par propriétaire ou dans un secteur donné » dans le but d’« éviter les risques de surpopulation d’abeilles ». Pour augmenter la capacité d’accueil de Montréal « on peut également augmenter le nombre de plantes mellifères en favorisant leur plantation dans les aménagements » mentionne Annie-Claude Lauzon apicultrice au Collectif de recherche en aménagement paysager et agriculture urbaine durable – CRAPAUD.
C’est justement dans le but d’évaluer l’interaction des abeilles avec l’écosystème montréalais que le Laboratoire en agriculture urbaine a recueilli des échantillons de miel auprès de la plupart des ruchers montréalais cet automne. Ces échantillons seront analysés au cours de l’hiver dans le but de déterminer à quel type de fleurs les abeilles montréalaises butinent. Certains échantillons devraient également être soumis à des tests pour déterminer si on y trouve des contaminants. Des études similaires menées à Paris ont démontré que le miel urbain présente de très faibles taux de contaminants. Ce Laboratoire de recherche, basé à l’UQAM, a aussi de nombreux autres de projets afin de mieux documenter les défis et enjeux de l’apiculture urbaine et les pollinisateurs indigènes, mais aussi de manière plus générale l’agriculture urbaine.
Vous êtes tentés par l’apiculture urbaine !

Pour ceux et celles qui aimeraient tenter l’aventure de l’apiculture, Miel Montréal offrira des formations d’initiation et de perfectionnement cet hiver.

Urban Agriculture Conference – The Horticultural Society of New York ( May 2013)

The Horticultural Society of New York presents our 3rd Annual Urban Agriculture Conference, being held in May 2013 in New York City. This year’s conference will focus on increasing the awareness of food security in our struggling economy and will explore the potential of food production in urban environments as a prominent and viable alternative.

Tags:

Colloque Hungry City : Gouvernance alimentaire urbaine

Le développement durable des villes et la sécurité alimentaire des populations comptent parmi les enjeux fondamentaux de notre société. L’efficacité des solutions apportées dépendra de notre volonté et capacité de traiter les deux sujets de front, et cela malgré la complexité de leurs interactions.

En organisant HUNGRY CITY 2012, IUFN propose de porter un regard global et international sur le thème de la gouvernance alimentaire des régions urbaines, en réunissant pour la première fois en France des représentants de collectivités locales et territoriales françaises et étrangères, la communauté scientifique internationale et les porteurs de projets innovants pour nourrir durablement les villes. Il est en ce sens le début d’une aventure humaine et d’un effort ambitieux – imaginer les systèmes alimentaires durables pour les villes de demain.

L’évènement se tiendra sous le haut patronage de Monsieur Stéphane LE FOLL, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt et de Monsieur le Sénateur Joël LABBE, Vice-président de la Commission économique du Sénat et en charge des collectivités locales et territoriales et en partenariat avec la Caisse des dépôts et des Consignations, le CERVIA, le Conseil Régional d’Ile-de-France, l’Iddri, et le Ministère de l’Environnement. Il reçoit le soutien de nombreux partenaires – l’AgroParisTech, le magazine Basta!, l’IAU IDF, l’ICLEI, l’INRA, l’agence de conseil Greenopie et la Ville de Paris.

HUNGRY CITY 2012 représente également l’évènement constitutif du réseau de coopération internationale sur la gouvernance alimentaire urbaine d’IUFN, destiné à réunir les chercheurs, les collectivités locales et territoriales et les décideurs publiques intéressés par la question alimentaire dans et pour les villes. Il est en ce sens le début d’une aventure humaine et d’un effort ambitieux – imaginer les systèmes alimentaires durables pour les villes de demain.

LIEU : Conseil régional d’Île-de-France, Paris, France

PUBLIC :  Elus, agents territoriaux, chercheurs, responsables politiques, société civile, …

ACCES : Gratuit sur inscription

PROGRAMME PREVISIONNEL : http://fr.iufn.org/?p=306

A 30,000-Square-Foot Community Garden, in a Parking Garage

When the organizers of the 1962 Seattle World’s Fair imagined the future, they probably didn’t envision, among the jet packs and routine space travel, tomatoes growing on the roof of a parking garage. But 50 years later, that’s exactly what’s about to happen a few blocks from the Space Needle, where residents are building a 30,000-square-foot community garden atop a two-story structure once intended for fair visitors’ cars.

Tags: